AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Pataugeoire et barbotage

Aller en bas 
AuteurMessage
Azrielle Pélégon
Décédé
Décédé
avatar

Nombre de messages : 21
Age : 29
Date d'inscription : 09/04/2009

.:: Le Carnet ::.
Âge du Personnage: 22 ans
Profession: Apprentie menuisière
Positionnement : Pélégon
MessageSujet: Pataugeoire et barbotage   Mer 3 Juin - 21:33

D'un naturel curieux, et parce qu'elle aimait les ragots, Azrielle s'était, sur le chemin retournant à sa maison, arrêtée un moment près des lavoirs.
Lieux même de la quintessence des cancans par excellence, elle n'avait résisté à l'envie d'y faire un tour. Pas longtemps, bien évidemment, car elle était déjà en retard pour rapporter de chez le bouchez la nourriture de ce midi.
Elle se faufila entres les matrones olariles qui venaient laver le linges de leurs maris, fils, filles et soeurs. Il se dégageait une agréable odeur de savon, mêlée à celle d'un matin de printemps. Ça piaillait de toute part, aucune bouche ne restait close bien longtemps, toutes avaient des histoires à raconter, des malheurs à plaindre, des secrets à révéler. Et ça frottait, encore et encore, l'eau moussait, se soulevait au rythme des frottements de mains contre le linge...
C'était un rituel, une habitude, un lieu d'échange, ou régnait une atmosphère joyeuse et entièrement féminine. On entendait beaucoup de « mon mari » et des « mes enfants », ce qui faisait sourire Azrielle.

Elle s'arrêta devant un lavoir inoccupé et s'assit sur les bords en pierre pour écouter. Elle trempait sa main dans l'eau savonneuse du grand bac incurvé, s'amusant à créer des petites vagues avec ses doigts.
On ne parlait que de l'arrestation de Vesper Astar. Ce matin, tôt, le petit Garret Gandépine avait crié dans toute la ville cette grande nouvelle. Elle s'était propagée comme un feu de paille dans toute la cité. Azrielle, pour sa part, avait appris la nouvelle par Geralt Edorta un peu plus tôt, mais il ne connaissait aucun détail, ce qui l'avait grandement frustrée.
Les commères spéculaient sur les raisons de l'ancien chef des Astar, elles inventaient des raisons à cet affreux assassinat. On parla beaucoup de Zéphir également, il était naturellement très regretté. Pour sa part, elle se demanda ce qui allait arriver à Vesper. Allait-il être enfermé le restant de ses jours dans la prison ? Serait-il gracié ? Ou alors...serait-il exécuté ? Elle se refusait à croire pareille chose, jamais Lysandre ne permettrait la mort d'un citoyen...Néanmoins, avec le climat qui régnait, personne n'était plus sur de rien.
Elle ferma les yeux et soupira. Elle n'aimait guère tout ce remue-ménage, toutes ces habitues bisées, ces traditions bafouées. Tout ce qu'elle aspirait, c'était un retour à la normale, et reprendre la vie d'avant, sans aucun évènements de quelques nature que soit venant perturber la paisible ville d'Arestim.

« Attention jeune demoiselle ! » cria quelqu'un.

Mais comme il est de notoriété commune, les avertissements arrivent toujours après. Une femme, qui portant un immense paquet de linge qui dépassait sa tête de trente bons centimètres et qui, de largeur, occupait la longueur de ses bras, déboula dans la petite allée entre les lavoirs. Elle ne marchait pas droit, peinant à garder une bon équilibre. Azrielle l'avait vue arriver de loin, mais ne se serait jamais douté que l'Olarile dévirait sur sa gauche, faisant tomber son linge sur le jeune rouquine, qui elle, plongea dans l'eau du bassin.
La surprise la prit complètement au dépourvu, elle ne put se rattraper à aucune prise pour éviter de plonger dans l'eau glacée. Elle émit un cri tellement aigu que plus tard, on se demanda s'il était vraiment provenu d'un être humain.
Azrielle poussa une ribambelle de juron tandis qu'elle peinait pour se relever, la lourdeur de ses vêtements trempé empêchant une mouvance fluide.

« Mais ne restez pas là à me regardez, bande de vautours piailleuses ! » grogna t-elle

La colère de la demoiselle était éveillée, bien que l'on ne pouvait incomber la faute à personne d'autre qu'à la malice de Panpale. La femme Olarile se confondit en excuse, lui tendant une main pour se relever. Azrielle l'attrapa avec fureur, mais elle lui échappa. Eh oui, l'eau pleine de savon, c'était glissant.

« Par le cul d'Hésione, vous allez m'aidez à sortir de ce fichu bassin ? » pesta la jeune femme à qui voulait l'entendre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Daphnaë Col'weyn
Olaril
Olaril
avatar

Nombre de messages : 75
Age : 27
Date d'inscription : 29/03/2008

.:: Le Carnet ::.
Âge du Personnage: 16 ans
Profession: Apprentie tailleur de pierre précieuse...
Positionnement : Neutre
MessageSujet: Re: Pataugeoire et barbotage   Jeu 4 Juin - 8:51

Dieu qu’elle détestait ce temps… Dieu qu’elle aimait ce temps…

Dieu qu’elle détestait ce temps… Dieu qu’elle aimait ce temps…

Dieu qu’elle détestait ce temps… Dieu qu’elle aimait ce temps…

Elle le détestait… L’aimait… Le détestait… L’aimait… Le détestait… l’aimait… Le détestait… L’aimait… Le détestait… l’aimait… Le détestait… L’aimait… Le détestait… l’aimait… Le détestait… L’aimait… Le détestait… l’aimait… Le détestait… L’aimait… Le détestait… l’aimait… Le détestait… L’aimait… Le détestait… l’aimait… Le détestait… L’aimait… Le détestait… l’aimait… Le détestait… L’aimait… Le détestait… l’aimait… Le détestait… L’aimait… Le détestait… l’aimait… Le détestait… L’aimait… Le détestait… l’aimait… Le détestait… L’aimait… Le détestait… l’aimait…

*Soupir*

Un léger souffle d’air fusa doucement des lèvres de l’adolescente rêveuse qui scrutait la grisaille morose du ciel depuis son poste d’observation situé non loin du lavoir. Le lavoir… Le lieu de rencontre par excellence, de toute la gente féminine d’Arestim. Bien souvent, sa mère avait sournoisement tenté de l’y entraîner afin de l’initier à cet art exclusivement réservé aux femmes, mais Daphnaë n’y était plus jamais retournée depuis qu’elle était toute petite. A cette époque elle accompagnait souvent sa mère, l’imitant en tout point avec son petit bout de tissu qui faisait d’elle ‘’une vraie femme’’ comme le lui disaient toutes les autres présente. Mais avec le temps, l’adolescente avait fini par comprendre que ce n’était pas un jeu, et rapidement elle se désintéressa de cette fonction. Ses aspirations à elle était tout autre, elle était plus… Moins… Et aussi, sans doute… De toute manière, sa mère était bien plus douée qu’elle dans cette activité, alors elle ne voulait pas la déranger. Un jour, sa mère lui posa la question de comment Daphnaë ferait le jour ou elle aurait un mari et des enfants…

… … …

L’adolescente avait tout d’abord regardé sa génitrice avec un regard intrigué, cherchant visiblement à comprendre ce qu’elle pouvait bien entendre par-là. Un mari.. ? Des enfants.. ? Mais pourquoi diable, sa mère voulait-elle qu’elle ai un mari et des enfants.. ? Non, Daphnaë voulait devenir savante elle, elle voulait apprendre comme les érudits, et ensuite quitter Arestim pour aller voir le village des dieux, tout là-bas au-delà des montagnes que nul n’avaient encore jamais oser franchir… Puis, elle reviendrait… Elle écrirait son voyage, sa rencontre avec les dieux, ce qu’elle aurait appris avec eux concernant leur savoir, et elle en ferait alors profiter tous ceux qui le voudrait. Voilà, pourquoi elle n’avait pas le temps d’avoir un mari et des enfants… De toute façons il y avait déjà beaucoup d’enfants dans le village, et Daphnaë les aimait tous bien, sans distinction aucune.

Bien, c’était décidé… Les autres fois les évènements l’en avait toujours empêché, mais cette fois-ci Daphnaë irait voir une prêtresse, et lui demanderait de lui apprendre à lire et à écrire.

Mais l’adolescente fut brusquement interrompu dans sa rêverie solitaire, par un cri soudain et puissant. Elle se redressa alertement, cherchant à localiser l’origine de ce dernier. Lorsque cela fut fait et que elle constata que son origine se situait tout près de sa position actuelle, Daphnaë se releva, remit ses chaussures car, même si elle n’aimait pas cela c’était toujours mieux que de marcher les pieds nus sur un sol de terre humide, et de se faire ensuite gronder par sa mère, puis elle se mit à courir en direction du lieu ou avait retentit ce poignant appel au secours empli d’un désespoir certain.

En moins d’une minute, elle pénétra à l’intérieur du lavoir à proprement parlé, et rapidement elle remarqua l’attroupement autour de l’un des bassins. Elle s’y dirigea afin de s’enquérir des quelques renseignements éventuellement disponibles auprès de ces femmes, et s’adressa à elle de manière polie, comme sa mère le lui avait appris…

‘’Pardonnez-moi mesdames, mais savez vous d’où provient précisément le cri de ce pauvre animal en danger qui vient de retentir avec tant de détresse.. ? Il faut vite que j’aille à son secours, c’est sûrement un cochon sauvage qui s’est égarée dans le village et qui doit avoir terriblement peur…’’

Sauver un pauvre petit être sans défense, voilà qui était important, bien plus que de nettoyer les vêtements des autres. Heureusement, Daphnaë était là pour ça, pour aider ses amis les animaux… Dans l’attente d’un réponse, elle jeta un regard en direction de cette femme qui était en train de se baigner dans le lavoir… L’adolescente se dit alors que elle devait énormément aimer faire la lessive, pour le faire en allant directement dans le lavoir au lieu de rester sur le bord comme toute les autres femmes. Aucun doute, sa mère serait sûrement ravie que Daphnaë se montre aussi enthousiaste que la jeune femme en ce domaine…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Azrielle Pélégon
Décédé
Décédé
avatar

Nombre de messages : 21
Age : 29
Date d'inscription : 09/04/2009

.:: Le Carnet ::.
Âge du Personnage: 22 ans
Profession: Apprentie menuisière
Positionnement : Pélégon
MessageSujet: Re: Pataugeoire et barbotage   Sam 6 Juin - 11:37

C'était la totale débâcle. Elle voyait bien qu'on se moquait d'elle, et pour quelqu'un d'aussi fière qu'elle, c'était le pire des affronts. Elle se sentait comme une gamine immature et maladroite en cet instant. Ce qu'elle nia profondément en elle-même. Ses yeux furibonds fusillaient quiconque osait croiser son regard. Tout le monde savait que la jeune Azrielle était colérique et crue dans ses propos. Les femmes présentes se lassèrent de la scène, fatiguée par ces gamineries. Elle avaient d'autres chats à fouetter que de subir les assauts d'une jeunette qui se croyait intéressante.
Azrielle aperçu une jeune adolescente qui demanda quel était l'animal qui s'était échappé avec ces cris de goret. Piquée au vif, la rouquine la dévisagea. Il s'agissait de Daphnaë Col'Ewi, de la guilde des Télaran. C'était un apprentie orfèvre jeune d'à peu près seize ans. La même génération qu'Azrielle, bien que celle-ci en eu vingt-deux.

« C'est moi, ton cochon sauvage » lança t-elle avec un soupir.

Elle eu un regard équivoque, un peu blasé. Sa colère était bien rafraîchie par la température de l'eau. Et par le spectacle qu'elle donnait à voir. Là, c'était sur, elle ne reparaîtrait pas aux lavoir de si tôt.
Elle s'agrippa aux rebords du bassin et sortit de là, trempé. Mais propre au moins !
La jeun femme attrapa ses cheveux qu'elle essora aussi fort qu'elle pu, et en fit de même avec ses vêtements. Quoique les ôter aurait été plus pratique. Mais elle ne le fit pas, gardant le minimum de dignité qu'il lui restait.

« Cela m'apprendra à vouloir glaner des informations à tout prix » fit-elle pour elle-même

Elle essuya sa main sur un linge sale qui était répandu au sol, et la tendit à Daphnaë.

« Je suis Azrielle Pélégon...Navrée que tu me vois ainsi je dois dire...J'étais venue ici pour en savoir un peu plus sur l'arrestation de Vesper Astar...Avoir un meurtrier chez nous, c'est une grande première «
 

Elle se rendit compte que son ton enjoué n'était guère approprié au sujet. Elle essuya quelques mauvais oeil de femmes qui la regardèrent. Azrielle était considérée comme une mauvais graine, parce qu'à son age, elle n'avait toujours pas réussi les épreuves de passage à l'âge adulte. Et aussi, parce qu'elle n'avait jamais eu la langue dans sa poche.

« Dans le mauvais sens du terme » rajouta t-elle avant qu'on la prenne pour une dissidente. « Tu sais quelque chose ? Je suis curieuse, Zephir était quelqu'un de gentil...je vois pas pourquoi quelqu'un aurait voulu le tuer »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Daphnaë Col'weyn
Olaril
Olaril
avatar

Nombre de messages : 75
Age : 27
Date d'inscription : 29/03/2008

.:: Le Carnet ::.
Âge du Personnage: 16 ans
Profession: Apprentie tailleur de pierre précieuse...
Positionnement : Neutre
MessageSujet: Re: Pataugeoire et barbotage   Jeu 11 Juin - 10:29

La voix de Azrielle attira l’attention de la jeune adolescente, et lorsqu’elle su que ce pauvre petit animal apeuré qu’elle avait tout d’abord pensé en danger n’était rien d’autre que la jeune femme, elle sembla quelque peu déçue. Déçue, mais en même temps rassurée… Rassurée, de savoir que un animal n’était pas en danger, que ce n’était finalement qu’une villageoise qui avait décidé de laver son linge à même le lavoir. Mais pourquoi avait-elle crié alors.. ? Daphnaë haussa fugacement les épaules en l’air d’un air résigné… Bah… Les adultes… Qui pouvait les comprendre après tout… Certainement pas elle, qui les trouvait bien trop rempli de paradoxes. Tandis que la maladroite sortait du bassin et qu’elle tentait de débarrasser sa personne d’un maximum d’eau avec pour seul outil ses mains, tandis que les autres femmes se retiraient après avoir bien rit de la maladresse de Azrielle, la jeune adolescente lui dit d’un un soulagement évident :

‘’Je suis rassurée… J’avais peur qu’un pauvre petit animal sans défense se soit égaré dans le village, et que un villageois ne le capture pour en faire son dîner… Heureusement, ce n’était que toi…’’

Daphnaë l’écouta alors marmonner pour elle-même une phrase totalement abscons, dont la signification lui échappa totalement… Elle voulait payer des informations avec des glands.. ? Mais quelles informations.. ? Et pour quoi faire.. ? Les glands avait une valeur marchande en Arestim.. ? Voilà une chose que la jeune fille ignorait… Pourtant, si il y avait bien une caste qui savait ce qui avait de la valeur chez les Olarils, c’était bien les orfèvres… Et aussi les marchands… Quoi qu’il en soit, il allait falloir qu’elle fasse rapidement une provisions de glands si ces derniers avaient une valeur marchande, c’était certain. Lorsque Azrielle se présenta à elle après lui avoir tendu la main immédiatement se l’être essuyé, Daphnaë fit de même en de frottant la main contre sa robe qui, heureusement, avait déjà vécue des choses bien plus horrible que celle-ci.

‘’Moi c’est Daphnaê…’’

Lui répondit-elle tout d’abord, omettant volontairement son nom de famille car partant du principe bien à elle que tous le monde la connaissait dans le village… Et même, au dehors… Azrielle.. ? Non, non, cela ne lui disait rien… La famille Pélégron en revanche, si. L’adolescente n’avait pas, ou ne voulait pas l’avoir selon certaines personnes, la mémoire des noms… En revanche, elle pourrait vous donner celui de tous les animaux du village, comme tous ceux des juments de l’écurie de Cyclaë Edorta… On lui disait bien souvent que elle le faisait exprès, mais pourtant Daphnaë faisait des efforts… Si, si, vraiment… Quoi qu’il en soit, elle lui sourit généreusement… Daphnaë souriait à tous le monde, de toute façon… Puis, elle enchaîna sur les excuses de la demoiselle, sur le ton de la confidence secrète…

‘’Ne dis surtout pas à ma mère que tu aimes laver ton linge en plongeant directement dans le lavoir, sinon elle va encore vouloir me faire revenir ici avec elle en te prenant comme exemple…’’

Daphnaë ponctua sa phrase d’un clin d’œil complice, avant de poursuivre…

‘’Ma mère aussi aime bien discuter avec les autres femmes en venant au lavoir… Je me demande bien pourquoi d’ailleurs…’’

La jeune adolescente déposa alors son index droit sur ses lèvres closes, et elle sembla se plonger dans une intense réflexion dont elle sortit tout aussi abruptement que elle y était entrée, et regarda Azrielle droit dans les yeux en lui demandant le plus sérieusement du monde :

‘’Dis… C’est quoi un meurtrier.. ? C’est un nouveau métier.. ? C’est Vesper Astar qui l’a inventé.. ? Qu’est-ce que cela fait un meurtrier exactement.. ?’’

Beaucoup d’interrogations pour la jeune fille en effet, qui, jamais de sa courte vie, n’avait encore entendu ce mot. Si elle devenait meurtrier, elle pourrait quitter le village.. ? Ce serait peut-ëtre plus rapide, que de convaincre une prêtresse de lui apprendre à lire et à écrire afin de prouver à sa mère qu’elle peux aller au-delà des montagnes… Lorsque la jeune femme poursuivit, Daphnaë l’interrogea sur ses derniers propos…

‘’C’est mal d’être meurtrier.. ? Pourquoi.. ? Ce n’est pas bien comme métier.. ? Non, je ne sais rien… Qui est mort.. ? Zéphir.. ?’’

Daphnaë se creusa longuement la cervelle, cherchant à mettre un visage sur ce prénom… Elle le connaissait, c’est sur… Mais de ou.. ? Bah… Sans doute une histoire d’adulte encore…

‘’Il est mort de tuer.. ?’’

Finit-elle par demander à Azrielle, le plus innocemment du monde.

‘’Ce n’est pas contagieux j’espère…’’


Renchérit-elle, allant à l’encontre de toute logique… Meurtrier… Tuer… Des mots qu’elle ne connaissait pas jusqu’ici… Haaa… Si elle était savante, elle aussi les connaîtrait ces mots, et elle n’aurait pas l’air bête… Encore que cet état lui échappait, sans l’ombre d’un doute. Tout à coup, son visage s’illumina et ses yeux s’ouvrirent en grand comme si une révélation divine lui était subitement apparut. Elle pointa alors son doigt d’un air satisfait en direction de Azrielle, et lui dit d’un ton visiblement enjoué :

‘’Tu es celle qui n’arrive pas à passer les épreuves pour devenir adulte, c’est ça.. ? Tous le monde te connais tu sais… Je parle même de toi avec mes amis les animaux…’’

Enfonça-t-elle le couteau, encore plus profondément dans la plaie qui commençait très sérieusement à entacher la vie de la jeune femme… En apprenant son existence, Daphnaë s’était dit que elle, n’attendrait pas d’être aussi vieille pour devenir adulte, c’était certain…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Azrielle Pélégon
Décédé
Décédé
avatar

Nombre de messages : 21
Age : 29
Date d'inscription : 09/04/2009

.:: Le Carnet ::.
Âge du Personnage: 22 ans
Profession: Apprentie menuisière
Positionnement : Pélégon
MessageSujet: Re: Pataugeoire et barbotage   Ven 21 Aoû - 14:17

« Les vieux aiment raconter des ragots au lavoir. Ma mère aussi » déclara t-elle comme si elle trouvait cette activité inutile et ennuyeuse.

Elle espéra ne jamais finir au lavoir à cancaner sur les gens les mains dans la lessive ! Cette activité était inutile, et ne concernaient que les gens qui s'intéressaient à la vie des autres plutôt qu'à la leur. N'apprendraient-ils jamais à se mêler de leurs affaires ? Surtout les bonnes femmes, que Azrielle avait en horreur. Quel intérêt trouvaient-elle à parlementer sur le nombre de bijoux d'un tel, ou sur les coucheries d'une telle ? Non, vraiment, tout cela la dépassait. Il y avait bien mieux à faire dans le village !

« Rassure-toi, je n'irais pas parler à ta maternelle. Mais je ne vois pas pourquoi elle te dirais d'aller avec elle juste parce que tu as parlé avec moi. Je sais que les vieilles bigotes d'ici ne m'aiment guère, mais de là à t'interdire de me fréquenter... On dirait qu'elles me prennent pour une disciple de Panpale ! »

Elle avait ponctué sa phrase en élevant le ton, et des femmes la dardèrent d'un regard mauvais et moralisateur. Même pour plaisanter, on ne parlait pas de Panpale de cette manière. Mais Azrielle s'en fichait bien, elle ne croyais pas trop à toutes ces histoires. Bien que croyante, elle savait tout de même tirer les fables de la vérité. Panpale avait trop à faire avec la scission du village pour s'offusquer de la bravache d'une fille qui n'avait même pas passé son initiation !
La rouquine souriait, ravie de discuter avec quelqu'un de son âge qui ne la prenait pas pour une trouble-fête. C'était tellement rare qu'elle en profitait.
Lorsque Daphnaë lui demanda ce qu'était un meurtrier, Azrielle la regarda, ravie d'expliquer à quelqu'un le sens de ce terme, qu'elle avait elle-même appris quelque temps auparavant par son père.

« Un meurtrier, c'est comme un chasseur, sauf qu'au lieu de tuer du gibier, il tue des gens. » déclara t-elle, la science infuse. « Non, ce n'est pas rémunéré je crois...Mais un meurtrier est quelqu'un de profondément mauvais, garde-toi de t'en approcher, surtout de Vesper Astar. Je ne sais pas si c'est lui qui a inventé ça, mais en tout cas, moi je dis qu'il aurait mieux fait de s'en abstenir. Pauvre Zéphir ! »

Elle regarda son interlocutrice, les yeux graves. Azrielle aimait capter son auditoire, pour impressionner. La tonalité de sa voix était sépulcrale, et elle appuyait ses mots pour que Daphnaë en frémisse.

« Un meurtrier, c'est pire que Panpale lui-même ! On dit que Zephir a beaucoup souffert, que son sang macule encore la statue de Diron...Il paraît -à ce qu'on ma dit- que son visage était encore tordu de douleur lorsqu'on l'a retrouvé pendu...Vesper Astar est emprisonné dans la caserne...prie pour qu'il ne s'échappe pas jeune fille, ou tu pourrais te retrouver la gorge tranchée et vidée de ton sang, ou pire encore... »

Elle s'était approchée de la jeune Col'Weyn comme si elle imitait Vesper Astar qui allait tuer sa prochaine victime. Il imita un tranchage de gorge autour de celle de Daphnaë.

« ...te trancher la gorge comme une truie, et tu te viderais de ton sang avant même d'émettre le moindre cri »

Puis elle s'écarta un peu de la jeune fille, reprenant son visage habituel. Oui, Azrielle aimait décidément beaucoup conter des histoires, et plus elles étaient sordides, plus elle y prenait un malin plaisir. Ce rôle de professeur lui plaisait, comme si elle était un chef qui apprenait à ses jeunes recrue les dangers qui rodaient dans ce monde.
Elle regarda ses ongles, et enleva des petites crasses coincées entre sa peau.

« Mais bon, tu n'as rien à craindre. Lysandre veillera à ce qu'il n'arrive rien de mal. Tu peux dormir sur tes deux oreilles, mais n'oublie pas...Si Vesper peut le faire...chacun d'entre-nous pourrait l'imiter... »

Puis elle manqua de s'étrangler lorsqu'il fut mention de son échec aux épreuves d'initiations à la vie d'adulte. Cette petite chipie était douée pour paraître innocente, mais elle savait appuyer là ou ça faisait mal !
Azrielle prit une mine dédaigneuse, comme si cela ne l'atteignait pas, mais elle était piquée au vif !

« Ce n'est pas que je n'y arrive pas, mais j'ai décidé que d'être bûcheronne ne me convenait plus, et j'ai choisi la menuiserie, c'est tout »

Elle mentait, mais elle était trop fière pour avouer son échec à une adolescente. Le visage relevé elle montrait que tout cela ne l'atteignait pas. Houuu la menteuse !

« Et toi, Daphnaë, hm ? Encore quelques années et tu passeras ton initiation également, non ?»
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Daphnaë Col'weyn
Olaril
Olaril
avatar

Nombre de messages : 75
Age : 27
Date d'inscription : 29/03/2008

.:: Le Carnet ::.
Âge du Personnage: 16 ans
Profession: Apprentie tailleur de pierre précieuse...
Positionnement : Neutre
MessageSujet: Re: Pataugeoire et barbotage   Dim 20 Sep - 15:51

(et c’est reparti…) ^^

L’adolescente écoutait avec attention les paroles de la presque adulte, mais pas tout à fait; qui lui expliquait avec une certaine passion ce que signifie le terme de tuer. Elle semblait sur de ses paroles, comme l’étaient les prêtresses des temple, et peu à peu Daphnaë se laissa aller à succomber sous le charme de ses propos dans lesquels cette dernière mettait tant de vie. Elle l’avait trouvé tout d’abord amusante, quoi que un peu bête pour ne pas réussir les épreuves pour devenir enfin adulte. Mais au fur et à mesure de leur discussion, l’adolescente la trouva finalement très intelligente et c’est avec les yeux remplis d’étoiles qu’elle lui dit sans retenue :

‘’Ooohh… Qu’est-ce que tu es savante toi… Tu as étudié auprès des prêtresses.. ?’’

Lorsque le récit de Azrielle sombra dans le spectaculaire et le terrifiant, la jeune fille se prit au jeu, se rapprochant encore un peu plus de la conteuse improvisée afin de profiter encore un peu plus de chacun de ses mots. Daphnaë était littéralement captivée, prête à l’écouter encore et encore des heures durant, raconter d’autres histoires. Elle frissonna, lorsqu’elle commença à prendre une voix un peu plus grave… Elle devint fébrile lorsque l’explication devint fantasme purement imaginaire, et au moment précis ou Azrielle mima le geste d’un Vesper sanguinaire prêt à l’égorger sans le moindre remord, l’adolescente porta ses deux mains à son cou afin de se protéger de ce pseudo tranchage de gorge. Avec un réel éclair de peur dans le regard. Mais la jeune femme la rassura en lui disant que Lysandre ne laisserait jamais cela se passer, et un soupir de soulagement fusa généreusement des lèvres de l’adolescente à l’imagination sans doute un peu trop naïve. Elle reprit une respiration trop longtemps retenu, et dit :

‘’Je ne savais pas que c’était si effrayant de tuer… Mais… Pourquoi c’est mal, si c’est comme tuer des pauvres animaux sans défenses.. ? Les chasseresses sont aussi des meurtriers alors, n’est-ce pas.. ? Elles aussi, il faut les enfermer pour qu’elle ne tue plus d’autres animaux innocents.’’

Elle songea durant quelques secondes, et ajouta :

‘’ Lysandre aussi est une chasseresse, il faut l’enfermer elle aussi dans ce cas… Notre chef ne doit pas être une personne mauvaise, n’est-ce pas.. ?’’

Interrogea-t-elle alors la jeune femme, de son air le plus candide. Lorsque celle-ci lui expliqua les raisons totalement mensongère de son incapacité à devenir enfin adulte, Daphnaë poussa un gémissement de compréhension…

‘’Haaa… Je comprends… Tu ne sais pas encore ce que tu veux faire plus tard… Et les adultes qui disent que tu n’est pas capable de passer les épreuves, uniquement parce que tu es une incapable… La vieille Mirata dit même que tu finiras par garder les cochons un jour, c’est amusant, non.. ?’’

Pouffa l’adolescente, consciente que même pour elle ce genre de travail n’était pas des plus valorisant. Lorsque Azrielle l’interrogea à son tour sur le sujet, Daphnaë lui répondit des plus fièrement :

‘’moi, je pourrais passer les épreuves des demain, c’est trop facile. Ma mère dit que je taille les pierres précieuses comme personne… Enfin, quand j’en ai envie… Mais je passerais les épreuves sans problème, parce que moi je ne compte pas rester au village, non, non, non… Je veux partir au-delà des montagnes, afin de rejoindre le village d’ou sont venu les dieux, et la je leur demanderai de m’apprendre plein de choses comme ils l’ont fait en arrivant en Arestim…’’

L’enthousiasme de l’adolescente était perceptible dans chacun de ses mots, mais très vite celui-ci se tempéra lorsque Daphnaë ajouta un peu embêté :

‘’Mais pour ça il faudrait que j’apprenne à lire et à écrire auprès d’une prêtresse, mais ma mère refuse de m’aider, elle ne veux pas que je quitte le village…’’

L’adolescente croisa alors ses deux bras sur sa poitrine, et afficha une moue ou la contrariété se partageait avec la déception…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Pataugeoire et barbotage   

Revenir en haut Aller en bas
 
Pataugeoire et barbotage
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Un plouf dans la pataugeoire

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Tables d'Olaria :: Introduction à Olaria :: ♦ Les chemins de la vérité :: - Arestim Dominae :: ♦ Les Ruines d'Arestim Dominae :: ♦ L'Esplanade Couverte :: ♦ Le Lavoir-
Sauter vers: