AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Deux vies autour de deux verres

Aller en bas 
AuteurMessage
Zephir Garthesia
Décédé
Décédé
avatar

Nombre de messages : 179
Date d'inscription : 13/08/2008

.:: Le Carnet ::.
Âge du Personnage: 34
Profession: Guérisseur
Positionnement :
MessageSujet: Deux vies autour de deux verres   Sam 11 Oct - 8:57

Like a Star @ heaven Les étoiles avaient retrouvées leur place dans le ciel maintenant assombrit. La soirée s'annonçait prometteuse. Luminara et Zephir avaient retrouvés une humeur guillerette, bonne enfant. Ils avaient fait un grand détour et approchaient tranquillement de la taverne. En entrant à l'intérieur, une forte odeur les submergea: Le mélange olfactif de vapeurs d'alcools, de fumées d'herbes de plaisir déjà consommées et d'effluves de viandes rôties.

Les deux compagnons s'installèrent à une table dans un coin de la salle. Ils voulaient tout deux continuer leur conversation de la côte; l'envie pouvait se sentir dans l'air ambiant.

Le serveur, enfin celui qui prenait les commandes, était à l'autre bout de la salle. En l'examinant plus attentivement, il réussit à mettre un nom sur le personnage: Oril Elanessë s'appelait-il, et, de mémoire de médecin, il avait été soigné par Zéphir d'une morsure de loup à la cuisse trois ans plus tôt.

Zephir écoutait d'une oreille attentive tout en essayant de reconnaitre tout le monde dans la pièce peu éclairée. Le toubib du village avait cet avantage: Il avait assisté les mourants dont il connaissait les noms; il soignait les vivants dont il connaissait les noms, et il mettait au monde les êtres qui n'avaient pas encore de nom. En somme, il connaissait tout les Olarils, ou presque. L'effort du physionomiste consistait seulement à associé la tête avec le titre.

Ce soir, la seule personne dont l'identification paraissait difficile était à l'autre bout de la salle. Il ne voyait que ses cheveux, d'un noir d'ébène, tombant sur ses épaules. Oril cachait le reste du corps de la femme.

En y réfléchissant, elle avait les mêmes cheveux que Kermaat.
Serait il possible que ...
Non, non et non. Il devenait paranoïaque, voila tout. S'il commençait à voir des Kermaat partout, sa vie allait devenir un enfer. Se résonner, c'était la seule solution acceptable.

-Hum ... Oh! Eu ... désolé, j'étais perdu dans mes pensées. Excusez mon impolitesse, et poursuivez, je vous en prie.

Zephir reporta toute son attention sur la chasseresse. Elle, au moins, était tangible. Elle au moins s'intéressait à lui, le considérait comme un homme. Peut-être arriverait-elle à lui faire oublier Kermaat ?
Sait-on jamais ...

Il s'engouffra dans une brèche de la conversation, pour rentrer dans le vif du sujet.

-Luminara ... Comment avez-vous ... vécu votre ... votre drame ? Vous savez, vous êtes véritablement une femme forte. Vous voyez, si Lysandre, notre chef à tous, est aussi brave que vous, je sais que notre village est entre des mains avisées.
Sincèrement Luminara, je tiens à vous exprimer mon admiration.


A vrai dire, les Hirunes l'avaient toujours impressionnées. Et plus il les côtoyaient, ses femmes peu communes, et plus il se confortait dans son choix. Le nom des Hirunes resterait à jamais gravé dans les mémoires. Like a Star @ heaven
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Luminara Hirune
Olaril
Olaril
avatar

Nombre de messages : 3503
Age : 28
Date d'inscription : 08/03/2008

.:: Le Carnet ::.
Âge du Personnage: 48 ans
Profession: Conseillère
Positionnement : Régulière
MessageSujet: Re: Deux vies autour de deux verres   Mer 15 Oct - 20:15

Marcher jusqu’à la taverne d’Irae leur permit à tous deux de retrouver leur sérénité et leur bonne humeur. Zephir semblait bien loin de l’état désespéré dans lequel Luminara l’avait trouvé, ce qui rassurait la danseuse. L’accueil d’Irae fut à la hauteur de ce qu’attendait Luminara. Sans poser de questions, elle donna une bonne table à son ancienne cliente et lui conseilla sa meilleure boisson. Mais le chef de l’établissement partit rapidement, sans doute pour les laisser seuls, et leur proposa de commander au serveur. Le serveur, Luminara le reconnut sans peine. C’était l’homme qu’elle avait vu aux fêtes d’Hegoa, et à qui elle avait donné un verre, dans un élan d’allégresse due à l’alcool. Mais il fallait avouer qu’elle ne le connaissait pas plus qu’avant, si ce n’est qu’elle pouvait mettre un nom sur l’homme aux tatouages.

Rapidement, Luminara se trouva à l’aise dans la conversation et discuta agréablement avec Zephir. Ils n’avaient pas relancé le sujet qui les occupait avant de se diriger vers la taverne, et la chasseresse ne faisait pas aller la conversation dans ce sens-là, peu sûre d’oser exprimer à voix haute son passé. C’est alors que Zephir la surprit par un compliment tout aussi inattendu que sincère. Luminara ne rougit pas, parce qu’elle avait passé l’âge – enfin, c’était ce qu’elle disait quand on lui posait la question – mais fut touchée par le compliment. Elle était habituée à susciter l’admiration, mais le compliment se démarqua par sa spontanéité. Elle inclina noblement la tête, en remerciement muet et gracieux, digne d’une danseuse. Puis, elle répondit :

- Lysandre est notre chef, mais il se trouve qu’elle est du nombre des Hirune les plus remarquables. Je ne la dis pas parfaite, ce serait une louange qu’on me reprocherait bien vite, mais je pense qu’elle est à… sa place.

Luminara eut un sourire désabusé, puis continua sans se laisser couper dans son élan :

- Puisque nous revenons au sujet qui nous occupait tout à l’heure, je dirais que je parle très rarement de ce qui m’est arrivé. Si j’ai opéré ce retour dans mes souvenirs, c’est parce que vous étiez tout à l’heure dans un état difficile. Vous me parlerez de Kermaat ?

Luminara refusait de laisser Zephir l’écouter et de profiter égoïstement du soutien moral du guérisseur. Elle voulait aussi apporter sa pierre à l’édifice, et, même si elle se surestimait, elle voulait entendre ce qu’il avait à dire. Au final, il n’en avait dit que très peu. Faisant comme si l’accord était tacite, elle reprit la parole, se plongeant dans ses souvenirs. Et pour la première fois depuis des années, elle put prononcer un nom qui était devenu tabou. Elle atteignit à nouveau, beaucoup plus vite que ce qu’elle avait pensé, le degré d’émotion qui avait été le sien quelque temps plus tôt. Une boule étrange dans la gorge, Luminara passa sa langue sur ses lèvres et commença :

- Qjar.

Ce fut tout ce qu’elle parvint à dire, alors qu’elle voulait prononcer une autre phrase. Comme si elle était entraînée dans un immense kaléidoscope dont elle ne maîtrisait rien, elle le vit à nouveau, en face d’elle. L’homme qu’elle avait aimé. L’Astar de sa vie. Celui qui l’avait soutenue. L’Olaril qui l’avait faite sienne tant et tant de fois. Un mélange de douceur et de fermeté, le mélange parfait pour compléter le caractère de femme affirmée de Luminara. Un homme avec qui elle pouvait partager énormément de choses, qui avait réussi à dompter ce côté sauvage et insaisissable qui la caractérisait. Le seul qui avait pu la retenir. Depuis combien d’années Luminara n’avait-elle pas prononcé son prénom ? Depuis quand avait-elle cessé de regarder les étoiles en souvenir de lui ? Depuis quand n’apparaissait-il plus quand elle prononçait cette sonorité étrange et exquise ? Soudain, le manque fut intolérable. Elle était en vie, sans lui. Il était parti rejoindre le Panthéon, sans elle. Hésione ! Pourquoi l’avoir pris lui ? Pourquoi l’avoir laissée elle ?

Luminara avait passé depuis longtemps le stade des pleurs, pourtant, ses yeux la brûlaient. Elle n’osait presque pas répéter ce nom qu’elle n’avait osé sortir du silence durant si longtemps. Alors, elle chuchota, plusieurs fois de suite :

- Qjar, Qjar, Qjar…

Ce fut alors qu’une dernière barrière céda, au plus grand dam de la chasseresse. Une larme, mais une seule, coula. Elle partit du coin extérieur de son œil droit et coula lentement le long de son visage. Les yeux de Luminara étaient grands ouverts, regardant Zephir sans le voir, plongés dans leurs souvenirs. La bouche entrouverte, Luminara n’arrivait pas à dire autre chose. Comment l’expliquer en quelques mots ? Il était bien au-dessus d’une description ! Comment retracer avec des mots l’harmonie de leur cohabitation ? Seul son cher « monsieur le conteur » aurait pu y parvenir, et encore…

Dire qu’elle ne pensait qu’en parler un peu avec Zephir ! Elle se rendait compte à quel point c’était un événement personnel et intime. Elle ne lui dirait pas tout. Elle en était tout simplement incapable. Alors, elle dit doucement :

- Hésione me pardonne, je l’ai perdu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zephir Garthesia
Décédé
Décédé
avatar

Nombre de messages : 179
Date d'inscription : 13/08/2008

.:: Le Carnet ::.
Âge du Personnage: 34
Profession: Guérisseur
Positionnement :
MessageSujet: Re: Deux vies autour de deux verres   Sam 25 Oct - 16:07

Like a Star @ heaven Il suffit d'une larme. Il suffit d'un mot.
Qjar.
Ces quatre lettres contenaient en elles toutes les émotions de Luminara. Sa peine, sa peur et son angoisse était palpable.

Zephir fit ce qu'il y avait de mieux à faire dans cette situation: Il se tut.

Après quelques secondes, il posa sa main sur celle de Luminara en signe de compassion. Sa peau était douce et chaude.
Il se demanda si celle de Kermaat était tout aussi agréable au toucher.


-Continuez, murmura t-il.

Il voulait plus que tout pouvoir apaiser l'âme de Luminara ; il se croyait capable de supporter le malheur de quiconque n'étant pas lui même. Il se trompait.

Se souvenant du pacte tacite exigé par la danseuse, il commença à parler. Puis s'arrêta.
Il n'avait tellement pas l'habitude de déballer ses problèmes. Après tout, Son histoire avec Kermaat était privée ? Cela ne regardait personne d'autre qu'eux ...

Sauf que ...
Sauf qu'il le devait. Maintenant et avec elle.

-Je ... Je suis malade ... Malade d'amour pour une femme qui ne m'aime pas.
Je me rappel l'avoir regarder pour la première fois à 19 ans. Je dis "regarder", car je l'avais vu avant ... Aperçus ... Mais jamais regardé, admiré. Je n'avais pas admiré sa beauté et sa grâce avant ce jour...


Un accès de défaitisme l'accablât soudainement:

-Bakarne aurait dû me foudroyer ce jour là ... Il m'aurait rendu service. Il m'aurait évité toutes ces années d'agonie muette ... De tourments de l'âme et du cœur ...

Se rappelant soudainement qu'il n'était pas seul autour de la table, il précisa pour la dame:
-Comme vous l'avez deviné, Kermaat ne m'aime pas ... Elle doit même me détesté. Et je ne lui en veut pas. J'ai été à la fois ridicule, dépressif et pédant avec elle. Qui voudrais d'un homme comme moi ?

Un temps. Il but une gorgée.

-Suis je vraiment un homme ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Luminara Hirune
Olaril
Olaril
avatar

Nombre de messages : 3503
Age : 28
Date d'inscription : 08/03/2008

.:: Le Carnet ::.
Âge du Personnage: 48 ans
Profession: Conseillère
Positionnement : Régulière
MessageSujet: Re: Deux vies autour de deux verres   Jeu 6 Nov - 15:01

Luminara fut brutalement arrachée à ses souvenirs par la main que Zephir posa sur la sienne. La danseuse n'eut pas un mouvement de recul, bien que ce fut précisément ce qu'elle aurait fait en temps normal. Autant la danseuse était séduisante et charismatique, autant la chasseresse ne supportait pas qu'on la touche. Mais ce soir-là, les deux se confondaient et Luminara prit le geste comme ce qu'il était : une marque d'affection et de soutien. Elle se rendait compte à quel point la discussion avait été loin. Luminara ne regrettait pas la larme qui avait coulé depuis son oeil jusqu'à son cou, et ne prit même pas la peine de l'essuyer, considérant qu'elle sécherait bien assez vite seule grâce à la chaleur de l'auberge de Filhakan, mais elle n'aimait pas qu'on la voie pleurer. Oh, sa tante aurait dit qu'elle n'avait pas pleuré, juste versé une larme, mais la nuance ne suffisait pas à Luminara. Toutefois, quelque chose lui disait qu'elle pouvait compter sur la discrétion de Zephir. Et l'instant d'émotion était passé. Luminara avait été rappelée trop rapidement à la réalité pour réellement d'épancher sur le sujet. Pourtant, elle ne s'expliquait pas cette légèreté qu'elle ressentait, ce poids qu'elle avait oublié qu'elle portait dans son coeur et dont elle ne se rendait compte de l'absence que depuis qu'il avait disparu.

Zephir, qui lui proposa de continuer avant de se rendre compte qu'elle n'irait pas plus loin. Luminara en avait peu dit, mais pour elle qui ne partageait jamais rien de trop personnel, ces quelques paroles faisaient poids de confidence. C'était à lui. Avec les mêmes difficultés qu'elle-même avait éprouvé un peu plus tôt, Zephir lui expliqua ce qu'il en était avec Kermaat. Luminara écouta sans montrer de moquerie, ni de compassion. Comme elle aurait détesté qu'on la regarde avec pitié, elle, la fière Chasseresse ! Alors, elle rendait courageusement la pareille, alors que l'histoire de Zephir lui inspirait une profonde condescendance. Des chagrins d'amour, Luminara en avait eus. Elle avait été une adolescente comme tout le monde, et elle avait simplement eu la chance que Qjar soit son amant favori au moment où ses parents l'avaient choisi. Mais ce que la danseuse ne comprenait pas, c'était la raison pour laquelle Zephir s'était acharné. Sans croire une seconde au principe d'une de perdue, dix de retrouvées, Luminara ne saisissait pas la raison pour laquelle il ne tournait pas la page. Quand il disait que Bakarne aurait dû le foudroyer, Zephir n'était pas tellement dans l'erreur. Certainement, Bakarne aurait du le foudroyer, pour qu'il oublie cette femme, pas pour qu'il meure - les pulsions suicidaires du guérisseur étonnaient au plus haut point la danseuse. Luminara ne voulait pas juger trop vite, parce qu'il lui manquait l'élément clé : elle ne connaissait pas la demoiselle impliquée. Enfin, elle croyait ne pas la connaître.

Par contre, quand Zephir demanda à voix haute s'il était vraiment un homme, Luminara se dit qu'ils sombraient dans le pathétique. Deux choses l'une : soit Zephir voulait qu'elle le conforte dans l'autre sens, auquel cas c'était particulièrement maladroit, soit il voulait qu'elle appuye son affirmation, auquel cas il ajoutait des tendances masochistes aux pulsions suicidaires. L'orgueil de la Chasseresse avait cependant ses limites, et Luminara n'aimait pas se comporter méchamment, à moins qu'elle n'estime que la personne l'avait mérité. Or, et c'était quelque chose qu'il fallait souligner, elle aimait bien Zephir. Elle devinait une amitié sincère et possible derrière les lamentations du guérisseur. Et elle ne voulait pas l'enfoncer davantage, alors qu'ils pouvaient rester bons amis.

- Je crois que sur la dernière option il n'y a pas à hésiter ; je me demande même pourquoi vous posez la question.

Luminara sourit avec cet air malicieux que la danseuse adoptait en représentation. Elle ne mentirait pas, elle détestait ça. Et si elle ne pouvait livrer à Zephir une analyse sérieuse de la situation comme elle l'aurait proposée à Lysandre, tout simplement parce qu'elle ne connaissait pas Kermaat, elle pouvait au moins être franche avec lui.

- Votre Kermaat a tout d'un premier amour. Vous n'avez plus l'âge d'un adolescent, ce me semble...

Luminara ne voulait absolument pas insulter Zephir ou le blesser en le rabaissant. Elle disait ce qu'elle percevait, c'était tout. Mais que dire sur les passions qui étreignaient un être humain ? Sujet bien trop vaste et complexe pour trouver réponse en quelques mots... Luminara ne se décidait pas sur ce qu'elle devait conseiller à Zephir. Avait-il de toute façon vraiment besoin de conseils ? N'attendait-il pas simplement d'elle qu'elle l'écoute. Pour cette raison, Luminara n'ajouta pas un mot.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zephir Garthesia
Décédé
Décédé
avatar

Nombre de messages : 179
Date d'inscription : 13/08/2008

.:: Le Carnet ::.
Âge du Personnage: 34
Profession: Guérisseur
Positionnement :
MessageSujet: Re: Deux vies autour de deux verres   Dim 9 Nov - 8:41

Like a Star @ heaven Dévier, éviter, contourner, prendre une autre voie, fuir.
C'était la philosophie inconsciente de Zéphir.
L'appliquant à la lettre, il revint sur Luminara.

-Alors ... Vous êtes danseuse, c'est ça ? Mais ... Vous avez déjà fait une représentation en publique ?
Parceque ... Enfin ... Je ne vous ai jamais vu ...
A mon avis, si je vous avais admirer en pleine transe, je m'en serais rappelé...


Un sourire sincère apparut sur son visage. Une admiration pour la chasseresse était visible sur sa tête. En même temps, il était évident qu'il essayait de faire le maximum pour réconforter la femme blessée.


-Vous devriez peut être vous faire plaisir à la prochaine fête ... Pourquoi-pas aux jeux de Bakarne ... ?
Je suis ... Certain ... Vraiment certain que ... Le peuple Olaril serait ravis, et éblouit par votre grâce !


Une once d'enthousiasme avait réussit à se transformer en réel envie chez le médecin. Il continua sur sa lancé:


-Imaginez-vous ... Tourbillonnant devant tout le peuple ! Les gens ne verraient que vous, seraient transportés, transcendés par votre jeu et reconnaitraient enfin votre valeur et votre talent!
Imaginez-vous aimé de tous, imaginez-vous devant une estrade remplie, devant des mains levées vers vous, ne vous rejetant plus mais vous acceptant !

Trop loin, trop vite. Un peu trop enthousiaste. Lui s'imaginait bien adulé par la foule. Peut être Luminara ne partageait-elle pas son désir secret de reconnaissance et d'amour ? Sûrement était-elle une personne plus sobre et plus digne que lui.

Besoin de changer de sujet. Vite.


-Au sujet de feu votre mari ... Est-ce qu'il ...

Mauvaise idée. Son expérience de confident lui avait appris à repérer quand une personne était au bout. Et il l'avait senti, Luminara était au bout avant de rentrer dans l'auberge.

Pour une fois qu'il se confiait à une personne, il ne voulait pas que celle-ci lui en veuille d'avoir été trop curieux.


-Enfin ... Je voulais dire ........... Hein ?! ..... Ke .... Ke... Kermaat !!

Scrutant de nouveau la salle, le serveur avait dégagée la vue de la seule personne que Zéphir ne pouvait identifié. Identification faite, son rêve du moment aurait été d'être une souris, dans un trou, de préférence.

Kermaat avait tournée la tête vers eux. Elle l'avait reconnu. Like a Star @ heaven
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Luminara Hirune
Olaril
Olaril
avatar

Nombre de messages : 3503
Age : 28
Date d'inscription : 08/03/2008

.:: Le Carnet ::.
Âge du Personnage: 48 ans
Profession: Conseillère
Positionnement : Régulière
MessageSujet: Re: Deux vies autour de deux verres   Mer 12 Nov - 14:13

Luminara, qui avait finalement complètement repris sa maîtrise d'elle-même, faillit écarquiller les yeux de surprise. Cela faisait des années qu'on ne lui avait pas répondu alors qu'elle posait une question. Non pas que le pouvoir des Hirune aille jusqu'à l'obligation pour tout Olaril de leur répondre, mais Luminara en imposait un minimum et généralement, on lui répondait. D'accord, elle n'avait pas posé de question à Zephir, et il n'était absolument pas obligé de rebondir sur ce qu'elle venait de dire, mais ce fut l'occasion pour Luminara de se rendre compte que les réponses qu'on lui fournissait n'étaient pas dûes, bien au contraire. Zephir détourna donc l'attention sur son métier, en posant à son tour une question qu'il n'aurait pas posée en temps normal, portant sur le rythme auquel Luminara se donnait en spectacle. Nouvelle prise de conscience : il ne faisait pas ça pour connaître vraiment la réponse, mais pour la réconforter, elle qui s'était pour une fois ouverte sur un plan personnel. Un sourire naturel reprit sa place sur les traits de Luminara et elle répondit :

- Oui, je suis Danseuse. Comme je suis Chasseresse.

Un éclat de rire retentit discrètement. La réponse à la question suivante s'avérait drôle pour l'esprit maintenant plus détendu de Luminara.

- Et oui, j'ai déjà fait une représentation en public.

Luminara ne précisa pas qu'elle ne comptait plus le nombre de ses représentations en public. A chaque fête importante, à chaque manifestation de joie, à chaque événement Hirune, elle lâchait ses cheveux et dansait. C'était un fait qui accompagnait obligatoirement les réjouissances. Soit Zephir restait continuellement chez lui à se morfondre sur Kermaat, soit un hasard malheureux faisait qu'il ne l'avait jamais vue. Pourtant, les mots maladroits de Zephir lui faisaient plaisir. C'était gentil, même s'il ne l'avait jamais vue. De fil en aiguille, Luminara repensa aux Erudits. La danse ! Mais comment n'y avait-elle pas pensé plus tôt ? Elle l'avait, son noyau ! Celui qu'elle recherchait en allant au pic, avant de rencontrer Zephir et de penser à autre chose. Les trois mots qu'elle s'efforcerait d'exprimer aux Jeux de Bakarne étaient tout trouvés, même s'ils ne colleraient pas de prime abord au contexte. Perdition - Rêve - Amitié. Elle n'en démordrait pas. Et elle savait parfaitement que les Erudits, après avoir ronchonné pour la forme, accepteraient son projet. Soudain moins lasse, elle regarda Zephir avec des yeux brillants, semblables à ceux d'un enfant :

- Je l'ai !

Son léger cri montrait à quel point elle jubilait. La chorégraphie s'enchaînait déjà dans son esprit, qui calculait les heures de travail nécessaires pour parvenir à un résultat. Elle devait maintenant tout expliquer à Zephir, ce qu'elle s'empressa de faire :

- Vous vous souvenez que je vous avais dit que j'étais en recherche, tout à l'heure ? Eh bien, chacune de mes danses tourne autour d'un thème qui est triple. L'ensemble formé par trois bases est vraiment intéressant et c'est la veine qu'il me plaît le plus d'exploiter. Je tiens enfin le thème pour les Jeux de Bakarne, que tu évoquais à l'instant ! Evidemment, je m'y produirai ! Durant la cérémonie d'ouverture, sans doute après la première intervention de Lysandre. Tu viendras me voir ? Oui, bien sûr, puisque c'est grâce à toi que j'ai trouvé mon noyau !

Luminara, dans son enthousiasme soudain, était passée au tutoiement sans s'en rendren compte. Elle vit passer une légère ombre dans les yeux de Zephir, et devina qu'il allait de nouveau changer de sujet. Seulement, il fit une mauvaise pioche et, tout en entendant des mots se rapportant à Qjar, Luminara le vit clairement passer du malaise à la stupeur la plus totale. Quelques syllabes sortirent de sa bouche, puis enfin, un mot. Un nom, qui fit immédiatement se retourner Luminara. Kermaat. La fameuse.

C'est alors que Luminara se sentit mal à l'aise. Elle n'aurait jamais cru que la divine Kermaat soit... elle. La Garthésia, dont elle ne s'était même pas donné la peine de rechercher le prénom. La femme qu'elle avait humiliée sans le vouloir. Malgré ce qu'elle s'était dit aux fêtes d'Hegoa, elle n'avait pas été voir Kermaat pour tenter de raccomoder - si le mot raccomoder pouvait convenir - quelque chose. Trop tard pour faire comprendre à Zephir que sa présence était devenue indésirable. Bien trop tard. De toute façon, il était dans un état bien trop instable pour tenter quoi que ce soit. Tout en se jurant de partir à la première occasion, Luminara resta assise pour accueillir celle qui n'allait pas manquer - du moins croyait-elle - de se joindre à eux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kermaat Garthésia

avatar

Nombre de messages : 118
Age : 34
Date d'inscription : 27/02/2008

.:: Le Carnet ::.
Âge du Personnage: 40 ans
Profession: Herboriste
Positionnement :

MessageSujet: Re: Deux vies autour de deux verres   Mer 12 Nov - 16:45

[suite de "un verre de trop"]

Oui, Kermaat avait bien tourné la tête, alors que le jeune homme de l'Auberge lui parlait encore. Elle resta un long moment à scruter l'horizon, jusqu'à tomber sur un visage familier, très familier. Malgré que sa présence ici ne soit en rien exceptionnelle, puisque tous les Olarils s'y rendraient fréquemment, ce fut surtout la compagnie qu'il avait qui l'avait surprise. L'Herboriste avait toujours eu à repousser les avances de son cousin, et d'aussi loin qu'elle se souvienne, il s'était langui d'amour pour elle, si bien qu'elle était désormais persuadée que jamais il ne pourrait ressentir d'autres sentiments pour une autre femme.

Et, sans savoir pourquoi, alors qu'elle croisa le regard de Luminara, qu'elle avait déjà vu plusieurs fois, et notamment à la Fête d'Hégoa, où les deux femmes avaient eu quelques échanges plutôt déplaisants pour la Borgne, très déplaisant... Kermaat ressenti comme le picotement désagréable de la jalousie. Ridicule ! La femme tourna la tête en se rendant compte qu'elle avait été impolie avec l'homme de l'Auberge, mais, déjà, il était reparti, sans qu'elle puisse entendre ses derniers mots. Confuse, elle le chercha du regard, mais il devait être déjà au travail...

Reportant son attention sur ce couple improbable que formait Zéphir et Luminara, Kermaat se décida enfin à s'approcher d'eux. Le visage de son Cousin semblait avoir pâli, ce qui accentuait encore cette impression étrange et jalouse chez l'Herboriste. Elle se trouva ridicule, et peint un sourire forcé sur son visage. La paradoxe étant qu'elle ressentait quelque chose de désagréable à imaginer Zéphir courtiser une autre femme, et surtout cette femme-là, et qu'en même temps, cette hypothèse laissait présager qu'il ne serait plus malheureux, à attendre quelque chose qu'elle ne pouvait lui donner...

Le tout était un mélange plutôt bizarre, très peu agréable, comme une boule à l'estomac et un coeur plus léger.

« Bonjour... » Fit-elle d'une voix qu'elle voulu enjouée, se disant sans doute qu'il était préférable de paraître sympathique, puisqu'elle n'avait vraisemblablement pas à être étonnée, mais tout ceci sonnait sans doute faux, car elle sentait gronder en elle quelque chose de sourd...

« Je ne suis pas la seule à vouloir voir du monde... je venais m'aérer l'esprit entre deux potions. Vous... » Kermaat, malgré sa stature aux formes rondes, sembla ne plus savoir comment s'amincir. C'était toujours ainsi, lorsqu'elle se trouvait en présence d'une autre femme, et encore plus vis à vis de l'Hirune... Elle devenait gênée, intimidée, et repensait désormais sans cesse à l'humiliation qu'elle avait ressentit le soir de la Fête.

« A ce que je vois, je vous dérange, vous semblez occupés. » Dit-elle enfin, après quelques instants, comme si elle n'avait pu se retenir plus longtemps. En effet, l'Herboriste n'avait pu que constater comme le visage de Zéphir était pâle, depuis qu'il s'était aperçu qu'elle l'avait reconnu, comme si... comme si elle était la dernière personne qu'il souhaitait voir, comme s'il avait été surpris dans une situation délicate...

La boule dans son estomac grossissait, et le coeur léger était plus lourd, d'un coup. Elle comprit trop tard qu'elle était en train de leur offrir un visage fermé, et que son oeil valide envoyait des messages de reproches à Zéphir.

« Pas la peine de t'expliquer, Zéphir, tu fais ce que tu veux. » Pourquoi lançait-elle tout ceci ? Pourquoi sentait-elle ses doigts piquer ? Elle même ignorait les réponses aux nombreuses questions sur son comportement absurde, qui prit une nouvelle dimension, alors qu'elle levait la main, et qu'elle envoyait sur la joue de son cousin, une main brusque, en une gifle vive.

Aussitôt, sans encore prendre la mesure de son geste, elle lança un regard des plus noirs à l'Hirune et tourna les talons, s'enfuyant, encore une fois, en courant, jusqu'à la porte, et plus loin encore...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zephir Garthesia
Décédé
Décédé
avatar

Nombre de messages : 179
Date d'inscription : 13/08/2008

.:: Le Carnet ::.
Âge du Personnage: 34
Profession: Guérisseur
Positionnement :
MessageSujet: Re: Deux vies autour de deux verres   Ven 14 Nov - 17:44

Like a Star @ heaven Incompréhension. Incohérence.
La douce Kermaat l'avait soufflé comme un vulgaire enfant. Et pour quelles raisons ? Aucune apparemment.
Avant, elle le rejetait. Maintenant, elle le jalousait. Et entre ses deux moment réservé aux couples, la magie du désir entre deux personnes n'avait jamais vu le jour.

Luminara le regardait. Lui, Zephir Garthesia, l'homme des situations grotesques, ne savait que faire tant celle-ci lui paraissait absurde.

Et pourtant, il l'aimait son herboriste borgne. A la folie. Passionnément même.

Se tournant vers Irae:

-Apporte moi une bouteille d'alcool ... Je te laisse choisir.


Une voie qui contenait de l'assurance. Peut être ce moment fut il celui ou il put jouir d'une grande lucidité. Il voyait enfin tout.
Tout. TOUT. T-O-U-T

Kermaat ne l'aimait pas. Kermaat ne l'avait jamais aimé. Kermaat ne l'aimerait jamais.
Son amour, impossible, était destiné par les Dieux à rester enfermé entre les murs de son cœur, au tréfonds de son âme, ou jour après jour, il le consumerait jusqu'à sa mort. Ou pire...

Irae vint poser une bouteille d'alcool fort sur la table. L'aubergiste eut la politesse de ne pas dire de traits d'esprit.

Sans même regarder ce qu'il y avait dans la bouteille, il se servit une bonne ration, et l'enfila cul sec. La pâleur de l'homme s'aténuait à vue d'oeil. Il se resservit un verre et le laissa sur la table. Sans l'avaler. Il le contemplait avec passion. L'alcool, au moins, ça vous donne beaucoup, sans beaucoup recevoir, l'inverse d'une femme, se dit il sur le moment.

En parlant de femmes, il y en avait une devant lui qu'il avait laissé dans sa tête, dans un coin. Zephir leva les yeux du verre, déterminé, et dit d'une voix qui se voulait solennel.


-Je vous fait la promesse que rien au monde ne m'empêchera d'assister à votre danse, Dame Luminara.


Le peu de sociabilité qu'il lui restait venait d'être consumé. Son regard se fit vague, fixant le vide, dénué de sentiments... Like a Star @ heaven
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Luminara Hirune
Olaril
Olaril
avatar

Nombre de messages : 3503
Age : 28
Date d'inscription : 08/03/2008

.:: Le Carnet ::.
Âge du Personnage: 48 ans
Profession: Conseillère
Positionnement : Régulière
MessageSujet: Re: Deux vies autour de deux verres   Dim 16 Nov - 14:37

Luminara ne comprit l'étendue du désespoir de Zephir que quand elle entendit le son sec de la main de la demoiselle sur la joue du guérisseur. Une gifle ! En public ! Mais... à quoi pensait donc Kermaat ? Elle qui avait été humiliée et qui savait à quel point c'était douloureux, infligeait à son plus fidèle soupirant ce qu'elle ne supportait pas ! Les deux yeux de Luminara se rétrécirent, signe d'une irritation spontanée. Même elle, l'Hirune, n'aurait osé, dans sa plus grande colère, porter la main sur quelqu'un. Elle aimait penser que savoir se contrôler requérait une plus grande discipline d'esprit que le laisser-aller, aussi se targuait-elle de ne pas sortir de ses gonds devant la société olarile. Même au coeur de ses démêlées avec Jezabel, Luminara n'avait pas pensé sérieusement à l'atteindre physiquement. Et puis, quelques mots froids jetés avec mépris pouvaient avoir un effet bien plus destructeur... Une chose était sûre : Zephir et Kermaat allaient être au coeur d'une moquerie sans fin qui durerait jusqu'à la prochaine rumeur qui pourrait distraire les matrones !

Force était à la danseuse de remarquer que l'attitude de Kermaat n'était pas logique : elle faisait une crise de jalousie à celui qu'elle repoussait pourtant depuis longtemps ! Mais Luminara était femme, elle aussi. Et elle savait parfaitement qu'une femme ne supporte pas de voir celui qu'elle a fièrement dédaigné accorder ses faveurs à une autre... Complications et faux-semblants. Dire qu'elle avait longtemps joué à ce jeu-là, elle aussi ! L'histoire de Zephir et Kermaat n'était qu'à eux. Luminara ne voulait pas s'en mêler. Si elle avait été plus proche de Zephir, peut-être aurait-elle eu une réaction différente, mais elle ne pouvait que rester - contrairement à ce qu'elle avait prévu en voyant Kermaat approcher - et partager sa bouteille d'alcool. Après tout, elle avait elle aussi des vieilles plaies à soigner. Kermaat s'était enfuie - si Luminara avait été de nature cruelle, elle aurait ri de l'incapacité de la Garthésia à affronter le regard des autres - et elle ne pouvait laisser le guérisseur seul - aucune envie de l'empêcher de se jeter dans le feu.

Quand Irae vint déposer une bouteille bien remplie sur la table, Luminara la remercia d'un bref signe de tête pour sa discrétion. Un sourire complice de l'aubergiste et elle repartait. Luminara remplit son verre à ras bord et le vida d'un trait. Elle sentit la brûlure lui traverser la gorge et se diffuser dans son corps. La Danseuse ne dit rien ; le guérisseur répondit, comme en écho à ce verre qu'elle venait de boire avec lui, en lui faisant un promesse. Promesse qui toucha Luminara, même si elle lui semblait implicite, mais dont elle fut contente de voir l'affirmation. Elle remplit un nouveau verre - en se promettant que ce serait le dernier, et avec la ferme intention de s'y tenir, goûtant peu le plaisir d'être saoule, comme toute Chasseresse qui se respecte - et le leva vers Zephir :

- Tout est dit.

Et elle avala le contenu de son verre. Ne restait qu'une soirée de mots vains et la chaleur d'une autre personne portant regrets ou désespoir.

[HRP]je propose de terminer ici, non ?[/HRP]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Deux vies autour de deux verres   

Revenir en haut Aller en bas
 
Deux vies autour de deux verres
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La solitude c'est mieux à deux ( pv Tom )
» -> Par deux fois autour du Cou liés ? Only Dark <-
» C'était juste un bol de terre, et deux idiots autour [PV Green]
» Un triste destin ~ qui éteint deux vies
» Benjamin ? Deux chromosomes en attendent deux autres.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Tables d'Olaria :: Introduction à Olaria :: ♦ Les chemins de la vérité :: - Arestim Dominae :: ♦ Les Ruines d'Arestim Dominae :: ♦ La Place des Ires :: ♦ A l'auberge de Filhakan-
Sauter vers: