AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Des ragots et un savon

Aller en bas 
AuteurMessage
Laetia Télaran
Olaril
Olaril
avatar

Nombre de messages : 1285
Age : 25
Date d'inscription : 11/02/2009

.:: Le Carnet ::.
Âge du Personnage: 17 ans
Profession: Orfèvre Commerçante - Recrue
Positionnement : Révolutionnaire
MessageSujet: Des ragots et un savon   Dim 8 Mar - 15:08

Il était très tôt, les premiers rayons du soleil venaient de percer l‘horizon et tout était silencieux. Laetia avançait son panier à linge à la main, dans celui-ci elle avait posé sa robe salie la veille au soir ainsi que la cape de Corwin dont l’intérieur n’était que boue et humidité. Elle avait revêtu une simple robe et s’était attaché les cheveux en un chignon serré, le travail promettait d’être fastidieux alors autant se mettre à l’aise.

Elle revisualisait sa sortie discrète de la maison, essayant de ne pas réveiller ses parents.

*Plutôt bien réussie comme escapade, personne ne s’est réveillé et avec un peu de chance je serais revenue pour le petit déjeuner…*

Elle arriva à sa destination : le lavoir. Grande source de travail et tout de autant de ragots. Certaines femmes étaient déjà là et discutaient. La jeune fille se mit un peu à l’écart et commença à écouter la conversation.

*Rien de bien intéressant, encore des rumeurs sur les machinations entre Hirune et Edorta, rumeurs inventées de toutes pièces* pensa-t-elle avec un sourire ironique.

Non, aujourd’hui elle n’était pas vraiment prête à entendre d’autres commérages sur les multiples assassinats possibles, elle était à la recherche de quelque chose de plus croustillant : elle voulait en savoir plus sur Lis Diantha. Elle sortit tout d’abord la cape de Corwin de son panier et se mit à la savonner, le travail était délicat et ne laissait aucune place à l’hésitation, elle ne pouvait se permettre de transformer un vêtement en vulgaire bout de chiffon !

*Frotte, frotte ! Rince et frotte encore ! Quel rythme ennuyant ! Et ces commères qui ne peuvent parler d’autres choses que de complots…*

Laetia soupira, elle qui pensait apprendre quelque chose aujourd’hui se retrouvait déçue et continuait sa lessive. Pour passer son temps elle chanta une ballade des anciens temps.

La jeune fille à la famille austère,
Aime un jeune homme qui l‘espère,
Son seul désir est de l’épouser !
Mais elle est déjà donnée !

L’amoureuse vit sa mère
Aux paroles bien plus qu’amères
« Ma fille tu ne peux choisir
A ton père tu dois obéir »

L’amoureuse vit son père,
Forgeron bien plus que fier.
« Je sais à qui te donner,
Tu ne peux le décider ! »

« Ô mon père je t’en prie,
Laisse-moi vivre ma vie »
La première réaction du père
Fut d’être rouge de colère

Puis voyant de sa fille les larmes,
Décida de rendre les armes,
« Va choisir celui que tu aimes,
Puisque je ne le peux moi-même »

La demoiselle emplie de bonheur,
Courut vers l’élu de son cœur
Son Amour lui déclarait
Que depuis toujours il l’attendait

Désormais ils vivent réunis
Une vie telle une symphonie,
Elle l’amour ne flétrira
Car elle est dans ses bras…


La chanson finie elle passa au nettoyage de sa robe, le tissu en était moins délicat que celui de la cape mais beaucoup plus taché, malheureusement. Elle recommença donc la ritournelle en frottant et rinçant. Les commères s’en allèrent alors et avec elles tout l’espoir d’un ragot intéressant.

*Qui sait ? Peut être aurai-je plus de chance une prochaine fois.*

Une mèche de cheveux s’échappa de son chignon et en voulant la remettre son pain de savon lui sauta des mains, rebondissant et glissant sur le dallage. Laetia essaya de le suivre mais n'ayant pas vu où il était parti elle se mit à le chercher sous toutes les fontaines présentes. Elle soupira de nombreuses fois et se préparait à abandonner sa recherche lorsque, en relevant la tête, elle vit des jambes qui ne povaient être que féminines. Elle ne l’avait pas entendue arriver tant elle avait été concentrée sur son savon.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zara Edorta
Décédé
Décédé
avatar

Nombre de messages : 28
Age : 25
Date d'inscription : 18/03/2009

.:: Le Carnet ::.
Âge du Personnage: 28 ans.
Profession: /
Positionnement : Partisane.
MessageSujet: Re: Des ragots et un savon   Dim 22 Mar - 17:56

Ce matin là, Zara était de bonne humeur. Comme à son habitude, elle se leva tôt, prenant le soin de quitter le lit conjugal le plus discrètement possible. Pendant plusieurs minutes, elle reste, comme hébétée, à contempler son mari dormir. Son sommeil était paisible, et son innocence le rendait croquant. Cependant, la brune ne pouvait pas passer sa journée à tenter de deviner ce qui rendait le sommeil de son bien aimé si paisible. Bien que le ciel laissait deviner que la journée serait ponctuée d'averses intempestives et que les vents guideraient un froid mordant, Zara se résigna à prendre la direction du lavoir, un panier plein sous le bras. A n'en pas douter, sa matinée allait être occupée.
Après s'être vêtue d'une robe chaude, Zara saisit sa cape noire et prit la direction du lavoir.

Arestim se réveillait, le soleil commençant à chasser l'obscurité. Il ne faisait pas encore trop froid, mais la jeune femme était frileuse et ne voulait se risquer à tomber malade. L'Allée des Centres commençait à s'agiter, et lorsqu'elle arriva à l'Esplanade Couverte, Zara ne fut pas surprise de voir que l'endroit n'était pas vide. D'ailleurs, lorsqu'elle arriva au Lavoir, la brune croisa un groupuscule de femmes ayant déjà fini leur tâche. Ce ne fut pas sa seule rencontre : un savon glissa jusqu'à sa position, et la belle s'en saisit. Il ne lui fallut guère longtemps pour en trouver le propriétaire : une jeune femme inspectait l'endroit, accroupie.
Le sourire aux lèvres, Zara se dirigea vers la blonde, et lorsqu'elle fut au niveau de celle-ci, elle la reconnut de suite. Laetia, la nièce de Corwin et Chalc, le premier étant un proche ami de Zara, le second étant lui le beau-frère de la brune. C'était une demoiselle qui incarnait à la fois la féminité et la jeunesse : Sa beauté et sa coquetterie ne lui empêchant pas d'être curieuse. Zara appréciait ce petit bout de femme qu'elle connaissait un peu, l'amour de Zara pour sa famille ayant cultivée chez elle une connaissance de presque tous les Télaran.

Le regard des deux femmes se croisa, et tout en souriant, Zara s'accroupit afin de rendre le savon fugitif à celle étant chargée de sa garde.

- Laetia, c'est un plaisir de te voir. Que fais-tu à une heure si matinale au lavoir ? Ne me dis pas qu'une jeune femme de ton âge apprécie de venir ici ! 


Zara avait, affectueusement, utilisé le terme de « femme » pour désigner Laetia, consciente que cela lui ferait sans doute plaisir. Le visage de la belle s'était d'ailleurs illuminé, tant elle aimait la présence des autres, cette essence indispensable à son bien-être.

- Si tu n'y vois pas d'inconvénients, nous pourrions ensemble aller nous occuper de mon linge : je ne suis pas venue ici depuis quelques jours, et j'ai du pain sur la planche ! 

Tout en parlant, la brune s'était dirigée vers la source, et s'apprêtait maintenant à démarrer sa tâche. En rien laver n'était une corvée aux yeux de Zara qui aimait le calme et l'esprit du lavoir, sorte d'antre de la femme, les hommes pointant le bout de leur nez ici demeurant être rares. Elle déposa sa cape, la proximité des Sources Chaudes adoucissant l'atmosphère de l'endroit, puis sortit sa brosse et son savon.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Laetia Télaran
Olaril
Olaril
avatar

Nombre de messages : 1285
Age : 25
Date d'inscription : 11/02/2009

.:: Le Carnet ::.
Âge du Personnage: 17 ans
Profession: Orfèvre Commerçante - Recrue
Positionnement : Révolutionnaire
MessageSujet: Re: Des ragots et un savon   Jeu 26 Mar - 17:17

Laetia parcourut du regard la personne qui se tenait devant elle et sut alors que c’était Tante Zara. Zara n’était pas sa tante au sens littéral du terme mais elle connaissait assez bien ses oncles pour que Laetia ait pris l’habitude de l’appeler ainsi, d’ailleurs elle ne se souvenait même plus des liens qui faisaient qu’en somme elles étaient un peu de la même famille.

*Une histoire de frères et de sœurs… Je n’ai jamais été douée pour ces choses là !*


Elle prit le savon des mains de la femme et sourit, elle aurait été bien mal de l’avoir perdu. Ce faisant elle entendit la phrase de la personne en face d’elle et rougit, flattée du mot « femme ». Bien sûr il était plutôt rare qu’on l’appelle ainsi, étant chouchoutée par ses parents, protégée par les autres, ils voyaient plus en elle une enfant qu’une future adulte.
Elle se releva, elle était ici pour laver des affaires et avait tout sauf envie de devoir en laver d’autres.

La proposition de Zara la fit sourire.

- Evidemment que je vais t’aider ! Il faut juste que je finisse de laver ma robe, résultat malencontreux d’une escapade qui n’a pas tourné comme elle aurait dû, dit-elle en riant.

Elle ramena donc ses affaires auprès de Zara et recommença son rituel, dans peu de temps elle aurait fini et pourrait s’attaquer aux affaires de sa « Tante ».

- Comme tu as dû le comprendre je ne suis pas vraiment là pour le plaisir *Et frotte et rince !…*. J’ai fait une jolie chute qui ne m’a valu que des taches ! Heureusement Corwin était là ! Mais bon ce qui est fait est fait et on ne peut rien y changer. J’imagine déjà ce que m’aurait dit ma mère si elle l’avait su ! (petit rire)

Laetia se sentait bien, elle avait besoin de compagnie sans aucun doute, et plongeait dans ses réflexions…

*Que pourrais-je manger ce soir ?*

…peu intéressantes il faut l’avouer. Elle revint enfin du pays des songes et parla allègrement.

- Comment va toute ta famille ? Ton mari (elle ne se serait jamais permis d‘appeler le Déchu par son prénom, elle dit donc cela d‘un ton empreint de respect), tes sœurs, et oncle Chalc ? Il n’est pas venu chez nous depuis un long moment...

Elle avait enfin fini son travail et piocha alors dans le panier de Zara pour laver de nouveau.

- Ces temps-ci d’ailleurs je ne vois plus grand monde. L’hiver n’aide en rien il faut l’avouer, mais la situation, sans vouloir te manquer de respect, devient intenable. Si seulement tout pouvait s’arranger ! Arestim est devenu une poudrière prête à exploser à la moindre secousse. En même temps je n’y connais rien en politique mais je te donne mes impressions franchement, et je sens que rien ne va comme il le devrait…

Elle s’était livrée à Zara, innocemment mais non sans arrière-pensée, elle n’avait pas réussi à obtenir des ragots sur Mademoiselle Danthia, elle aurait peut être des éclaircissements concernant les hautes sphères du pouvoir…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zara Edorta
Décédé
Décédé
avatar

Nombre de messages : 28
Age : 25
Date d'inscription : 18/03/2009

.:: Le Carnet ::.
Âge du Personnage: 28 ans.
Profession: /
Positionnement : Partisane.
MessageSujet: Re: Des ragots et un savon   Ven 27 Mar - 17:45

A n'en pas douter, cette rencontre allait égayer la matinée de Zara, malgré le temps maussade. Laetia était de ces gens qui par tout temps, toute occasion, souriait et prenait plaisir à être en groupe. A vrai dire, Zara se retrouvait un peu dans ce personnage, se souvenant sans mal de cette époque où elle était fougueuse et avenante. Si avec le temps elle avait calmé ses ardeurs, elle ne regrettait en rien ce choix : Sa vie était celle dont devait rêver toutes les Olariles. Un mari beau, aimant et agréable, une vie sans encombres majeures, à l'exception d'un évènement qu'elle n'aimait pas se remémorer, une maison de charme, une famille extraordinaire ... Et la liste n'était pas exhaustive !
Bien qu'elle soit jeune, Laetia méritait réellement d'être considérée comme une femme. C'est sans ronchonner qu'elle effectuait les tâches du quotidien, et elle appréciait se mêler aux autres adultes. Il fallait absolument trouver un mari à cette petite perle, car à n'en pas douter, ce serait une bonne femme.

Les deux Télaran commencèrent donc leur lessive, frottant et rinçant au gré de leur discussion. S'occuper du linge était un automatisme pour Zara, et elle n'accordait quasiment pas de regards à ce qu'elle avait dans la main : Le savoir-faire était bel et bien là.
Naturellement, la blonde commença à raconter la raison de sa présence ici. La femme du Déchu souriait tout en écoutant sa nièce éloignée. Ainsi, elle restait bien une adolescente, ayant besoin de s'échapper de temps à autre. Dans le fond, on ne pouvait pas lui reprocher cette attitude, quitter le cocon familial restait l'une des routes vers l'indépendance.

- Corwin est toujours là quand on a besoin de lui, même si on ne le sollicite pas ! C'est, à n'en pas douter, l'une des personnalités d'Arestim qui m'est le plus cher.

En effet, le jeune homme était un ami de confiance, un frère respectueux et un mineur talentueux. Zara redoutait même cette période estivale où il s'éclipsait, poussé vers l'appel de la Gerax, puis pensa au plaisir que ce devait être que d'avoir un oncle comme lui. Il était surement chaleureux, abordant les choses avec un ressentiment qui facilitait la confidence. Rien qu'à penser à lui et sa façon d'être, le sourire se pointa timidement sur les lèvres de la brune.

Une harmonie toute particulière régnait sur le lavoir, réussissant sans que cela soit descriptible à apaiser les esprits et encourager la discussion.

- Hé bien, tout est pour le mieux dans le meilleur des mondes ! Xan va très bien, je ne l'ai pas vu si impliqué en Arestim depuis bien longtemps, et mes sœurs vont bien, même s'il m'est difficile d'être constamment au courant des mésaventures de chacune ! Quant à Chalc, je t'avoue ne pas l'avoir non plus vu depuis quelques temps ... Mais qu'importe, s'il lui était arrivé quelque chose, nous serions au courant.
Et de ton côté, tout se passe pour le mieux ? Quand aurons-nous l'honneur de te voir passer officiellement à l'âge adulte, travailler de tes mains et construire une famille ?


La conversation s'installait naturellement, et aucun malaise ne perturba celle-ci. Non, les Télaran entretenaient de très bons rapports, et cela se ressentait. Puis Laetia aborda Le sujet du moment. Ce sujet auquel on ne pouvait échapper, dont on arrivait à se douter qu'il entretenait les murmures de ceux qui ne veulent être entendus, ainsi que les chansons de ceux qui préfèrent que l'on s'intéresse à eux ... Une bien étrange histoire que celle qui avait secoué Arestim, et Zara espérait que très prochainement, l'agitation des jeux de Bakarne retomberait, bien que les circonstances demeuraient être particulières, l'assassinat d'un Olaril restant peu commun, et les duels officiels étant bien plus justes, bien que sanglant.

- Arestim a connu de meilleurs jours, mais il ne faut pas que la situation s'aggrave. Les deux camps ont été fautifs, mais Lysandre doit continuer de nous représenter, de nous offrir l'occasion de la pardonner.

En rien Zara ne cherchait à dénigrer la Chef, non, mais elle savait que tous les habitants d'Arestim s'étaient, à un moment ou à un autre, posés cette question : Etait-ce volontaire ou pas ?

- Mais ne nous attardons pas sur nos soucis, surtout quand ils sont aussi sombres. Je n'aime pas discuter de cela.

Sans être forcément vexante, la voix de Zara, bien que douce et agréable, laissait implicitement sous-entendre que la discussion était close.

- Donne moi plutôt le nom du jeune homme dont la voix raisonne en toi ...

La quiétude était revenue, ainsi que le sourire complice de Zara.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Laetia Télaran
Olaril
Olaril
avatar

Nombre de messages : 1285
Age : 25
Date d'inscription : 11/02/2009

.:: Le Carnet ::.
Âge du Personnage: 17 ans
Profession: Orfèvre Commerçante - Recrue
Positionnement : Révolutionnaire
MessageSujet: Re: Des ragots et un savon   Mar 31 Mar - 21:07

*Ouch !*

Elle avait tenté le coup et c’était elle qui se trouvait prise au piège maintenant. Laetia commença par répondre aux premières questions avant de devoir aborder les sujets délicats…

- Je n’ai que 17 ans ! J’ai encore un peu de temps devant moi pour fonder une famille, voir des bambins courir de partout, une somme de travail sûrement épuisante, des humeurs changeantes, rien que l’idée me donne le tournis (gestes théâtraux) ! Quant à travailler je suis actuellement en apprentissage mais bon ça avance comme ci, comme ça, on va dire que je suis motivée mais je n‘arrive pas à trouver d‘orfèvre qui voudrait bien me prendre en apprentissage et contribuer à l‘approfondissement de mes connaissances…

Elle espérait que Zara aurait oublié entre temps le fâcheux sujet mais cet espoir était bâti sur de bien maigres fondations, en voyant la curiosité purement féminine qu'affichait Zara ainsi que son sourire encourageant la jeune fille comprit qu'elle devrait tout raconter. Il faudrait donc se lancer, coûte que coûte. Une idée germa alors dans son esprit, Kilian lui avait donné rendez-vous et elle avait expressément besoin de quelqu’un pour l’aider.

- Tu veux vraiment savoir qui fait battre mon cœur ? Je vais te le dire mais que cela reste entre toi et moi, le village comporte certaines oreilles indiscrètes.

Disant cela elle se retourna pour vérifier qu’il n’y avait personne dans le lavoir. Les commères étaient parties depuis bien longtemps et personne depuis n’était arrivé.

- Je te dis cela car mes parents ne le savent pas encore et Corwin non plus d’ailleurs, * Je me demande ce qu‘il va en penser*… Je l’ai rencontré en me baladant au milieu des échoppes. Je regardais deux, trois choses sans importance et c’est alors que je l’ai vu dans de bien étranges conditions ! Mais cela serait trop long à expliquer… Si tu savais ce que j’ai ressenti à ce moment, j’ai bien cru que j’allais m’écrouler tellement j’étais dérangée ! De plus tu es obligée de le connaître puisque c’est ton beau-frère. Pas le mari d’une de tes sœurs non, ni Kiriel ou Eldar, beaucoup trop vieux pour moi, mais Kilian…

Elle marqua une pause se rappelant de leur rencontre. Elle se perdait une nouvelle fois dans ses pensées, un sourire sur son visage.

*Que me dira-t-il ? Serais-je prête ? Il faut absolument que « tante » Zara m’aide.*

- Le seul problème c’est qu’il m’a donné rendez-vous dans moins d’une semaine au Marbre Blanc et j’ai eu beau me démener je n’ai toujours pas trouvé ma robe, ma coiffure, ce que je lui dirai, comment je devrai me comporter, ce qu‘il faudrait absolument que j‘évite… Je suis complètement perdue Zara, je panique !


Elle regarda droit dans les yeux sa « tante », un regard à la limite du suppliant.

- Pourrais-tu, je t’en prie, me donner quelques conseils ?

Laetia attendait beaucoup de la réponse de Zara. En effet, celle-ci la conditionnerait pour ce rendez-vous que l’on pourrait qualifier de galant. Elle avait tout sauf envie de paraître ridicule, après tant d’années d’attente elle ne pouvait se permettre d’échouer, surtout que cela avait plutôt bien commencé !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zara Edorta
Décédé
Décédé
avatar

Nombre de messages : 28
Age : 25
Date d'inscription : 18/03/2009

.:: Le Carnet ::.
Âge du Personnage: 28 ans.
Profession: /
Positionnement : Partisane.
MessageSujet: Re: Des ragots et un savon   Jeu 9 Avr - 19:19

En discutant avec Laetia, la brune avait l'impression de replonger elle aussi à l'adolescence. Cette période de la vie où l'alliance de l'insouciance et de la quiétude est agréable, une période où l'on se plait à n'être contraint de rien, si ce n'est peut-être de grandir. Grandir pour rencontrer et oublier, rire et pleurer, aimer et souffrir. Grandir. Sans qu'elle puisse comprendre pourquoi, une sorte de nostalgie s'empara de Zara. Non, elle ne regrettait rien. Sa vie était tout ce qu'il y avait de plus beau, et Xan illustrait mieux que tout autre cette réussite, mais des amis d'enfance, Zara n'en avait pas gardé beaucoup ... Qu'importe, en rien elle n'avait choisi la mauvaise voie, mais depuis sa fausse couche, l'Edorta se retrouvait souvent face à ses souvenirs. Elle revivait à travers quelques pensées sa jeunesse, et pleurait, en silence, de ne pas avoir pu aimer ses deux bambins.

* Il y a quelques minutes, tu étais de bonne humeur, ne te démonte pas ! *

Le soleil ne serait surement pas au rendez-vous aujourd'hui. Ni dans le ciel, ni chez Zara. La journée s'annonçait bien, mais l'entaille laissée par la mort des jumeaux restait saignante, et un rien suffisait à rappeler à la jeune femme ô combien ils lui manquaient.
Cependant, la présence de Laetia était tout ce qu'il y avait de plus agréable, et après plusieurs longues secondes, Zara retrouva le sourire. La vie continuait, et sa nièce en était la parfaite illustration. L'image que tout n'était pas perdu, et au moment de se lancer dans les confidences, la belle était aussi enjouée qu'en début de journée. L'humanité et la sincérité de Laetia avait suffi, la magie réopérait. Chaque nuage a une bordure dorée, et l'hésitation passagère avait rendu à la complicité sa place.
Alors que Laetia donnait ses directives à sa tante, tout en s'assurant que personne n'allait écouter ce qu'elle avait à dire, Zara se rapprocha doucement d'elle, le regard suffisant à exprimer que maintenant, la jeune blonde devait aller au bout et tout avouer.

Cette ambiance, Zara aimait cela. Tout en écoutant Laetia parler, elle hochait de la tête, car dans le fond, elles étaient toutes passées par là. C'était amusant de voir une jeune, et jolie, demoiselle se soucier de son apparence et de quoi dire, alors même qu'il suffisait de ne rien planifier.
Killian, c'était un jeune homme agréable et curieux, désireux d'apprendre et de mordre la vie à pleines dents. Zara ne lui avait que très peu parlé, étant donné la distance qui séparait l'adolescent de Xan, mais elle se doutait que Killian devait être adorable. Pour inviter une jeune Télaran au Marbre Blanc, il ne pouvait être que romantique et attentionné, d'ailleurs. La fougue poussait les adolescents à se voir en dehors de la ville, là où même le temps semble suspendu.

" Laetia, il n'y a qu'une chose que tu dois savoir ... "

En prenant un air grave, comme la circonstance l'imposait, Zara marqua une pause.

" Ce n'est pas moi, ni un autre Olaril, que Killian a invité au Marbre. C'est toi, et toi seule. En te dictant la conduite a adopté, je risquerai d'abimer ce qui peut lui plaire chez toi.
La meilleure chose à faire, c'est de rester sereine, et de ne pas être trop exigeante avec toi-même. Montre lui la Laetia qu'il doit connaitre, celle qui s'enfuit la nuit, tache ses robes et discute avec sa vieille tante ! "


C'était un honneur que d'être confidente, et la brune honorait sa tâche en préférant la vérité aux artifices qui peuvent la dissimuler.

" Mais dis-en moi plus ! Depuis quand connais-tu le jeune frère de mon mari ? "

[ Désolé, désolé pour le retard u__u ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Laetia Télaran
Olaril
Olaril
avatar

Nombre de messages : 1285
Age : 25
Date d'inscription : 11/02/2009

.:: Le Carnet ::.
Âge du Personnage: 17 ans
Profession: Orfèvre Commerçante - Recrue
Positionnement : Révolutionnaire
MessageSujet: Re: Des ragots et un savon   Ven 1 Mai - 15:28

L’air grave et sérieux de sa tante poussa Laetia à adopter un air de circonstance : celui d’une élève attentionnée et studieuse écoutant son maître.
Elle écouta donc attentivement les paroles de Zara, paroles qui la déconcertèrent tout d’abord avant d’atterrir dans un coin de sa tête où elles résonnèrent d’une manière qui était plutôt limpide.

- Je vois ce que tu veux me dire, c’est vrai que je dois décider de tout cela toute seule sinon je ne serai qu’artificielle devant Kilian, une personne ayant la même apparence que moi mais pas le même comportement… Je te remercie beaucoup de m’avoir aidée à me rendre compte que j’allais faire une erreur. Bon je vais tout de même éviter de lui montrer la Laetia qui tache ses robes pour un rien, on verra ça une autre fois, dit-elle en souriant.

Il est vrai que si elle lui dévoilait tout d’un coup le pauvre en serait déconcerté, elle essayait de voir quelle serait sa réaction et éclata de rire. Imaginer Kilian la mâchoire pendante sous le coup de la surprise était tout simplement hilarant. C’est alors, sous le coup de la question de Zara, qu’elle se rappela leur rencontre en détail.

- Comme je te l’ai dit j’ai rencontré Kilian au milieu des échoppes, il observait une boutique de bijoux perché sur une caisse en bois, c’est là que je l’ai surpris et l’ai pris pour un voleur. Bizarre n’est-ce pas ? Ensuite nous nous sommes plus immédiatement, dès le premier regard. Cela fait déjà quatre jours, court je le sais, l’histoire va un peu vite mais je pense que c’est mieux ainsi, s’il m’avait donné rendez-vous dans plus longtemps je crois que je n’aurais pas dit oui. Cela aurait eu l’air trop conventionnel…

*En y repensant notre rendez-vous n’est pas non plus des plus originaux, enfin, dans un sens si car qui penserait seulement sans bousculer les règles inviter à un autre rendez-vous si tôt ? Mais en même tout cela ressemble à un de ces innombrables contes pour enfants qui finissent toujours de la même façon… J’espère avoir une vie un peu plus trépidante tout de même*


Par la même occasion, en finissant cette réflexion, Laetia finit la lessive de Zara et voyant les rayons solaires faire irruption assez violemment dans le lavoir se redit compte que la matinée était déjà bien entamée.

- Je dois m’en aller tante Zara, mes parents ne savent pas que je suis ici et ne doivent pas le savoir, ils me poseraient trop de questions qui me forceraient à avouer ma petite escapade de l’autre nuit.

Sur ce elle sourit avec toute la chaleur dont elle était capable à sa « tante » et s’en alla, non pas sans oublier de la remercier encore et encore pour ses conseils précieux et judicieux.

Elle marcha tranquillement, sautillant parfois tant sa joie ne pouvait être contenue. Les échoppes dégageaient leurs senteurs et rien n’aurait pu troubler ce moment d’infinie douceur qui se répandait dans l’air.

*Me voilà enfin prête, il n’y a plus qu’à laisser aller le destin… Kilian me voilà !*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Des ragots et un savon   

Revenir en haut Aller en bas
 
Des ragots et un savon
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» ragots, secrets et retrouvailles [M., M-A., P-J.]
» Les commères, les mignons et les ragots
» Blog de Mago -- La déesse des Ragots.
» Caisses à savon
» "Caisses à savon" 2013

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Tables d'Olaria :: Introduction à Olaria :: ♦ Les chemins de la vérité :: - Arestim Dominae :: ♦ Les Ruines d'Arestim Dominae :: ♦ L'Esplanade Couverte :: ♦ Le Lavoir-
Sauter vers: