AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Aed Pélégon

Aller en bas 
AuteurMessage
Aed Pélégon
Olaril
Olaril
avatar

Nombre de messages : 112
Age : 28
Date d'inscription : 17/12/2013

.:: Le Carnet ::.
Âge du Personnage: 20 ans
Profession: Assistant du Prévôt
Positionnement : Insoumis
MessageSujet: Aed Pélégon   Mer 15 Jan - 16:49




Derrière l'Ecran, le Joueur.


    • Pseudo Celebrian
    • Âge 23 ans
    • Localisation Belgique

    • Autre personnage Luminara Hirune, Charis Sandragil et Alia Edorta

    • Temps consacré au net (et au forum) dans une journée Beaucoup trop
    • Comment avez-vous connu Les Tables d'Olaria ? Je ne sais même plus
    • Quelque chose à ajouter ? Craquage. Craquage. Craquage.



Devant Vous, le Personnage.

  • Prénom : Aed
  • Nom : Pélégon
  • Âge : 20 ans
  • Sexe : Masculin
  • Profession ou métier : Assistant du Prévôt, pour quelques jours encore.
  • Positionnement : Insoumis


  • Taille 1m78
  • Poids 75 kg

  • Description physique détaillée
    Aed est le portrait craché de son père. On le lui a répété des millions de fois, et il ne peut s’empêcher d’être un peu agacé quand sa mère lui caresse tendrement la joue en disant d’un air rêveur qu’il est aussi beau qu’Erwan à vingt ans. Il ne peut pas être une réplique tout à fait exacte, si ? Mais tout le monde s’accorde à dire qu’il a hérité des yeux perçants, des joues imberbes – si seulement quelques poils acceptaient de pousser, juste quelques uns – et des larges épaules Pélégon. De l’avis des autres Olarils, son meilleur atout, ce sont justement ses yeux. Profonds, pâles et pourtant si expressifs, capables tant de geler une personne sur place que de faire fondre les filles.
    Il n’est pas d’une très grande taille, mais son corps est particulièrement bien proportionné. Il est raisonnablement fort et a travaillé avec son père les métiers du bois – toutes les phases, depuis l’abattage de l’arbre à la finition d’un meuble – ce qui a renforcé la puissance de ses bras – il excelle par ailleurs au bras de fer.

  • Particularité physique notable
    Son père et lui se ressemblent comme deux gouttes d’eau.


  • Description psychologique détaillée
    Aed a hérité de la simplicité de vie partagée par les Pélégon. Il n’aime ni luxe, ni pouvoir, ni richesse, et il se contente sagement de ce qu’il a. Le bonheur peut être trouvé dans les gestes de la vie quotidienne, Aed en a eu la preuve dès sa plus tendre enfance, dans le cercle familial chaleureux et sain des Pélégon. Aed n’a jamais été blessé par la vie, et ça se voit dans son regard. Il ne porte pas les cicatrices d’une vie de malheurs ; ses yeux sont naturellement optimistes et il se tourne vers l’avenir sans peur.
    Il attache énormément d’importance aux membres de sa famille – ou tribu, il ne sait plus trop quel mot convient le mieux. Les différences parfois criantes au sein de sa fratrie ne l’ont jamais dérangé. Aed, c’est le plus passionné de tous, en dépit de son caractère serein et calme. Un jour, Jehan l’a comparé à un volcan endormi. Alors qu’il est maître de ses émotions, Aed couve un véritable feu, une nature enthousiaste et enfiévrée qui se révèle lorsqu’il est face à des événements ou des personnes qui le sortent de sa routine et de ses repères – la mer. Et puis, son père lui a déjà avoué que la signification de son prénom était précisément celle du feu. Aed est un homme entier. Quand il s’implique dans une nouveauté, il s’y adonne sans limites.
    C’est un Olaril sous tous les aspects : il ressent un profond dégoût pour ceux qui osent prendre une autre vie, il ne croit pas vraiment en Therdone, il trouve les Ilédors fermés en matière de sexualité. En revanche, comme il a été éduqué à la capitale d’Isle, il se comporte socialement comme un Ilédor ; remarquer qu’il est Olaril demande de le côtoyer au jour le jour – ou de lui poser directement la question.
    Paradoxalement, alors qu’il inspire généralement le respect – il n’a jamais été la victime lors des jeux d’enfant – Aed manque parfois d’assurance. Comme il n’est pas dévoré d’ambition, il laisse volontiers la place à d’autres. Il se complaît dans la franche camaraderie, sans rechercher la position de leader – il n’a de toute façon jamais eu la première place : il a un frère aîné.

  • Particularité psychologique notable
    Un côté presque obsessionnel face à ses passions.

  • Connaissances, Savoirs, Capacités
    Métiers du bois
    Construction et structure des vaisseaux
    Navigation


  • Enfance
    La vie d’Aed a toujours été rythmée par l’accueil de nouveaux frères et sœurs. Toute sa vie se divise non pas en années, mais en périodes précédant ou suivant la naissance des membres de sa fratrie.
    Quand Aed est né, en Arestim Dominae, Jehan était déjà là depuis deux ans. Heureusement ; Aed aurait détesté vivre sans ce grand frère auquel le rattache un lien particulièrement fort. Il regrette de ne pas se souvenir de l’Arestim Dominae de leurs premiers jours, parce qu’il comprendrait peut-être mieux le regard nostalgique de ses parents quand ils parlent de leur terre natale. Il se souvient vaguement de la naissance de Lorris, du froid, de la Gérax et de l’arrivée à Edor Adeï, mais c’est très flou. Il est parmi les derniers Olarils à être nés dans leur pays d’origine, et il en est fier.
    C’est la même chose pour la Chute d’Edor Adeï, qu’il rattache à la suite directe de la naissance des jumeaux, Ciaran et Ailean. Il arrive qu’on lui demande de tout raconter, mais il n’y a rien à raconter. Non seulement il n’a rien vu – Liiken a veillé à mettre tout le monde en sécurité et à protéger ses enfants de la violence inouïe de la prise de la ville par les Révolutionnaires – mais en plus, il se sent terriblement mal à l’aise avec les horreurs de ce jour néfaste. Et puis, il sait que l’implication de sa mère dans la Révolution est surtout une réaction à la mort de celle qui aurait dû rejoindre leur famille, à la petite fille qui aurait dû compléter le trio originel qu’elle formait dans le ventre de sa mère avec Ciaran et Ailean. Ils n’en parlent pas souvent, pour ne pas dire jamais ; leur mère prend alors une mine triste, et ses yeux s’assombrissent.
    Liiken et Erwan ont éduqué Aed selon les préceptes Olarils, et il a commencé à travailler fièrement le bois dès son plus jeune âge, dès la naissance de Siobhàn – la fille qui a ramené le rire dans les yeux de Liiken. Quelques jours plus tard, comme en miroir de l’amitié des deux familles, c’est la première fille d’Ulkan qui voit le jour, Lynn. Erwan montre à Aed comment abattre un arbre et comment couper le bois jusqu’à le transformer en longues perches. Liiken lui montre comment traiter le bois et comment le travailler jusqu’à obtenir des tables, des chaises. Elle lui promet qu’un jour, elle lui montrera le cœur de son métier à elle, en marqueterie.
    Aed réalise que la marqueterie ne l’intéresse pas à la naissance de Tyranoa – la deuxième fille de leur famille, comme l’a annoncé Erwan avec fierté. Il n’ose pas le dire à sa famille, sauf à Jehan, et passe son temps à filer sur les bords du Phémur pour regarder le fleuve et deviner, là-bas tout au loin, l’embouchure avec la mer et l’océan. Quand Ulkan vient leur rendre visite, il l’oblige à lui raconter les histoires de marins et de grands capitaines. Et comme Ulkan a toujours eu un faible pour la fratrie Pélégon, il les oblige gracieusement – au plus grand dam de Liiken et d’Erwan.

  • Adolescence
    La naissance de Maelor survient au moment où Aed commence à maîtriser les métiers enseignés par son père, comme Jehan avant lui. Il sait comment choisir son arbre, comment l’abattre efficacement, comment le couper et le diviser en fonction de la commande. Il a appris à réaliser des planches droites et la prochaine étape, c’est de rejoindre Jehan dans l’atelier de leur mère. Mais tout ça, c’est très sérieux, et ils passent encore le plus clair de leur temps à faire les quatre cent coups avec d’autres enfants Olarils ou même Métis, comme les deux cousines Hirune, Hésione et Isis.
    Et puis Ulkan emmène souvent les enfants de Liiken en sortie. En visitant le chantier naval d’Edor Adeï avec lui, Aed réalise que le fait de connaître les métiers du bois lui permet de comprendre la construction et la structure d’un navire, et à partir de ce moment-là, il vient souvent fouiner sur le chantier et il observe. On finit par le remarquer, bien sûr, mais quel mal y a-t-il à laisser un gamin traîner autour d’eux ? Le maître d’œuvre devine une vocation derrière les yeux brûlants du petit, et il laisse couler – Aed a appris à repérer les parties dangereuses du chantier et à les éviter.
    Jehan a toujours été le grand complice d’Aed, même si lui se fiche totalement du chantier naval, et c’est après une après-midi de jeux en ville que les deux garçons vivent un événement qui marquera le tournant de la vie d’Aed. Liiken et Erwan leur ont donné une permission pour les Quartiers Commerçants, mais le jeu du chat les entraîne jusque dans la Ville Basse, où se règlent les comptes du Gardan Edorta, Beltxior.
    Aed n’est absolument pas prêt à voir ce qu’il voit ce jour-là. Ni pour la violence de la décapitation, ni pour les cris de joie de la foule, ni pour la fête qui suit. C’est Jehan qui doit lui expliquer que Beltxior passe l’ancienne noblesse au fil de l’épée, que des exécutions publiques comme celle-là, il y en a déjà eu mille, et il y en aura encore mille. Ce jour-là, le cœur d’Aed penche vers les Insoumis, parce qu’il ne pourra jamais cautionner le régime d’un homme qui enlève la vie comme si elle n’avait aucune valeur. Il ne comprend pas qu’un leader aussi charismatique et prometteur que Beltxior puisse violer ainsi le droit le plus fondamental de chacun. Et il suit Jehan vers les réunions secrètes des Insoumis sans hésiter.

  • Jusqu'à nos Jours
    Liiken leur a annoncé depuis peu une nouvelle grossesse quand elle réalise que Jehan, Aed et Lorris ont rejoint les Insoumis. C’est l’une des seules et uniques fois où ils la verront vraiment en colère. Ils s’attendent à beaucoup de choses – leur père n’a pas vraiment été heureux, lui non plus – mais pas à ce qu’elle prenne la décision de rejoindre elle aussi leur réseau. Aed ne sait pas encore ce qu’il en pense, mais il est secrètement ravi de voir que leur mère n’est pas devenue aveugle malgré son engagement dans la Révolution, et qu’elle ait conservé la lucidité nécessaire pour voir où se situe la juste voie.
    C’est aussi l’époque où Aed vit ses premiers émois, avec la fille du maître d’œuvre du chantier naval. C’est une Ilédore qui aime flâner du côté du chantier – il faudra plusieurs semaines à Aed pour réaliser que c’est davantage pour lui que pour le chantier – et lui fait des sourires éclatants. Aed prend conscience qu’il a du charme, comme son père, et pour une fois, il lui en est reconnaissant.
    À la naissance de Cewyd, le dernier petit garçon de leur grande famille, Aed est appelé au service militaire. Jehan l’a déjà fait et a détesté ça ; Aed ne s’attend pas à avoir un autre avis. Pourtant, le jour où il va inscrire son nom sur les registres avec Ulkan, qui restera toujours l’Ilédor de référence de la famille, il y a une nouveauté. Alors qu’avant, le nouveau conscrit avait le choix entre l’armée de terre et la cavalerie, il a maintenant la possibilité de servir sur la toute nouvelle flotte de la Conseillère Thirdeon. C’est sans hésiter qu’Aed s’y embauche.
    L’année de son Apprentissage Militaire se passe bien mieux que celle de Jehan. Premièrement, Aed découvre la mer, pour de vrai. Il apprend comment fonctionne le vaisseau, comment naviguer, comment piloter l’immense bâtiment et surtout… comment se battre. Et ça, c’est un véritable problème. Au début, Aed refuse tout simplement d’attaquer. Il assimile les techniques de défenses très vite, mais n’attaque jamais son adversaire, même à l’entraînement. Il sait que ce comportement lui vaudra des ennuis – Jehan a fait des jours et des jours pour moins que ça – mais il n’en démordra pas. Ça lui vaut le surnom du « pacifique », qui se veut moqueur mais qu’il revendique sans se démonter.
    Aed a surtout la chance d’avoir su se faire repérer. Sa connaissance de la structure du vaisseau et du bois utilisé pour le construire l’a rendu important pour optimiser la supervision et la bonne tenue de leur bâtiment. Et c’est assez naturellement que le capitaine finit par le convoquer pour le mettre dos au mur. Soit il apprend à se servir correctement d’une rapière, soit il recommence son service militaire ailleurs. La menace est réelle et Aed ne s’y trompe pas. À partir de ce jour-là, Aed attaque. Et il ne réalise pas que c’est grâce à la faveur de ce capitaine, qui aurait dû le punir sévèrement pour faire un exemple, qu’il est encore sur le vaisseau.
    Quand le service militaire prend fin, Aed se voit offrir une place d’officier par le capitaine. Le monde danse sous les yeux d’Aed. Il ne s’attend pas à une telle offre. Il a la possibilité de partir découvrir la mer et de vivre son rêve, mais ça signifie deux choses : se soumettre à Beltxior en entrant dans son armée, et surtout accepter d’un jour devoir ôter une vie humaine dans les combats.
    Et ça, c’est à l’encontre de tout ce qu’il est. Alors, Aed refuse.
    Il refuse et il rentre chez lui, où l’accueil chaleureux des siens peine à le faire sourire. Il annonce à sa mère qu’il ne veut pas être marqueteur, et il demande de l’aide à Ulkan. Ulkan, qui perçoit la détresse du jeune homme et le prend comme assistant. Aed le suit à Sierra, ce qui ne l’empêchera pas de revenir régulièrement à Edor Adeï. Accueilli comme un fils dans la maison du Prévôt et par Lyanaë, la femme d’Ulkan, Aed change radicalement de métier et d’entourage. Pendant trois ans, il apprend les manières du gratin ilédor, il apprend à concilier les différents des collaborateurs du Prévôt, il apprend à endiguer les excentricités d’Ulkan, il apprend à gérer les situations de crise en son absence. Il travaille bien, et il travaille beaucoup. C’est bien, ça l’empêche de trop penser à la mer.
    Et puis, il y a Isis.
    Il donnerait tout pour Isis. Elle s’est glissée dans sa vie avec son élégance habituelle, et il ne veut plus l’en voir sortir. Reconnaître qu’il l’aimait lui a pris un certain temps. Au début, Isis, c’est simplement la fille d’Amiguel et de Luminara, une Hirune de plus. Et puis, ils se revoient régulièrement, et il réalise que la gamine est intelligente et qu’il peut lui parler à cœur ouvert – c’est inattendu, mais Aed a toujours été très ouvert. Elle a beaucoup lu sur la mer, et ils peuvent en parler durant des heures. Il ne se doute pas du tout qu’elle a un faible pour lui, au début. Peut-être que sa réaction hautaine et royale, quand elle le voit flirter avec une fille Khelan, puis son écrasant mépris, le met sur la bonne voie. Mais à ce moment-là, Isis a treize ans, et son béguin fait seulement sourire Aed.
    Il ne sait pas très bien quand le changement a lieu. Il est incapable, quand il y pense, de pointer le moment où il a cessé de considérer Isis comme une gamine et où il a commencé à la voir comme une femme. Ce n’est pas seulement une question d’hormones et d’épanouissement corporel, c’est bien davantage : Isis est la personne la plus vive qu’il connaisse. Elle rit, elle se moque, elle ne laisse personne lui imposer sa volonté, elle est forte. Le jour où Aed comprend qu’Isis compte plus pour lui que toute sa famille réunie, c’est bien trop tard pour faire machine arrière – il n’en a pas envie, de toute façon.
    Isis comprend ses passions.
    Ulkan l’aide à mettre son cafouillage sentimental au clair. Quand Ulkan lui dit qu’il vise haut, au début, Aed ne comprend pas. Il ne voit pas en quoi Isis pourrait être hors de sa portée. Puis, il voit Amiguel et Luminara lors d’une cérémonie publique, à laquelle il assiste uniquement pour le plaisir de voir Isis en robe d’apparat, et il comprend. Il n’appartient pas à la haute société qu’ils fréquentent. Il n’a pas l’ambition de devenir Gardan Edorta à la place du Gardan Edorta. Il n’est pas un grand orateur convaincant, comme Ulkan. Pour la première fois de sa vie, Aed se dit qu’il ne veut pas arriver deuxième, parce qu’il n’y a qu’une seule place dans le cœur d’Isis, et qu’il est hors de question qu’il laisse un autre la prendre.
    C’est le jour où Aed décide de suivre ses rêves.
    C’est le jour où Aed décide que son Passage à l’Age Adulte ne sera pas dans les métiers du bois, mais dans la navigation du Phémur.
    C’est le jour où Aed choisit Isis.


  • Position face aux événements politiques
    Aed est un Insoumis. Même s’il va s’engager dans l’armée du Gardan Edorta, il ne lui sera jamais fidèle. En pur produit Olaril, il estime que la vie est le bien le plus précieux de chacun, et que Beltxior ne peut pas décemment baser son pouvoir sur le massacre d’une partie de la population – tout aussi évidents que soient ses torts. Aed est déterminé à mettre fin à cet Âge Volontaire qui lui semble des plus méprisables.

  • Relations Sociales particulières
    - Liiken et Erwan : Aed aime profondément ses parents, qui constituent pour lui un véritable exemple à suivre. Il a peur de les décevoir, mais le soutien indéfectible qu’ils lui ont montré lors de son annonce d’entrer dans l’Armée, alors même qu’ils sont contre le principe même d’une armée, l’a rassuré. Il leur sera toujours loyal.
    - Ses frères et sœurs comptent énormément pour lui et il entretient d’excellentes relations avec l’ensemble de la fratrie, depuis Jehan, l’aîné, qui a désormais 22 ans, Lorris, qui a 18 ans, les jumeaux, Ciaran et Ailean, qui ont 15 ans, Siobhàn, qui a 10 ans, Tyranoa, qui a 8 ans, Maelor, qui a 6 ans, au petit dernier, Cewyd, qui a 3 ans.
    - Ulkan Siskarra : C’est l’homme en qui Aed a toute confiance. Grand ami de la famille, il a toujours été proche des enfants Pélégon, mais les trois années passées auprès de lui les ont rapprochés, au point qu’Aed sent qu’il peut presque tout lui dire (d’ailleurs il a osé lui parler d’Isis, confidence que même Jehan n’a pas entendue). Ulkan sert un peu de modèle à Aed, même s’il ne comprendra jamais son soutien au régime en place.
    - Lyanaë Astar, Lynn Siskarra et Tessa Siskarra : Par extension, Aed est très familier avec les femmes de la vie d’Ulkan. Les enfants Olarils jouaient tous ensemble lorsqu’ils étaient petits et Lynn et Tessa n’ont pas fait exception à la règle. D’ailleurs Siobhàn et Lynn sont toujours fourrées ensemble…
    - Isis : La jeune femme qui l’aura poussé vers l’avant sans même le savoir. Aed l’aime sincèrement, ce qu’il va bien finir par devoir lui dire…

  • Équipement et possessions
    Courte latte de mesure
    Boussole
    Nécessaire pour l’assistant du Prévôt : feuillets, plumes, etc.

  • Animal de Compagnie
    Aed aimait profondément le chien familial, qui a paisiblement fermé les yeux voilà quelques mois. Malgré son désir d’en adopter un pour lui seul, il a entièrement conscience qu’il n’y a pas de place pour l’animal à bord d’un vaisseau.


  • Pistes de Développement pour votre personnage
    Il y a bien entendu sa relation avec Isis, encore à venir (parce que mine de rien, Aed a pris une belle décision, mais pour en parler à la première concernée, ça va être une autre paire de manches).
    D’un point de vue scénaristique, Aed va devenir officier sur un navire de la flotte Thirdeon, donc protéger le Phémur qui semble infesté de pirates.
    Enfin, Aed appartient à un réseau d’Insoumis, dans lequel sa famille est largement impliquée elle aussi. Il n’a pas l’étoffe d’un meneur, mais certainement celle d’un conciliateur ; or c’est précisément ce dont ont besoin tous les Insoumis éparpillés…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lysandre Hirune
Olaril
Olaril
avatar

Nombre de messages : 6397
Age : 34
Date d'inscription : 03/01/2008

.:: Le Carnet ::.
Âge du Personnage: 42 ans
Profession: Chasseresse / Chef Olaril
Positionnement : Régulier
MessageSujet: Re: Aed Pélégon   Ven 17 Jan - 23:07

Fiche impeccable, histoire intéressante, personnage attachant ... !
Je n'en attendais pas moins  What a Face 

Validé Officier, permission de monter à bord Wink





Merci Public, je fais tout ça pour vous =]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dixcordes.deviantart.com/
Aed Pélégon
Olaril
Olaril
avatar

Nombre de messages : 112
Age : 28
Date d'inscription : 17/12/2013

.:: Le Carnet ::.
Âge du Personnage: 20 ans
Profession: Assistant du Prévôt
Positionnement : Insoumis
MessageSujet: Re: Aed Pélégon   Sam 18 Jan - 22:05

Merci !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Aed Pélégon   

Revenir en haut Aller en bas
 
Aed Pélégon
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Tables d'Olaria :: Introduction à Olaria :: ♦ Les Carnets de Recensement :: ♦ Fiches validées :: Olarils-
Sauter vers: