AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Cultes d'Isle

Aller en bas 
AuteurMessage
Lysandre Hirune
Olaril
Olaril
avatar

Nombre de messages : 6397
Age : 34
Date d'inscription : 03/01/2008

.:: Le Carnet ::.
Âge du Personnage: 42 ans
Profession: Chasseresse / Chef Olaril
Positionnement : Régulier
MessageSujet: Cultes d'Isle   Mar 11 Juin - 22:01

Culte Ilédor

Therdone et la Création du Monde
    Il n'existe qu'une seule divinité à Etor Adeï : Therdone. A l'image de l'homme, ce Dieu prend tour à tour toutes les facettes de la vie (à la fois Dieu-Créateur, Destructeur et Tout-Puissant), et se montre d'ailleurs souvent bien plus extrême que les hommes eux-mêmes. Il possède en effet toutes les qualités et tous les défauts possibles, passant d'un visage à l'autre de façon très lunatique.

    On lui donne comme nom, de ce fait : l'Imprévu, l'Imprévisible, Grand Hasard, ou encore Edor (qui signifie « Puissant », « Très Haut », « Roi » ou en général « ce qui est supérieur »), et si on lui attribue souvent le Vent comme symbole, l'Eau reste cependant l'élément qui revient le plus souvent à son sujet.

    Il possède la Science et le Savoir, et il choisit, pour des raisons naturellement inconnues, de les distiller au compte-goutte depuis la Création du Monde. En effet, à la Naissance de Therdone -qui fut généré par la rencontre de deux Etoiles dit-on -, celui-ci ne supporta pas d'avoir tant de connaissances, tant de sentiments, tant de pensées ou simplement, tant de vie. Il en possédait tellement qu'il ne pouvait pas se matérialiser, et restait instable, dans les Etoiles et le Ciel noir de la Nuit Eternelle.

    Il trouva alors une solution afin de se débarrasser de ce trop-plein de vie qui l'empêchait de se former correctement : il créa, avec l'excès d'énergie, le Continent d'Isle avec ses reliefs, ses plaines et ses forêts ; l'excès d'eau créa les fleuves et l'Océan du Raun ; sa colère créa la Gérax ; et l'excès de vie créa alors les créatures vivantes.

    Il donna ensuite certaines connaissances aux différentes créatures, selon ses choix propres, et selon sa propre volonté et logique. Se prenant d'affection pour les Hommes, appelés en son honneur Ilédor (Peuple aimé du Puissant), il leur confia une partie de son savoir, la Science, l'Ecriture, la Lecture, par exemple.
    Therdone distribua cependant ces connaissances de façon hasardeuse, en récompensant ceux et celles qui y mettaient le plus de volonté.

    En effet, le culte de Therdone, outre le fait qu'il explique la création d'Isle, est basé sur la volonté d'apprendre, d'aller plus loin, de mériter son savoir ou son pouvoir. Au fil des siècles, pourtant, cette religion a perdu la vertu des origines, ne précisant plus vraiment que les moyens pour obtenir ce que l'on souhaite se doivent d'être légitimes ou nobles. Les nouvelles interprétations des Ecrits Anciens sont donc parfois moins élogieuses.


La Pratique Religieuse
    Therdone offre à plusieurs Ilédors une place au plus près de lui : ce sont les Moines et les Moniales, chargés du service liturgique, et présidant aux cérémonies et offices religieuses. Seuls ceux dont la volonté est la plus pure ont la chance d'accéder à ce poste.

    Le culte de Therdone est basé le principe de la Volonté qui explique tous les événements et faits d'une vie ; ainsi, les Moines et Moniales ont à conseiller, encourager ou décourager lorsqu'il le faut, les Ilédors venus demander de l'aide dans les Sanctuaires. Ces édifices, majestueux et élégants, peuvent accueillir de nombreux habitants, mais la partie la plus proche de l'Autel de Therdone est réservée aux Nobles de Sang. De délicats coussins de velours et de dentelle permettent aux Fidèles de s'agenouiller devant les Moines en exercice.
    Pour la Populace, ces objets sont plus élimés et moins onéreux, cependant, tout dans un Sanctuaire reste gracieux.

    A n'importe quelle heure du jour ou de la nuit, un Ilédor peut demander Asile auprès d'un Moine, dans un Sanctuaire. Cependant, il ne sera accordé que si la volonté profonde du demandeur est assez exprimée. Inutile de dire que, bien souvent, la violence fait preuve de la puissance de ce souhait. L'Asile peut durer jusqu'à deux cycles de lune (deux mois), mais devra prendre fin une fois ce délai écoulé. Pourtant, il existe plusieurs Sanctuaires en Edor Adeï et sur tout le Continent d'Isle, ce qui explique comment de petits malins, notamment des brigands recherchés par les Autorités, peuvent abuser de ce droit tous les deux mois en changeant de bâtiment. Il suffit de ne pas se faire prendre entre deux...

    Les Moines et les Moniales se doivent de ne pas être vierges lorsqu'ils entrent dans les Ordres. Ils ont une vie familiale égale à n'importe quel Ilédor et doivent montrer l'exemple en se montrant irréprochable. En cas de faute, ou manquement aux Commandements de Therdone, les Conseillers du Gardan Edorta peuvent bannir du Clergé un Moine ou une Moniale. Selon la faute, le châtiment sera la simple révocation ou la peine capitale.


La Prophétie
    La Prophétie dit "Les Descendants de Bakarne seront de Retour, pour Libérer le Peuple de l'Usurpateur".

    Elle a été vue lors d'une transe par plusieurs Oracles, les derniers en date, les Jumeaux Uldarii, l'ont eux aussi vue. Naturellement, cette Prophétie peut être interprêtée de nombreuses manières... Ce qui a conduit plusieurs événements.

    Lors de l'arrivée des Olarils en Isle, venus de la Gérax, les Ilédors ont alors vu en eux ces Descendants, alors même que le descendant d'une branche cousine de Bakarne, Beltxior Olarii, prétendait à ce titre.

    Mais le livre porté par le Chef Olaril, Lysandre Hirune, apporta la preuve que les Olarils étaient bien issus du roi de jadis... Pourtant, ce fut une vision des Oracles qui annonça la venue au monde de Jumeaux, dont l'un serait cet Elu dont parle la Prophétie. Lis Diantha, leur mère, mourru en leur donnant naissance. Peu savent exactement ce qui s'est passé, jusqu'à il y a 9 ans, où la Tour des Oracles s'ouvrit à nouveau, et qu'en sortirent Therdorus, Therisia, leurs suivants, et un jeune garçon... Lehior. L'Elu. Alors les Oracles parcourent le monde connu pour enseigner à l'enfant depuis près de dix ans, et le présenter à son peuple.




Culte Olaril
Certains Olarils, malgré leur exil parmi les Ilédors, continuent à louer un Panthéon polythéiste. Les Dieux, qu'ils savent être d'anciens mortels, se sont révélés être l'ancienne famille régnante d'Isle : Bakarne Olarii et sa famille.

Voici une description de leur représentation divine de la façon dont ils sont dépeints dans l'imaginaire Olaril.

Bakarne :

    Dieu Fondateur au visage plutôt houleux et colérique, il représente en général ce qui est insurmontable et indompté. On parle de lui avec précaution car on ne veut pas s'attirer ses ires. Il détient un certain nombre d'attributs, comme l'Orage ou la Haine. Il est accusé de provoquer les catastrophes géographiques et est responsable des Séismes très fréquents en Arestim. On le représente par un puissant Taureau aux cornes droites, et aux naseaux dilatés, avec des yeux d'où s'échappent des flammes.


Hegoa :

    Déesse Mère, épouse de Bakarne et la seule capable de le calmer. Elle représente la fécondité et la tempérance, contrôle les saisons et les eaux. On la vénère principalement lors des pluies de tempête, et on en appelle souvent à sa bienveillance pour un retour rapide à la Paix. Elle incarne la Sagesse et la Douceur, et est présentée sous les traits d'une femme robuste au ventre constamment rond, la main gauche levée, paume ouverte.
    De ce couple naîtra toutes les divinités.


Aimar :

    Fils prodige, aîné et éveillé, il préside à l'intelligence et au Savoir. Il est celui qui apporta la lecture et l'écriture aux Erudits, désignant souvent le côté inventif d'une chose, la nouveauté et son ingéniosité. Il est prudent et cultivé, et on le représente la plupart du temps comme un adolescent au regard avisé et luisant de connaissance. Cependant, on lui associe également la couardise et un manque de rapidité dans ses actes.


Panpale :

    Second né du Premier Couple, Panpale est un Dieu mal aimé. Il est vil, cupide et fourbe. Il préside au Commerce et aux Mensonges, et on l'accuse d'influencer les esprits les plus honnêtes. Il est craint et repoussé, et peu d'Olarils osent faire appel à lui, car ses actes peuvent toujours êtres traites. Il représente les "revers de la médailles" ou les conséquences néfastes et indésirées des évènements. On le présente sous les traits d'un serpent ou d'une murène aux yeux jaunes.


Hésione :

    Première fille du Couple Originel, c'est pratiquement la Déesse la plus aimée des Olarils, car elle est la Divinité de la Chasse, ressource principale chez eux. Elle représente la Féminité dans son côté fort, déterminé et fougueux. Elle est la Maîtresse de la Lune et des Cycles en général, et l'un de ses principaux défaut est d'être lunatique. Peu constante, changeante mais malgré tout très appréciée, elle représente tout ce que doit être une Femme selon les Olarils. On lui accorde cependant les Caprices et l'Orgueil, et on la représente comme une Chasseresse mais elle prend souvent l'apparence d'une Louve.


Filhakan :

    Il est le Dieu des Amours et des Jeux, et d'une manière générale, représente la fête et la joie. Sous les traits d'un petit singe rieur, il aime jouer des tours et on lui accorde volontiers le titre de Maître du Hasard. Il est celui qui s'amuse, Dieu des enfants et de l'innocence, en opposition constante avec son frère Aimar. Il est celui qu'on apprécie car il donne le sourire aux Olarils, leur apportant le Vin ou la Musique. Il est cependant assez intrépide et libertin, et on l'accuse de donner aux Hommes l'envie de butiner un peu trop de fleurs à la fois.





Merci Public, je fais tout ça pour vous =]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dixcordes.deviantart.com/
 
Cultes d'Isle
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Isle sur la Sorgues
» Répliques cultes...
» Les répliques cultes du cinéma... Test...
» mutations des cultes de possédés
» Les répliques cultes des comédies françaises...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Tables d'Olaria :: Introduction à Olaria :: ♦ Livre de Jeu :: Encyclopédie d'Isle-
Sauter vers: