AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Tout le monde peut perdre son calme...

Aller en bas 
AuteurMessage
Ulkan Siskarra
Ilédor
Ilédor
avatar

Nombre de messages : 1084
Age : 26
Date d'inscription : 28/12/2010

.:: Le Carnet ::.
Âge du Personnage: 35
Profession: Prévôt (Ancien orateur)
Positionnement : Régulier
MessageSujet: Tout le monde peut perdre son calme...   Sam 24 Aoû - 16:06

Après une demi-journée à supporter un groupe de nobliaux totalement abrutis qui ne voulaient pas admettre leurs tords et ne voulait pas lui lâcher la grappe, le jeune orateur était d’humeur particulièrement exécrable. Humeur assez rare mais qui le disposait parfois à agir stupidement. Et ce envers n’importe qui.

Il parcourait les rues de la cité avec un air renfrogné qui aurait fait fuir n’importe qui et alors qu’il observait à sa droite une étale de nourriture qui lui ouvrait soudain l’appétit il percuta quelques choses et trébucha dans une flaque.

Se redressant sur ses pieds et observa ce qui l’avait percutait d’un air sombre. Il venait de percuter une femme au teint pâle et recouverte de tatouage qui lui jeta un regard que celui-ci jugea froid et désagréable. C’était la goutte d’eau qui fit déborder le calme et la bonne humeur habituelle du jeune homme.

Il se mit alors à parler fort attirant l’attention sur la situation, près à démonter la pauvre inconnue qui n’avait clairement pas mérité ce genre de traitement. Mais même le plus gentil des orateurs finit parfois par craquer sans raison.

« Vous ne pouvez pas regarder où vous allez ? Enfin… c’est clair que vu votre teint, vous ne devez pas sortir souvent, mais sachez qu’on essaye d’éviter de percuter les gens dans la rue normalement. »

En temps normal, il se serait simplement excusé et aurait continué sa route un peu honteux, malheureusement cette fois, il allait même aller beaucoup plus loin.

« Et ce n’est pas comme si vous ne pouviez pas passer à côté. J’ai vu déjà vu des squelettes plus larges que vous ! On vous donne pas à manger ? Vous avez des goûts étranges ? Vous me direz, pour avoir plus d’encre sur la peau qu’un livre de compte, il faut être plutôt bizarre, non ? »

Par cette dernière question il questionnait la foule autour d’eux qui commençait à observer la scène amusée. Certain eurent des petits rires discrets qui pouvait bien être à la fois pour Ulkan qui était totalement ridicule, que pour se moquer de l’olaril. Après quelques autres pics, l’Ilédors toujours à rager, laissa la jeune femme qui gardait son calme depuis le début ce qui l’exaspérait. Ou peut-être était-ce parce qu’il ne lui avait pas laissé le temps de rétorquer ?

Il était encore de trop mauvaise humeur pour se rendre compte que c’était aussi de sa faute et qu’il avait agis comme un parfait idiot. Personne qu’il ne se serait pas gêné pour ridiculiser en temps normal.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alecto Terdalis
Olaril
Olaril
avatar

Nombre de messages : 139
Age : 35
Date d'inscription : 08/11/2010

.:: Le Carnet ::.
Âge du Personnage: 41 ans
Profession: Assassin
Positionnement : Dissidente
MessageSujet: Re: Tout le monde peut perdre son calme...   Sam 24 Aoû - 16:50

Alecto sortait du Ceste Clouté. En réalité, elle se demandait encore que penser de sa rencontre avec Eléni, et de leur discussion. Elle avait eu le sentiment qu'elles n'avaient pas réussi à se comprendre tout de suite, que la différence entre elles étaient profondes. Pourtant, l'Assassin était convaincue qu'elles avaient un idéal commun. Du moins l'envie d'un monde meilleur...

Toute à ses pensées, l'Olarile marchait sans vraiment se préoccuper des passants, du temps qu'il faisait, de l'heure qu'il était. Elle savait qu'elle avait faim, mais la tisane qu'elle avait bue à l'Auberge avait calé pour un temps son estomac.

C'était cependant la fin pour elle d'une période incertaine, d'attente de la Dissidence. Cette fois, elle était fixée, et cette dernière pensée la remotiva. Fichue d'un sentiment plus léger désormais, elle accéléra le pas pour regagner l'Auberge où elle avait réservé une chambre pour quelques jours, avant d'éventuellement en changer, selon ce que donnerait cette entrevue avec Eléni.

Un choc dans son épaule la fit relever la tête, se stopper et même, percuttée, reculer d'un pas. Assez pour sentir la boue souiller ses chausses ce qui l'ennuya immédiatement... La saleté l'avait toujours dégoûtée, Alecto chercha d'un regard déterminé la source de cette maladresse. L'homme regardait ses propres chaussures, semblait d'humeur noire, ce qui s'averra exact lorsqu'il éleva la voix.

Le débit était tel, que l'Olarile n'eut pas le temps de réagir. Elle qui était pourtant aguerrie dans ce domaine, resta immobile face à celui qui, plus haut qu'elle, grommelait, grimaçait, en appelait aux passants... Jusqu'à l'insulter enfin. Sa peau, ses symboles religieux sur le visage, sa corpulence. Il ne sembla rien n'ignorer de son apparence première, et elle reçut ces vulgarités en pleine poitrine. Quel beau spécimen d'Ilédor ! Ah ça ! Elle pensa même qu'il s'en prenait à ses origines, et dut faire appel à beaucoup de sang-froid pour ne rien laisser paraître.

Autour d'eux, une petite foule s'était attroupée, curieuse, amusée maintenant. Certains l'interpelaient, d'autres encourageaient l'Ilédor. L'humiliation était grande. Alecto resta silencieuse, fixant le visage de celui qui sembla, enfin, disposé à se taire.

« Pardonnez ma maladresse. » Fit-elle finalement, contre toute attente, laissant les curieux bouche-bée. Et sans doute déçus. Elle eut un mouvement de tête humble, et s'écarta pour le laisser passer.

Se faisant, alors qu'il mettait de la distance entre eux, la foule se disperça, mécontente de ne pas avoir assisté à une persiflade ou mieux encore, une querelle animée, une bagarre par miracle ! Mais non...
Et elle se dissimula dans la masse, les regards se détournèrent d'elle, elle redevint une ombre. A bonne distance, elle suivit cet impudent, et lorsqu'il tourna à une bifurcation, prit la même direction. La ruelle était vide, quelques tonneaux de l'échoppe d'un vigneron l'encombraient seulement. Un chat errant passa en courant, sans qu'elle n'en soit inquiétée.

Alors qu'elle s'assurait qu'ils étaient bien seuls, Alecto l'interpela.

« Hé, toi. » En à peine quelques mouvements, elle était face à lui, lui barrant la route. Son visage exprimait la même neutralité... mais ses yeux s'étaient fais menaçants.

« On essaye d'éviter d'insulter les êtres différents de soi, normalement. » Reprit-elle sa formule, la voix sombre. « Excuse-toi sur le champ. » Alecto avait la mine de quelqu'un qui, malgré une corpulence et une apparence chétive, avait une totale confiance en ses capacités. Ses yeux avaient l'audace de ceux qui savent leur potentiel. Aucune prétention. Juste la maîtrise, sans être pédante.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.lestablesdolaria.com
Ulkan Siskarra
Ilédor
Ilédor
avatar

Nombre de messages : 1084
Age : 26
Date d'inscription : 28/12/2010

.:: Le Carnet ::.
Âge du Personnage: 35
Profession: Prévôt (Ancien orateur)
Positionnement : Régulier
MessageSujet: Re: Tout le monde peut perdre son calme...   Lun 7 Oct - 22:38

« Normalement. » rétorqua l’Ilédors en jetant un regard agacé à la jeune femme.

Alors qu’elle lui demandait de s’excuser, ce qu’il aurait probablement fait dans son état normal, il garda le silence et la fixa plein d’une rage qui n’était pas de la faute de la jeune femme. Lorsque son regard croisa celui de l’Olarile, il eut cependant un moment d’hésitation. S’en suivit alors une confrontation qui lui sembla durer un certain temps durant laquelle aucun des deux ne cilla.

Pour une obscure raison Ulkan concéda cette bataille. Cependant il n’avait toujours pas envie de s’excuser mais se sentait comme un enfant respectueux énervé face à une autorité maternelle. Bouillant à l’intérieure mais incapable de protester contre sa génitrice. Après quelques regards évasifs et avoir serré ses poings au point d’en faire rougir les jointures, il soupira et sa raison commença à reprendre le dessus.

« J’ai… peut-être exagéré… pour des raisons extérieurs à la situation. »

Ce n’était pas vraiment des excuses, mais c’était difficile de cracher le morceau et même si ça allait venir, il ne pouvait encore l’évacuer. Après un petit silence gêné, il regarda enfin l’Olarile de son œil valide et reprit parole.

« J’ai relâché sur vous une frustration qui n’était en rien votre faute, je m’en excuse. Vous avez le teint pâle et plus d’encre sur vous qu’un livre de compte mais c’est votre choix et vous ne ressemblez pas à un squelette. »

Il aurait surement dû s’arrêter à ses excuses mais il n’était pas encore totalement calmé et bien qu’il l’ait dit sur le ton de l’excuse, ce qu’il venait de dire pouvait toujours être blessant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Tout le monde peut perdre son calme...   

Revenir en haut Aller en bas
 
Tout le monde peut perdre son calme...
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Tout le monde s'en fout...
» DSL tout le monde
» bon tout le monde a joué au foot
» Un jour je ferai comme tout le monde c’est promis… (ou pas).
» [Terminé] "Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu."

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Tables d'Olaria :: Introduction à Olaria :: ♦ Les chemins de la vérité :: ♦ Quinze ans plus tôt :: Ville basse :: Les Quartiers Commerçants-
Sauter vers: