AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Mithra Edorta

Aller en bas 
AuteurMessage
Mithra Edorta
Olaril
Olaril
avatar

Nombre de messages : 5509
Age : 29
Date d'inscription : 12/08/2008

.:: Le Carnet ::.
Âge du Personnage: 56 ans
Profession: Orfèvre, Veuve de Laclaos
Positionnement : Aha...
MessageSujet: Mithra Edorta   Mar 12 Aoû - 19:11


    Née Télaran



    Derrière l'Ecran, le Joueur.

    • Pseudo : Dare
    • Âge : 21 ans
    • Localisation : Gap 05

    • Autre personnage : Limna Hirune

    • Temps consacré au net (et au forum) dans une journée : De une à deux heures en semaine, un peu plus lors des jours de repos et le week-end. En général je me débrouille pour répondre au moins une fois par semaine.
    • Comment avez-vous connu Les Tables d'Olaria ? : Moh ça fait longtemps que je traîne par ici ! Je jouais sur les Gardiens, à l’époque ^^
    • Quelque chose à ajouter ? : Bah, si besoin d’un coup de main ou quoi, vous savez que vous pouvez compter sur moi ^^



    Devant Vous, le Personnage.


    • Prénom : Mithra
    • Nom : Edorta, née Télaran.
    • Âge : 56 ans
    • Sexe : Féminin
    • Famille : Elle est la veuve de l’ancien Chef, Laclaos Edorta, et par conséquent la matriarche de ce clan. Elle garde pourtant énormément de tendresse pour son clan d’origine, les Télarans.
    • Profession ou métier : Orfèvre

    • Positionnement :
      Il n’est personne pour ignorer que Mithra s’opposa avec virulence à Lysandre, et ce pratiquement depuis sa nomination. Elle la considère toujours comme une incompétente, mais sa lutte s’est grandement adoucie, depuis le départ du Convoi.
      Pour ce qui est de son positionnement vis-à-vis des Ilédors, Mithra est conservatrice.

  • Taille : 1m 70
  • Poids : 61Kg

  • Description physique détaillée :

    Femme.
    C’est ce qu’est Mithra, indéniablement. Une femme généreuse, voluptueuse, à qui les années n’ont su ravir ses atouts. Ses formes sont prononcées, sa taille marquée* et sa peau laiteuse. Une femme qui a donc de quoi ravir nombre d’hommes. Et pourtant, bien qu’elle soit amplement capable de mettre en avant ces atouts, elle le fait avec intelligence. Elle considère comme vulgaires ces femmes qui se moulent dans des carcans de cuir, offrent à voir une gorge déployée, sans mystères ni subtilité. Car oui, la Veuve est une femme d’une grande subtilité, et ce quand bien même elle fasse preuve d’une certaine sensualité. Cela passe plutôt par un port altier, une démarche souple et coulée, des gestes posés et un regard intense…
    Mithra met un point d’honneur à se montrer élégante en toute circonstance. Nul doute, donc, qu’elle saura s’adapter aux nouveaux critères de beauté qui lui seront imposés au sein des Ilédors. Parfums, matières lumineuses, elle a pour cela un goût souvent juste. Elle revêt, la plupart du temps, de la soie. Sauvage bien souvent, car cela lui permet d’appuyer une noblesse plutôt sauvage, puissante. En effet, ayant grande conscience de ce que signifie le fait qu’elle soit l’héritière d’un roi du passé, elle s’assure de jouer de cela en toute circonstance, et ne cherche aucunement à se « fondre dans le décors ». Bien au contraire, c’est de ses origines que lui vient le pouvoir auquel prétendent ses traits.
    Sauvage, la soie, donc.

    Mais charmante. Et ce en toute circonstance. La Veuve de Laclaos n’a en rien perdu son air policé, emprunté parfois, qui faisait sa marque en Arestim. Ses sourires sont étudiés, intelligents, de même que son regard. Il est bien laborieux pour qui ne la connaît pas de lire Mithra Edorta, et c’est là une caractéristique qu’elle entretient farouchement.
    Un visage pourtant marquant : des pommettes altières, saillantes, une bouche maquillée et propice aux sourires, des yeux en amande, d’un noir profond et couverts de cils épais. Elle a le menton étroit, et une ovale plutôt douce. Une femme que l’on a plaisir à regarder, donc.

    Enfin, ses traits n’ont plus rien de juvéniles, et ce depuis longtemps à présent. Quoi qu’à peine entamés de ridules d’expression, ils inspirent en général une impression de sagesse et fiabilité…

    * Selon nos critères, Mithra appartient clairement au type méditerranéen.

  • Particularité physique notable
    - Comme toutes les femmes Olariles, elle ne fait pas son âge. Un observateur étranger lui donnerait péniblement la quarantaine.
    - Elle se pare systématiquement de bijoux qu’elle a elle-même réalisés, avec une nette préférence pour les tiares et d’ingénieux mécanismes venus recouvrir épaules et gorge.
  • Description psychologique détaillée

    Autrefois, Mithra était une épouse, et une mère.
    En effet, la Veuve a une conscience très aiguë de son instinct maternel. Aujourd’hui, pourtant, ses fils sont décédés, mis à part Kiriel, qu’elle croit perdu et sans retour possible. Demeure cependant le fait que quiconque s’en prendrait à l’un des membres de sa famille ne tarderait pas à réaliser quelle fut son erreur. Une louve, prête à tout pour son clan, et ce sans limite possible. Femme à l’immense propension à l’Amour, elle sait se donner, quoi qu’avec sagesse, à qui s’attire son affection. Ainsi, quoi qu’elle perdit dans les Feux de la Gérax son fils aîné, Xan, pour lequel elle s’est opposée à Lysandre, elle se retrouve chaque jour des visages dont elle fait sa priorité…

    Puis elle lutta…
    Et ce fut là pour elle de mettre à l’épreuve son sens aigu des intrigues et des manigances. Mithra est une femme machiavélique, au sens philosophique du terme : habile pour ce qui est de la manipulation, elle est une oratrice efficace, et possède une grande maîtrise de son image et de ce qu’elle représente. Dans la lutte, Mithra n’est pas femme à reculer devant les sacrifices, lorsqu’elle les juge opportuns et d’une juste mesure. Elle n’est plus femme à sacrifier sa vie, ou celle d’autrui à l’ascension de ce qu’elle soutient. Parce qu’elle juge que cela la desservirait, et ce à juste titre, bien entendu. Toujours cette maîtrise, cette sagesse qui fait d’elle une femme souvent engagée, mais solide et efficace. Capable d’insuffler la colère, de maîtriser la foule, et ce sans se mettre en danger.
    Jusque là, se porter elle-même sur le devant de la scène ne fut dans de ses priorités. Sans doute n’est-ce pas un mal pour ses adversaires, car la Veuve est une très -trop ?- habile politicienne.

    L’Eternelle Endeuillée
    Cet aspect là de la Veuve de Laclaos tend à se déliter quelque peu, cependant. En effet, elle a enfin délaissé ses atours de Veuve, dans l’espoir de refaire sa vie, de reprendre son métier d’orfèvre et de se porter à la hauteur des meilleurs artisans d’Edor Adeï. Elle est donc pétrie d’un enthousiasme sans borne pour toutes les possibilités qu’offre cette nouvelle vie, et a été parmi les plus rapides à se défaire d’Arestim. Un lieu qui la gangrénait, qui la vit au plus bas, entre la vie et la mort… A deux doigts de l’abandon total.
    Mais si elle se reconstruit une existence, et si de nouveau son visage sait se faire avenant et heureux, Mithra n’en oublie pas pour autant qu’elle est la Veuve d’un homme, et une mère sans enfants. Certes, demeure Kiriel… Mais son comportement l’a poussée à le placer comme les autres sous les ruines d’Arestim… Elle a beaucoup à faire, beaucoup à rebâtir et trop besoin d’espoir pour voir son fils et son esprit fermé la retenir. Une blessure, pire que la mort. Lui, Xan, Varvara, Eldar, Killian. Autant de visages, issus de sa chair, aujourd’hui disparus… égarés.
    Aujourd’hui, alors qu’elle entrevoit l’avènement d’une nouvelle vie, ses promesses, ses espoirs, elle ne peut s’empêcher de songer bien souvent à celui qui fut son amant, son roi, son frère toutes ces années. Un Laclaos Edorta qui lui était uni par un amour et un respect qui ne connurent nulle limite. Et ce quand bien même il déshérita leurs fils.
    Elle le sait pertinemment, quoi qu’elle n’en dira sans doute rien… Aucun homme ne balaiera de son âme les traits et le sourire de Laclaos.

  • Particularité psychologique notable
    Jusque là, elle s’est tenue en arrière, dans l’ombre de marionnettes utiles… Mais aujourd’hui, apparu avec la découverte de l’hérédité de leur peuple, grondent en elle de plus ambitieux désirs…

  • Connaissances, Savoirs, Capacités
    Jeune Télaran, elle reçut les enseignements propres à celle que l’on destine au chef d’Arestim.
    Des rudiments de lecture, donc, mais surtout une habileté à la monte et à la bienséance.
    Elle est également un orfèvre hors-pair pour un Olaril. Ses créations étaient parmi les plus prisées du village, suivant de près celles de son père, Jaime. Force lui fut de ne pas prendre la relève de celui-ci lorsqu’elle se maria, mais elle est bien décidée à s’élever dans ce domaine au niveau des Ilédors, et à s’imposer en Edor Adeï par ce biais.

  • Position face aux événements politiques
    Voyant son fils destitué à la nomination de Lysandre c’est tout naturellement que Mithra s’est opposée à elle. Personne, d’ailleurs, n’ignore cet état de fait.
    Aujourd’hui, les tensions se sont apaisées et Mithra est redevable à Lysandre de lui avoir sauvé la vie. Cependant demeure le fait qu’elle la trouve incompétente, et indigne de diriger les Olarils. Elle la soupçonne toujours, également, d’avoir manipulé son défunt époux pour arriver à ces fins. Ainsi n’abhorre-t-elle plus la femme, mais ne peut-être pas non plus se montrer favorable à son statut actuel ni à son éventuelle ascension avec leurs nouvelles… perspectives.

  • Pourquoi êtes-vous parti vers la Gérax avec le Convoi ?
    Après les Feux, Mithra n’avait plus rien à perdre. Plus d’atelier, plus de famille, plus de lutte possible. Plus de vie en somme. La Veuve vit le départ des Olarils comme la seule chance qu’elle avait encore de se relever. Sa vie en Arestim n’était plus que maladie, souffrances morales comme physique. Un lieu maudit, hanté par les chimères du passé.

    Mithra a marché vers un nouveau monde plein de promesses, mais a aussi surtout fui les blessures infligées par cette terre.

  • Relations Sociales particulières
    - Lysandre, bien entendu, qui est et demeure sa meilleure ennemie. Leur relation a eu beau évoluer, ces deux figures antagonistes ne peuvent aller sans s’opposer… Deux teintes, deux femmes qui semblent faites pour se dresser l’une contre l’autre. Peut-être juste avec davantage de diplomatie que par la passé.
    - Kal’Berrik également, qui a pris dans son cœur la place de l’homme à abattre. Ouvertement menacée par le fanatique dans le Convoi, cet homme représente absolument tout ce qu’elle hait : un homme vain, prétentieux, imbu de lui-même et, à son sens, dangereux. Certes, Mithra n’est pas en reste question manipulation, mais elle garde de son esprit machiavélique un aspect plus noble. Gouverner un troupeau de décérébrés l’angoisse. Kal’Berrik est donc une menace pour tout ce pour quoi elle se bat. Sans doute la seule lutte où elle saurait s’engager corps et âme.
    - Luminara Hirune est sa compagne de veuvage. Une femme qu’elle connaît peu et que, compte tenu de leurs engagements respectifs, elle ne fréquente qu’avec parcimonie. Pourtant cette dernière est un incontournable du paysage Olaril. Elles ont évolué en parallèle… mais de façon tellement similaire que c’en est troublant.
    - En arestim, Mithra complota aux côtés de Jezabel Hirune, mais perdit toute trace de celle-ci depuis les feux… A regret, sans doute. La Veuve s’était découverte là une femme appréciable. Elle espère que la vie Ilédore saura lui redonner l’équilibre perdu.
    - Son frère, Mithridate Télaran. Le seul à la connaître à la perfection. Le seul à ne point se laisser abuser par ses manipulations. Elle souffre énormément de le voir distant, et ignore tout du drame qui pèse sur ses épaules.
    - Elrick Paine (PNJ*) est, depuis les feux, le plus fidèle compagnon de la Veuve. Il la suit partout, l’assiste tel un page fidèle, en échange de quoi elle lui enseigne l’art de l’orfèvrerie. Elle doit à cet adolescent acnéique et dégingandé de ne pas avoir sombré, après le décès de Xan, Varvara et Eldar. Ce n’est pas un fils de substitution, mais cela tend à l’être.

    * Pour l’instant, ce personnage n’est pas proposé à la reprise.

  • Équipement et possessions
    Depuis les Feux, Mithra a perdu tout ce qui faisait sa richesse et sa gloire d’antan. Elle n’a conservé de cette vie-là que quelques effets :
    - Les pierres précieuses qui lui étaient utiles pour l’orfèvrerie, et qu’elle conserve religieusement dans une pochette en satin.
    - Trois tenues de soie sauvage : rustiques, par rapport aux atours Ilédors, mais elle les conserve car elle les tient de Laclaos. Elles sont au demeurant tout à fait gracieuses… Simplement plutôt sobre, pour ce nouveau monde ou le faste est chargé et les couleurs multiples.
    - Des bijoux réalisés par son frère, Mithridate, son père et elle-même. Ces derniers ont souffert lors des Feux, mais elle a su les reprendre et leur rendre leur aspect d’origine…
    Un seul ne la quitte jamais : le lourd médaillon offert, lors de leur mariage, à Laclaos. Celui-ci le porta jusqu’à sa mort, aussi la pièce de métal, réalisée lors de l’initiation de Mithra ne la quitte-t-elle jamais.

  • Animal de Compagnie
    En Arestim, Mithra possédait une jument à la robe d’argent, dressée par Cyclaë. Elle fut contrainte de s’en séparer avant de gravir l’Aiguille. Une bête d’une incroyable intelligence, et d’un caractère très doux.
    Elle doit également la vie au chat noir, au pelage plumeux de feu sa belle-fille, Zara Edorta. L’animal disparût une fois le Campement de fortune établis.

  • Pistes de Développement pour votre personnage
    Je n’ai pas encore de certitudes quant à ce que je ferais de Mithra par la suite. Je compte insister sur l’orfèvrerie, qui sera sa quête principale… Mais Mithra n’est pas femme à demeurer insensible face à qui lui laisse entendre qu’elle peut prétendre à un trône…
    Dans les potentielles évolutions, donc :
    - En faire une orfèvre prisée, ce qui lui assurerait une situation enviable dans la Ville Haute,
    - Un mariage, pourquoi pas, ou du moins un amant pour l’aider à se refaire,
    - Pourquoi pas des ambitions plus hautes encore… Et pourquoi pas l’occasion de reprendre la lutte. Mais en son nom, cette fois, à moins qu’un homme qu’elle estime ne se dresse dans son chemin et saura la convaincre de s’effacer, encore.


Dernière édition par Mithra Edorta le Mar 27 Avr - 19:11, édité 17 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.obsidare.fr
Mithra Edorta
Olaril
Olaril
avatar

Nombre de messages : 5509
Age : 29
Date d'inscription : 12/08/2008

.:: Le Carnet ::.
Âge du Personnage: 56 ans
Profession: Orfèvre, Veuve de Laclaos
Positionnement : Aha...
MessageSujet: Re: Mithra Edorta   Mer 13 Aoû - 21:02

    La Veuve


    « Dame Alanis ! Dame Alanis ! »
    La jeune femme se précipita, voyant la silhouette de la femme enceinte tituber dangereusement. Celle-ci se retint d’une main au mur et, haletante, releva vers elle un regard alarmé.
    « Ça y est… »


    ***


    Ainsi Mythra Télaran est-elle née d’Alanis Télaran et de Jaime Télaran.

    « Par Héoga, elle est magnifique »
    Avec un sourire lumineux, la dame de compagnie s’écarta, le nourrisson dans les bras, pour le montrer à l’assistance. Femmes de tout âge, de la famille d’Alanis Télaran, mais également un vieil érudit au visage et aux mains parcheminées. Il souleva à son tour l’enfant, ses mains rugueuses ayant perdu leur tendresse et leur douceur avec l’adresse qui autrefois était sienne enserrant le corps de la fillette comme les pattes osseuses d’une araignée. Tout le monde retint son souffle. Cet instant était primordial. La mère, ses mèches d’ébène collées à son front par la sueur, se redressa également un peu, lorsque de sa voix chevrotante, l’homme déclara : « Mithra » Ce nom fut accueilli par un murmure approbateur. C’était un nom plein de noblesse, à la hauteur du rang futur de la fillette. En effet, elle était la première-née de cet important couple Télaran. L’aïeule laissa éclater sa joie d’une prière sonore à la grande déesse Héoga, puis l’on ouvrit les fenêtres. Dehors, la foule attendait patiemment la nouvelle. Beaucoup de Télaran, mais également des curieux et d’autres personnes, attendant nerveusement la nouvelle.
    Lorsqu’enfin la fête pu commencer, La mère et l’enfant savourèrent leurs premières heures de quiétude, tandis qu’au-dehors le père ému se voyait félicité de ce premier enfant bien formé et en bonne santé.

    Les premières années de vie de la petite Mithra se déroulèrent de façon plutôt banale. Partagée entre les jeux propres aux enfants de son âge et les premiers rudiments du métier de son père, elle grandit de façon équilibrée, dans une certaine richesse. Ses parents, très proches des chefs du clan Télaran, étaient des artisans respectés, pris en exemple, et leur nom était encensé dans leur famille comme dans les autres. Le père de Mithra était d’ailleurs très proche du dirigeant d’alors, Ferenc Edorta. Très tôt fut évoquée la possibilité d’un mariage entre leur première-née, et son héritier, le jeune Laclaos. Les héritiers Edorta et les enfants engendrés par Alanis Télaran grandirent pour ainsi dire ensemble.
    Par ailleurs, la fillette se révéla très tôt être prometteuse pour succéder à son père, elle était agile, mais elle nourrissait surtout une grande passion pour les création de son géniteur.

    Mais la demoiselle ne grandit pas que dans l’atelier d’orfèvre de Jaime. Durant ces années, elle apprit ce qu’était le sexe, ainsi que la vie d’une femme Olarile. Sa mère passait quantité de temps à l’éduquer pour le mariage et pour un homme. Ainsi lui apprenait-elle ce qu’étaient les devoirs conjugaux, ainsi que le comportement à adopter après avoir épousé un homme. La fillette prenait avec philosophie ces entretiens, considérant au travers du portrait de sa mère que le principal dans l’histoire était de se montrer fière et courageuse. De ne point salir l’honneur de son époux, et de se tenir prête à former à son tour des Olarils solides et prêts à affronter la vie autonome. Cette leçon fut parmi les dernières de sa mère. Elle la lui fit dans un recoin de l’atelier de son époux, alors âgée de soixante-deux ans. Une fois de plus, elle était enceinte. Enceinte de son huitième enfant, après deux fausses couches. La grossesse ne s’était pas très bien passée, et l’accouchement qui suivit ne fut guère meilleur. L’enfant, qui était un garçon, mourut peu de temps après sa mère, trop faible pour résister à l’air libre. Ce fut un grand deuil pour toute la famille, ainsi que pour la fillette qui vit sa mère partir en terre après avoir rejoint la divine Héoga, n’emportant plus d’elle que cette ultime leçon de courage.

    Dans l’année même, Mythra fêta ses vingt ans.
    Le jour même de son anniversaire, on fêta son initiation, deux ans après celle de son promis Laclaos. Elle s’enferma avec des Erudits Télaran dans l’atelier de son père, et y forgea, pendant des heures et sans le moindre répit, l’une des plus belles pièces d’orfèvrerie que son clan ait jamais vu. Elle en ressortit en sueur, mais tout sourire, arborant fièrement sur son torse un médaillon finement ciselé, et incrusté d’améthystes et d’obsidiennes. Dans son sillage, les Erudits claudiquaient, indiquant de signes de tête que la demoiselle avait brillamment passé l’épreuve. Revêtant toujours les bures de son office, elle se dirigea vers son futur époux. Avec des gestes un peu tremblants en raison de la fatigue, elle ôta le médaillon pour en orner la poitrine de Laclaos.
    La fête qui suivit fut très animée.

    Mais moins encore que celle de leurs fiançailles, puis de leur mariage. C’est avec un pincement au cœur que la demoiselle abandonna son clan, et ce père qu’elle aimait tant, mais elle avait tant et si bien été formée par sa mère, qu’elle prit très au sérieux cette alliance. De plus, Laclaos était encore un jeune homme bien fait et agréable, et celui-ci semblait ravi de l’épouse dont les dieux l’avaient dotée. Durant les années qui suivirent, Mythra travailla avec son père dans le bel atelier de sa famille. Elle travaillait très souvent, sitôt que ses devoirs d’épouse le lui permettaient. Son époux n’y voyait pour l’heure nul problème, dans la mesure où le père de la jeune femme demeurait encore seul maître de son établi…
    Jaime Télaran connut de son vivant deux des enfants de Mythra. Deux garçons. Mais vint ensuite le problème de la succession. Les sœurs de Mithra n’avaient ni le courage ni l’envie de reprendre l’établis, tandis que l’un de ses frères était plus intéressé. Après concertation avec son époux, Mithra lui laissa la place, se consacrant dès lors davantage à sa propre vie de famille. Et cela tombait bien. Peu de temps après, Ferenc Edorta décéda, livrant le trône au jeune Laclaos. C’est alors que le rôle de la jeune femme prit son importance. Le couple avait des responsabilités, de nombreux contacts, siégeait à toutes les fêtes, à tous les conseils… Rendait des comptes aux Erudits et aux Dieux…
    Mithra mit alors en place toute cette sagesse dont avait su la doter Alanis Télaran. Elle gagna en réserve, en public, illustrant avec splendeur la grandeur de la famille de son époux, ainsi que celle de Laclaos lui-même. Elle offrait un masque avantageux à tout problème, et savait apaiser la rage de tout conseiller importun. Elle devint dès lors très secrète. Ses enfants même ne savaient plus la connaître, tant elle se livrait peu. Le seul à la connaître parfaitement était Laclaos, le bon Laclaos qui sut faire naître, au fil des années, l’amour de son rôle et de l’habitude.
    Les cours qu’Alanis lui avait donnés avaient également apporté au couple dirigeant des enfants bien faits, régulièrement espacés et solides. Car Mithra connaissait les cycles, elle lisait les astres et connaissait son corps et ses aléas. Aussi les années passèrent, voyant s’égrener dans la famille de nombreux rejetons venus renforcer les rangs Edorta, réjouissant les Télaran également. Car si elle était fidèle à son clan d’adoption, Mithra n’oubliait pas les siens, et elle savait placer sa famille à ses postes avantageux, avec toute sa subtilité.

    Mais vint un événement qui chamboula ce train de vie sain et tant apprécié de l’épouse du dirigeant. Elle avait beau se montrer adroite, et conserver l’amour de son époux, celui-ci n’en approchait pas moins d’autres femmes, plus jeunes et à la plastique plus attirante, lorsque l’occasion se présentait à lui de le faire.Aussi le fit-il, ce qui blessa relativement son épouse, qui, toujours digne, n’en laissait rien paraître. Il était le seul à s’en apercevoir, et cela donnait lieu à des retrouvailles toujours savoureuses, jusqu’à ce qu’une fois, la situation ne soit plus sérieuse. À l’occasion de festivité, Laclaos passa une nuit entière auprès de la jeune Lysandre Hirune. Mithra, sage et réfléchie, n’avait aucune sympathie pour la jeune femme qui ne s’attira avec cela que plus de méfiance et de fiel encore. Mais cette fois-ci, leur entretien laissa Laclaos changé. À tel point que Mithra, d’ordinaire si perspicace, se demanda ce que son époux avait bien pu faire pour qu’ainsi il ne puisse se confier à elle.

    Les reins encore endoloris des assauts de son époux, se redressant péniblement, elle observa l’homme. Entièrement nu, il s’offrait à la fraîcheur de la nuit, songeur. Elle l’appela doucement, lui demandant ce qui avait pu le changer ainsi. Lorsqu’il se retourna, il lui sourit, l'air un peu vague.
    « Je songeais à cette Lysandre. Elle du... potentiel, tu sais »
    A quoi Mithra ne répondit pas, d’une part parce qu’elle était blessée et que le moment était plutôt inopportun pour parler ainsi d’une femme soupçonnée d’avoir eut une relation avec lui, mais également parce que le regard de Laclaos trahissait une pensée sous-jacente. Les sourcils froncés par l’anxiété, elle se leva à son tour, et s’approcha de lui. Son corps était toujours désirable, et le regard de l’homme le laissa entendre, mais Mithra glissa un doigt sous son menton afin de lui relever le visage.
    « Que veux-tu dire, mon bon Laclaos ? Qu’a bien pu faire cette Lysandre pour qu’ainsi te sois marqué ? »
    Et marqué, l’homme l’était. Il était comme vieilli, ses traits plus creusés. Jusque-là, son épouse l’avait ignoré, mais la lueur de la lune ne tolérait nul mensonge, et les supercheries ne tenaient pas sous ces reflets laiteux. Il ne lui répondit pas, balayant d’un revers de main la question, comme s’il c’eût été agi d’une poussière, puis il fit un pas dans la pièce. Son épouse, elle, resta debout, droite, près de la fenêtre. En se retournant, Laclaos l’invita à regagner la couche. Elle hésita, puis obtempéra pour un second assaut, savoureux, dans la fraîcheur enveloppante de la nuit.

    Ce furent leurs dernières étreintes. De jour en jour, l’homme lui parut plus fatigué, plus faible. Il se disputa avec son fils aîné, ce qui inquiéta grandement Mithra qui se doutait de la tournure des évènements. Finalement, le mal le gagna tant et si bien qu’elle en arriva bien tôt à veiller son époux lors de son agonie. Ce fut si précipité, si brutal, et surtout si inattendu, qu’elle en fut prise de cours. Elle resta tout de même auprès de lui, jusqu’au bout, et les ultimes mots que son époux lui adressa furent des excuses. Comme s’il lui avouait avant l’heure ce qui suivrait. Elle était consciente que rien ne convaincrait le mourant, elle savait qu’elle ne serait pas répudiée, mais redoutait que ce fils, lui, le serait. L'homme porta son poing au médaillon forgé par son épouse, lors de son initiation, qui jamais ne l'avait quitté depuis. Du bout des doigts elle en effleura les détails, puis baisa la main fragilisée de l'homme. Alors qu’il appela à lui les érudits et Lysandre Hirune, lui demandant de les laisser, avec un ultime sourire, Mithra s’en alla sur un hochement de tête. Elle resta derrière la porte. L’aîné était absent. Sans doute l’annonce de la décision que les érudits ignoraient encore avait-elle été le sujet de ces éclats… Elle se referma, enveloppée de lins et de laines, jusqu’à ce qu’enfin la porte ne s’ouvre. Elle adressa à la jeune Hirune un regard parlant, le dernier regard que la jeune femme pu voir de Mithra en en devinant le sens… À compter de ce jour, elle savait quel rôle adopter. Un vieillard s’arrêta auprès d’elle et d’une voix grave et affable lui dit simplement :
    « Lysandre est désormais le nouveau Chef d’Arestim. Laclaos l’a désignée comme telle avant d’abandonner son ultime souffle ».
    À ces mots, bien que prévisibles, la gorge et les poings de Mithra se serrèrent. Elle ne dit pas un mot, pas même une insulte, un salut à Lysandre, puis se tourna vers l’érudit qui avait fait tomber la sentence de cette voix mal assurée.

    « Veuillez me pardonner, mais il me faut prier pour mon époux, pour son accueil au royaume des Dieux. Il est de mon devoir de l’accompagner dans son ultime demeure »

    Elle fronça les sourcils, émue, puis pénétra la pièce vide d’un pas ferme.
    À l’intérieur, on avait ouvert les fenêtres, et le vent faisait claquer les lourds rideaux de lin. Cette chambre qui, quelques jours, quelques semaines auparavant avait vu leurs ébats, voyait à présent le deuil et la douleur de la veuve de Laclaos. Celle-ci referma la porte, puis s’approcha du chevet du mort. Elle s’y agenouilla desserrant les lainages pour prier correctement. Ce soir, le Chef dînerait à la table du puissant Bakarne. Durant de longues minutes, elle se contenta de chants de prières, jusqu’à ce que sa voix ne se brise pour accueillir, enfin, les sanglots. Il lui faudrait être plus forte que jamais. Ses fils en auraient besoin.

    Le lendemain, toute de noir vêtue, elle rejoignit le cortège qui allait mettre Laclaos en terre. Sur le chemin, elle ne fut pas sans entendre les rumeurs qui couraient au sujet de cette mort, d’un empoisonnement et surtout de celle à qui tout cela profitait : Lysandre. Ces interrogations lui permirent de ne point se laisser aller à des sanglots et à la chute. Ils raffermirent au contraire sa volonté, et son envie d’en découdre. Son fils demeurait absent. Elle le rejoindrait plus tard.

    « Mère, que va-t-on faire ? »
    Elle resta silencieuse, le regard plongé dans la nuit satinée. On avait donné les tables à Lysandre. Les symboles du pouvoir avaient été déplacés dans la demeure des Hirunes, dépouillant et déshonorant celle des Edorta. Dans la chambre de Mithra et Laclaos, cependant, rien n’avait changé.
    « Notre possible, mon fils, notre possible. »
    « Mais nous ne pouvons laisser cette garce prendre ainsi le pouvoir ! Cette sorcière a ensorcelé père ! N’as-tu point vu son comportement, ces derniers temps ? »
    « Ton père a décidé de la nommer comme héritière au trône. Vois, toute sa fortune te revient »

    Dos à son rejeton, elle sourit doucement. Elle n’espérait qu’une chose…
    « Je dois récupérer mon trône… »
    Elle se retourna, son sourire plus mystérieux.

    « J’espérais bien te l’entendre dire, mon fils… »


    MAJ du 25 Octobre 2009
    __________________
    Les Feux de la Gérax.

        Durant les Feux de la Gérax, Mithra a perdu trois de ses cinq enfants : Eldar, Xan et Varvara. Elle a été quant à elle gravement blessée, mais a été secourue par Lysandre et Mithridate, son frère.
        Après la mort de Cyclaë quelques jours plus tôt, cela allonge à la liste des pertes de la Veuve Edorta, qui se réfugie dans la lutte et le labeur afin de ne point sombrer dans la folie. N’ayant plus la moindre confiance en les Dieux, elle les accuse de ses tourments, et de ne point avoir entendu sa prière qui était de prendre sa vie afin de sauver sa progéniture.
        Ainsi, elle continue à s’opposer au Chef d’Arestim, mais elle a une dette envers elle, et à présent du respect pour celle qu’elle considère cependant toujours comme inapte à gouverner. Elle a réalisé la valeur humaine de Lysandre, et sera prête à s’opposer, en temps voulus à ceux de ses opposants qui se montrent les plus… dangereux pour sa vie.

        C’est une conviction : Lysandre sera destituée, mais il ne sera pas envisagé de lui prendre la vie. Sous aucun prétexte.




Dernière édition par Mithra Edorta le Dim 25 Oct - 21:59, édité 10 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.obsidare.fr
Mithra Edorta
Olaril
Olaril
avatar

Nombre de messages : 5509
Age : 29
Date d'inscription : 12/08/2008

.:: Le Carnet ::.
Âge du Personnage: 56 ans
Profession: Orfèvre, Veuve de Laclaos
Positionnement : Aha...
MessageSujet: Re: Mithra Edorta   Mer 13 Aoû - 21:04

double double post ^^

Like a Star @ heaven pourrait-on supprimer les messages entre la première partie de la fiche et l'histoire ? J'aime bien qu'elles soient d'un seul tenant :3
Like a Star @ heaven ben j'espère que je n'ai pas fait d'erreur, j'ai pris soin de consulter la fiche de Lysandre et les autres informations que j'avais pour le personnage, ainsi que pour Laclaos, j'apère avoir été suffisamment fidèle O.O
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.obsidare.fr
Luminara Hirune
Olaril
Olaril
avatar

Nombre de messages : 3503
Age : 28
Date d'inscription : 08/03/2008

.:: Le Carnet ::.
Âge du Personnage: 48 ans
Profession: Conseillère
Positionnement : Régulière
MessageSujet: Re: Mithra Edorta   Jeu 14 Aoû - 13:36

Pour moi, tout me va, mais vu l'importance de ton personnage, autant que ce soit le Conteur qui te valide.
Juste une petite chose... l'orthographe de ton nom. Ton profil indique Mithra et ta fiche Mythra. Je sais que ce n'est pas d'une importance capitale, mais si tu pouvais uniformiser tout ça... Merci Razz
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mithra Edorta
Olaril
Olaril
avatar

Nombre de messages : 5509
Age : 29
Date d'inscription : 12/08/2008

.:: Le Carnet ::.
Âge du Personnage: 56 ans
Profession: Orfèvre, Veuve de Laclaos
Positionnement : Aha...
MessageSujet: Re: Mithra Edorta   Jeu 14 Aoû - 14:49

bah en fait, naturellement, je serais tentée de mettre le y, alors que le nom du dieu dont je me suis inspirée s'écit avec un i, d'où le décalage. Je vais mettre y partout, ça évitera l'erreur en rp ^^

edit : en fait j'ai uniformisé en mettant i partout Razz

en fait, pour le conteur, je voulais juste savoir si ce que j'avais mis au sujet de Lysandre (que j'ai lu dans la fiche de celle-ci, et ce que je dis du fils aîné, bientôt joué en RP, correspond à la volonté des joueurs respectifs de ces personnages ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.obsidare.fr
Le Conteur
Fondateur
Fondateur
avatar

Nombre de messages : 2107
Age : 34
Date d'inscription : 15/12/2007

.:: Le Carnet ::.
Âge du Personnage: Indéfini
Profession: Narrateur
Positionnement : Chef de tous les Clans xD
MessageSujet: Re: Mithra Edorta   Jeu 14 Aoû - 16:59

Je lis ta fiche et je te tiens au courant =)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.lestablesdolaria.com
Le Conteur
Fondateur
Fondateur
avatar

Nombre de messages : 2107
Age : 34
Date d'inscription : 15/12/2007

.:: Le Carnet ::.
Âge du Personnage: Indéfini
Profession: Narrateur
Positionnement : Chef de tous les Clans xD
MessageSujet: Re: Mithra Edorta   Jeu 14 Aoû - 17:50

Quelle belle fiche !
J'ai été captivée et on aurait dit le teaser d'un super film sur Rome avec complots, intrigues, mensonges, alliances, trahisons...

Bref, que j'ai aimé ou non n'est pas la question, même si c'est un peu important (bah ouais hein, jsuis la Chef hein Razz).

FICHE VALIDEE, bien évidemment, mais je ne doutais pas de toi =)

Je t'envoie cependant un MP pour quelques minus détails.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.lestablesdolaria.com
Mithra Edorta
Olaril
Olaril
avatar

Nombre de messages : 5509
Age : 29
Date d'inscription : 12/08/2008

.:: Le Carnet ::.
Âge du Personnage: 56 ans
Profession: Orfèvre, Veuve de Laclaos
Positionnement : Aha...
MessageSujet: Re: Mithra Edorta   Jeu 14 Aoû - 20:09

merci beaucouppppp *fière fière* venant de toi, je suis touchée I love you
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.obsidare.fr
Mithra Edorta
Olaril
Olaril
avatar

Nombre de messages : 5509
Age : 29
Date d'inscription : 12/08/2008

.:: Le Carnet ::.
Âge du Personnage: 56 ans
Profession: Orfèvre, Veuve de Laclaos
Positionnement : Aha...
MessageSujet: Re: Mithra Edorta   Dim 25 Oct - 22:05

    MAJ du 25 Octobre 2009
    • sujet : A la fin de l'histoire, les événements des Feux de la Gérax ont été ajoutés.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.obsidare.fr
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Mithra Edorta   

Revenir en haut Aller en bas
 
Mithra Edorta
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Tables d'Olaria :: Introduction à Olaria :: ♦ Les Carnets de Recensement :: ♦ Fiches validées :: Olarils-
Sauter vers: