AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Les Ilédors

Aller en bas 
AuteurMessage
Lysandre Hirune
Olaril
Olaril
avatar

Nombre de messages : 6397
Age : 35
Date d'inscription : 03/01/2008

.:: Le Carnet ::.
Âge du Personnage: 42 ans
Profession: Chasseresse / Chef Olaril
Positionnement : Régulier
MessageSujet: Les Ilédors   Mar 11 Juin - 21:22

Le mode de vie des Ilédors est devenu, petit à petit, celui partagé par l'ensemble des habitants d'Isle, à savoir, depuis 16 ans, les Olarils et leurs enfants, nés depuis. On a tendance désormais à vouloir appeler Ilédor tout résident du continent et l'on n'aurait pas tord... mais les Olarils tiennent à ce que l'on se souviennent de leurs origines. Nous désignerons cependant ici par "Ilédor" le peuple entier d'Isle.

Mode de Vie

Nourriture

    Les terres d'Isle sont variées, et avec elles, une variété considérable de denrées. Les champs non loin apportent énormément de céréales, avec elles, farines diverses, donnant à loisir pains, brioches, pâtes à gâteau, etc... C'est la base de l'alimentation de beaucoup d'Ilédors pauvres.
    Plus on grimpe dans la société, et plus on a le choix de la nourriture. Pourtant, les légumes et fruits sont eux aussi très répandus (selon les saisons et les récoltes). Des courges, des navets, des carottes... Et là encore, les Nobles ont un accès plus vastes aux différentes espèces de fruits et légumes. Les fruits les plus prisés étant ceux, rares, qui sont plus exotiques, et que l'on est obligé de faire importer de l'Ouest ou du Sud du Continent d'Isle. On trouve notamment dans les demeures les plus riches, des goyaves et des dattes.
    Les petits plaisirs des pauvres restent de pouvoir se payer des fruits des bois, juteux et tendres, parfois acides, mais toujours agréables en tarte.

    La viande est le second pilier de leur alimentation. Petit gibier vivant dans les champs, animaux des hauteurs relatives (sans avoir besoin de trop monter vers la Gérax), ce sont surtout ceux que l'on domestique depuis des générations (bœufs, chèvres, moutons, porcs etc...), la viande la plus noble est le Cheval, car il se mange avec respect, pour toute la dignité que représente l'animal pour les Ilédors.
    On rechigne à faire de son repas ses animaux de compagnie, mais dans les familles les plus affamées, malheureusement, il arrive qu'il ne soit pas bon d'être un chat, un rat ou un gentil lapin domestique. Le luxe pour les plus pauvres étant de pouvoir s'offrir du gibier sauvage, qu'avec de l'adresse, on parvient à chasser (non sans mal !).

    Le plat préféré des Ilédors ces 15 dernières années est le Mitonon de Cerf Argenté aux fèves, plat jadis populaire, qui est le préféré de sa majesté le Gardan Edorta Beltxior Ier.




Hygiène

    Les Ilédors sont très propres. Ils aiment énormément se laver, ou plutôt, rester des heures dans des baquets d'eau. Le summum du chic étant de pouvoir rester au minimum une heure dans un grand bain tiède de lait. On dit que l'eau, malgré qu'elle flétrisse la peau, a le pouvoir de nettoyer jusqu'aux fautes des Hommes et Femmes. Aussi, chacun pense qu'en restant tremper quelques temps, les petites fautes quotidiennes seraient effacées.

    C'est pourquoi les Thermes sont si appréciés. Naturellement, hommes et femmes y sont séparés, pour éviter tout débordement qui rendrait furieux Therdone. Cependant, il n'est pas rare que de Nobles Familles fassent construire dans leur villa leur propre bain, immense pièce où plusieurs bassins maintenus à température agréable peuvent accueillir famille et amis.

    On se lave donc souvent (au moins deux fois pas jour) et certains grands fautifs dorment même dans la baignoire ! Cependant, ce n'est pas tout : pour entretenir son corps, de nombreuses huiles sont utilisées, des onguents, des crèmes à base de lait végétal sur la peau pour la rendre souple et douce, et pour qu'elle vieillisse bien. Plutôt soucieux de leur apparence, les Ilédors qui vieillissent vite (contrairement aux Olarils) ont pour souci de sembler jeune le plus tard possible. Maquillage et postiches sont courants, afin de paraître fringant.

    Une pâte épaisse provenant des fleurs d'Iris Bleue, mêlée à de la lavande, constitue une préparation qui nettoie les dents. Pour se faire, on trempe son index dans la pâte, et on applique en frottant sur les dents. Sourire blanc et élégant assuré. La Lavande n'a là dedans aucun effet de blancheur : elle garantit simplement une délicate haleine.

    Car l'odeur est très importante pour les Ilédors. On se parfume, et plus on est riche, plus les senteurs sont piquantes, élégantes, fines ou au contraire, musquées, fortes et puissantes. C'est par un parfum que l'on se différencie, et chaque Ilédor a sa propre recette, son propre élixir aux arômes uniques. Si bien que l'on sait qui vient sans avoir besoin de le voir ! Cela frise parfois le mauvais goût, car trop de cacophonie olfactive rend parfois l'atmosphère irrespirable. Notamment lors de dîner mondain.




Mode Vestimentaire

    Comme on prend soin de sa peau et de son hygiène, quand on est un Ilédor (homme ou femme), on prend également grand soin de son apparence vestimentaire. Bien que les pauvres n'aient pas énormément de choix dans les coloris, formes ou matières pour se confectionner des habits (constitués de coton, lin ou laine principalement), les Nobles peuvent accorder énormément de tissus, de teintes diverses allant du clair au foncé jusqu'au vif, des motifs variés, des formes des plus classiques aux plus excentriques.

    Communément, les hommes revêtent un pantalon droit, dans une couleur dite "neutre" car elle n’altèrera pas les teintes qu'il choisira d'arborer en veste ou en chaussures. Une chemise ou une tunique, pouvant être ouverte si l'on veut laisser visible son poitrail, d'une couleur plus marquée, et des chaussures très souvent de coloris assorti. Une cape peut parfaire le tout, et l'hiver, d'épais manteaux de cuir savent réchauffer.

    Les femmes ont quant à elles l'habitude de porter la robe ou la jupe. On s'accorde à dire que le pantalon est réservé aux Militaires, ou aux femmes moins aisées, aussi les Nobles se font-elles un devoir de ne jamais porter autre chose qu'une jupe. Celle-ci peut être aussi bien courte que longue. Courte, elle laissera voir des jambes -épilées- qui peuvent être agrémentées d'accessoires (jarretelles, bas, coquetteries etc...). Pourtant on préfère que les femmes mariées ne montrent pas trop de peau... Pour ne pas "tenter". La gorge est souvent nue pourtant, et lorsqu'on en a les moyens, un décolleté fait toujours sensation. Capeline ou manteau de fourrure couvrent les épaules à la saison froide.
    Les chaussures sont à talon, escarpins jusqu'aux cuissardes militaires, ou sandales -souvent associés aux Pauvres cependant- habillent les pieds, et on peut se permettre toutes les fantaisies là dessus car c'est un réel luxe (pierres précieuses, perles, dorures, grelots etc...).

    Quelle que soit la mode, elle est toujours créée par le Tailleur du Gardan Edorta, le Grand Costumier, et une de ses créations vaut des fortunes. Autant dire que c'est un privilège que de pouvoir se payer ses œuvres d'art. Depuis 15 ans la couleur à la mode reste le rouge, préférée de Beltxior Ier


Distractions

  • Loisirs :
    Une fois encore, qu'on soit riche ou pauvre, les loisirs seront très différents. Du moins, ce sera le temps consacré à cette activité qui diffère réellement. Là où l'on prend le temps de jouer aux cartes, aux Hopis (sorte d'échecs) ou aux osselets lorsque l'on est peu aisé, les Nobles, eux, passent la majorité de leur temps à se divertir.

    Ils apprécient les Courses de Chevaux, qu'ils vont admirer et où ils parient de grosses sommes d'argent ; ils jouent aux Hopis également, tout en y incluant assez souvent des enjeux plus intéressants (paris divers) et ils affectionnent la lecture et aiment écouter les Cantatrices, les Orateurs et les Savants, venant faire leur discours en public. Le théâtre a donc tout son intérêt, il raconte une histoire, souvent en rapport avec Therdone, et cela permet également de se rencontrer, de se montrer, de s'afficher en compagnie d'une personne influente etc... Depuis que les Olarils se sont mêlés aux Ilédors de souche, on assiste également volontier à des Spectacles de Danse Taurine, la plus célèbre des artistes étant Luminara Hirune, que beaucoup de jeunes filles rêvent d'imiter.

    Pour se divertir, les Ilédors vont aux Thermes, ou se rendent aux Foires, organisées tout au long de l'année dans les quartiers populaires. On y trouve de tout, selon la saison, et les Veillées qui y ont lieu chaque nuit sont baignées des contes et légendes narrées par les Orateurs.

    La Chasse a été considérablement mise en avant depuis la montée sur le trône de Beltxior Olarii, et pratiquer la chasse (notamment au Cerf, la préférée du Gardan Edorta) est un sport prisé.

  • Drogues, Alcools :
    L'une des principales activités des riches Ilédors reste la consommation, souvent à l'excès, de substance pouvant leur procurer un maximum de plaisir, de sensations. Avec le temps, de nombreuses drogues ont fait leur apparition en Edor Adeï, pour réjouir toujours plus les Nobles, très friands de ce genre de paradis artificiels. On fume énormément, qu'il s'agisse d'une pipe ou d'une narguilé, souvent dans un Fumoir (pièce de la maison réservée à cet effet), et toutes sortes de plantes.
    On cite en général le Nizär, dont on extrait les premières fleurs au Printemps. On les laisse ensuite sécher la fleur pour qu'elle devienne friable, et c'est cette poudre que l'on tasse dans la pipe. Ce psychotrope a des effets excitants, désinhibants et euphorisants  immédiats, qui durent entre quelques minutes et plus d'une heure, selon la qualité de la Poudre de Nizär. Les Ilédors accro à la Poudre de Nizär sont vulgairement appelé Nizärii (Seigneur du Nizär) ou encore Nizäran (Homme/Femme à Nizär).
    Cette drogue est cultivée dans les champs autour d'Edor Adeï, et la grande consommation des Ilédors fait que les réserves en Poudre de Nizär sont colossales (de quoi fournir la population de la Cité durant un an). Elle est très bon marché, et toutes les couches de la population peuvent s'en procurer. Cependant, les plus rares, celles provenant de la rive Ouest d'Isle, sont hors de prix, et réservés aux Nobles, qui ont les moyens de faire venir les Revendeurs. Ceux-ci sont d'ailleurs très fortunés, malgré qu'ils ne soient pas d'essence Noble.

    Moins répandue dans le Bas-Fonds, la Somale, fabriquée à partir de feuilles et de graines de Mahale Somnifère, une plante qui ne pousse que dans les hauteurs, est la coqueluche des Nobles d'Edor Adeï. Ses effets sédatifs lorsqu'elle est préparée en tisane, sont utilisés pour la médecine, mais la Somale est détournée en drogue depuis de nombreux siècles. Elle est fumée dans de longues tiges de cuivre, que l'on aime décorer richement. S'afficher en train de fumer de la Somale est un signe de grande richesse, car la Mahale pousse sur les rocs de la Gérax : réussir à s'en procurer est un signe d'influence ou de grand courage.
    La dépendance est quasi-immédiate, et la prise prolongée de Somale, même sur peu de temps, entraîne invariablement une résistance : plus on en consomme, moins la drogue fait effet, et plus on est en manque. Ce cercle vicieux peut devenir mortel, d'autant plus que cette drogue est rare ; Les actes les plus invraisemblables peuvent alors être commis. Le meilleur sevrage trouvé par les Moines, jusqu'à présent, reste le remplacement de la Somale par une autre drogue, moins addictive.

    Les Ilédors sont également amoureux des bonnes boissons. On fabrique en effet beaucoup de vins, de différents cépages, dont le plus raffiné est l'Ambré, de la couleur des raisins du Sud du Continent d'Isle, au goût de miel, et aux tarifs hors de prix. Le vin rouge est la boisson des pauvres, bon marché, et pouvant enivrer vite. On trouve quelques vins mousseux, mais qui sont en général peu apprécié, car trop piquants. Les Ilédors leur préfèrent des notes douces, acidulées parfois, mais toujours très sucrées.
    Les bulles sont réservées aux boissons plus populaires, comme la bière de Mil ou le Cidre. Dans d'énorme fûts, ces breuvages sont consommés à outrance dans les Auberges, et tiennent la première place lors des Foires et Fêtes des quartiers moins aisés.
    A la fin d'un repas, ou pour conclure un accord, il est de coutume de boire un trait de Liqueur d'Ongalge, petits fruits sauvages, dont la teneur en alcool est considérable ; on ne dépasse pas souvent les deux verres, tant elle peut rendre saoul en quelques secondes. En général, quelques gouttes suffisent...

    Il faut savoir qu'affirmer consommer de la drogue, ou être sous l'emprise de l'alcool lors d'un crime, peut suffire à gracier un prévenu : on considère en effet que ces produits mettent en évidence la Volonté Profonde d'un être, et il a alors la grâce de Therdone, ne pouvant être puni trop sévèrement. On s'accorde cependant à dire qu'une peine minimale sera fixée tout de même, pour servir de leçon, et éviter d'avoir à juger trop d'alcoolique ou de drogués. Cela explique pourquoi un certain nombre de Criminels plaident ces déviances sans honte.





Merci Public, je fais tout ça pour vous =]


Dernière édition par Lysandre Hirune le Jeu 21 Nov - 19:55, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dixcordes.deviantart.com/
Lysandre Hirune
Olaril
Olaril
avatar

Nombre de messages : 6397
Age : 35
Date d'inscription : 03/01/2008

.:: Le Carnet ::.
Âge du Personnage: 42 ans
Profession: Chasseresse / Chef Olaril
Positionnement : Régulier
MessageSujet: Re: Les Ilédors   Mar 11 Juin - 21:28

Naissances, vie et mort d'un Ilédor

Naissance

    Il est dit qu'un Ilédor fera toujours en sorte d'avoir un nombre pair d'enfants. L'origine de cette coutume n'est plus connue, mais on l'attribue désormais au nombre d'enfants du Gardan Edorta. On s'accorde également à dire qu'il est plus aisé d'élever un enfant s'il a un frère ou une sœur avec lui.

    Une Ilédore peut enfanter vers ses 14 ans, mais il est entendu qu'elle aura plus d'expérience et d'instinct maternel pour élever une famille lorsqu'elle atteindra environ 20 ans. Lorsqu'un enfant naît, il est aussitôt nommé du nom choisi par la mère (le père peut avoir été consulté, mais en général, ils apprennent le nom de l'enfant le jour de l'accouchement). Le nouveau-né est ensuite conduit jusqu'au Sanctuaire de Therdone pour lui être présenté.
    Un certain nombre de nourrissons meurent durant ce trajet, et on voit dans cette perte le signe du manque de volonté de l'enfant : si Therdone lui a retiré la vie qu'il avait offerte, c'est que le nouveau né n'avait pas assez la volonté de vivre. Malgré le fait que ce risque soit constant et familier, les femmes ont souvent énormément de mal à se remettre de cette épreuve.

    Pour que l'enfant soit légitimement reconnu, il faut qu'un Moine ou une Moniale l'ait béni. Que l'on soit un bébé dans des langes crasseux ou dans un dais de soie, tous doivent passer nus dans un bassin d'eau glacée. Il ne s'agit pas bien sûr de les noyer, mais lors de cette purification dans l'eau froide de Therdone, la Volonté de l'enfant venant de naître se révèle. Les maladies pouvant se développer suite à la température peu élevée soulignent donc si le nourrisson a la volonté de vivre ou non. S'il y survit.




Enfance & Adolescence

    L'enfance et l'adolescence d'un Ilédor ne seront pas les mêmes, qu'il soit né dans une famille riche ou pauvre.

    Dans les familles aisées, l'enfant bénéficiera d'apprentissages poussés dès la petite enfance, où l'on ne laisse pas énormément de place aux jeux. Très tôt (vers 6-7 ans), l'enfant rencontre un Instructeur, qui fait étudier entre quatre et dix Ilédors à domicile. Le programme est vaste, et comporte de la lecture, de l'écriture en grand nombre, des mathématiques et de l'astronomie. Entre 12 et 14 ans, les enfants (garçons ou filles) apprennent à monter à cheval, à manier l'épée et quelques rudiments de guérison. C'est à partir de 14 ans qu'ils se spécialisent dans la voie qu'il leur plait. Il est de coutume cependant de laisser plus de choix aux jeunes filles, car les pères apprécient que leurs fils reprennent leur métier.

    Dans les familles moins aisées, l'enfant bénéficie tout de même d'une éducation, lecture, écriture et calcul sont au programme, mais ils sont cette fois plus nombreux devant l'Instructeur (cela peut aller jusqu'à 50 enfants, autant dire que tous ne sont pas suivis correctement). Ils peuvent avoir des notions d'herboristerie, d'astronomie et de maniement des armes, mais cela dépend surtout de l'Intructeur et de son savoir. Ils se spécialisent beaucoup plus tôt, vers 12 ans, ce qui en font des artisans plus compétents mais moins savants.
    Trois points communs sont pourtant à noter :

    L'Apprentissage Militaire, qui est donné aux garçons et aux filles âgés de 17 ans. Durant 18 mois, ils sont sous les ordres du Général des Armées et continuent, de façon plus dure et plus poussée, leur étude des armes, de l'obéissance et de la discipline.
    Cependant, riches et pauvres sont là encore séparés : là où un enfant aristocrate aura à apprendre la stratégie, la diplomatie et les arts nobles de la guerre, un fils de roturier ne pourra que subir les enseignements tels que marcher au pas, entretenir les armes, et les différentes formations d'attaque et de défense. Très éprouvant, c'est ainsi que sont repérés les futurs Soldats de l'Armée, notamment en ces temps difficiles où Edor Adeï est assiégée. Beaucoup d'entre-eux resteront sous les ordres du Général.

    Le second point commun sera l'étude de la Prière et des Rites de Therdone. Tous les deux jours, entre 4 et 17 ans, les enfants, aisés ou non, se regroupent au Sanctuaire de leur quartier pour apprendre les différentes prières à Therdone, et ils suivent l'enseignement des Moines qui leur apprennent que la Volonté est maîtresse de leur Destin, et qu'ils auront toute leur vie à prouver leur valeur au Dieu. C'est ainsi que la vocation religieuse des Ilédors peut naître : plusieurs d'entre eux se retireront alors dans ces Sanctuaires pour devenir Moine de Therdone.

    Une éducation sexuelle -théorique- est inculquée par les Instructeurs, vers les 14 ans des adolescents. On y enseigne comment plaire à sa compagne, comment être un bon mari / une bonne épouse et comment donner de beaux enfants à sa famille. La Volonté étant la pensée unique des Ilédors, forcer les relations entre les hommes et les femmes n'est jamais recommandé, et pire, c'est un crime capital. Il est en effet évoqué le plaisir et le consentement mutuel, l'attention, l'écoute et l'amour entre les époux (ceci pour faciliter la fidélité).




Âge Adulte

  • Mariage Les Ilédors commencent à se marier vers 16 ans pour les plus précoces. Comme nous l'avons déjà vu, ils sont considérés comme « plus aptes à élever des enfants » à partir de 20 ans, et on s'accorde à dire qu'il convient de vivre plusieurs années avec son mari ou sa femme avant d'enfanter lorsqu'on se marrie jeune. Il est dit que Therdone ne permet pas de faire des enfants à quelqu'un d'autre que celui ou celle à qui l'on est lié par son Sceau, aussi les époux se jurent-ils fidélité.
    Cependant, si lorsque le mariage est prononcé, il est dès lors interdit de fréquenter quelqu'un d'autre, les Ilédors ne blâment pas les libertins qui ne seraient pas liés : au contraire, il est de coutume que les époux aient déjà eu des expériences sexuelles avant le mariage. Les notions d'astronomie sont ici utiles, car il est dit qu'une femme ne peut tomber enceinte si la lune est ronde. Aussi les soirs de pleine lune sont-ils le rendez-vous idéal des amoureux (loin du romantisme que nous lui accordons !).

    Le mariage est prononcé le matin, devant un Moine ou une Moniale, dans le Sanctuaire, en présence d'un grand nombre de proches ou d'habitants des alentours. Événement heureux, il est fêté durant toute la journée qui suit avec un grand festin. Avec le Siège de la Cité qui s'annonce, les denrées que l'on faisait venir de l'extrémité du Continent d'Isle (comme les épices) sont rares et donc plus chères : ce sont en général les Nobles qui peuvent se les offrir pour ces cérémonies.

    L'homosexualité est développée mais reste secrète, et lorsqu'une telle préférence sexuelle est connue, en général, l'Ilédor est dénigré et marginalisé. On garde donc en général cette particularité pour soi.

  • Famille Une fois mariés, les Ilédors ont souvent un enfant rapidement, comme concrétisation que le mariage sera heureux dès lors que la femme est suffisamment âgée. Bien vite, suit une autre grossesse, car comme dit plus haut, il est de coutume d'élever les enfants « deux par deux ». Aussi, il n'y a que peu d'enfants uniques chez les Ilédors. Les familles pourtant sont rarement très nombreuses, tout simplement parce qu'il faut pouvoir nourrir tout ce petit monde correctement, et que ce n'est pas dans la culture Ilédore.
    La 'durée de gestation' est de 9 mois, la femme pouvant enfanter à partir de 14 ans environ, et ce jusqu'à 45 ans (plus ou moins). Les hommes, quant à eux, peuvent procréer jusqu'à leur mort.

    Un foyer se compose en général de parents, de leurs enfants, et éventuellement des grands-parents du couple. En cas de problème, et surtout dans les familles pauvres, on compte également des oncles et tantes et leurs enfants, si bien qu'une vraie fratrie peut habiter sous le même toit.
    Les plus riches, pourtant, ont les moyens d'avoir, pour chaque branche, une habitation, ou une aile d'une grande demeure.

    Lorsqu'un conjoint décède, il est très vite procédé à un nouveau mariage, en général, les Ilédors, quand ils ont été mariés une fois, ne reste jamais veufs bien longtemps.

  • Vieillesse Lorsqu'un Ilédor devient âgé, c'est à dire aux alentours de 65 ans, dans les familles peu aisées, il prend en charge le complément d'éducation des plus jeunes : il aide à garder les petits lorsque les parents vont travailler en extérieur, par exemple. Ils peuvent également remplir des fonctions simples, comme aider à la garde des animaux (qu'il s'agisse de chiens jusqu'aux moutons ou chèvres). On évite cependant de leur laisser des labeurs trop physiques, car les douleurs liées à une vie entière de travail se font ressentir rapidement (vers 70 ans).
    Vers 75 ans, les Ilédors sont considérés comme ne pouvant plus assurer leur profession et, s'ils ne l'ont pas fait avant, laissent définitivement leur place à un enfant ou à un apprenti. Mais en général, ils ont déjà passé la main vers 60 ans.




Mort d'un Ilédor

    La Mort survient vers les 80 ans d'un Ilédor. Cette durée de vie courte nécessite que chacun vive de manière entière et ne s'encombre pas de regrets. Cela sous entend également, que, comme le veut le culte de Therdone, il est indispensable de toujours Vouloir les choses de façon puissante et forte, pour rapidement arriver à l'objectif que l'on s'est fixé.

    La mort est toujours un profond malheur et une grande tristesse s'empare des proches d'un défunt. Cependant, comme Therdone est un Dieu du Hasard, et que tout s'explique par la Volonté, on explique la mort par un manque de volonté de vivre, ou du moins, une baisse de cette envie de rester vivant, arrivés les 80 ans. Aussi, même si la peine accompagne un décès, il est nécessaire de rapidement s'en remettre, de reprendre très vite le court d'une vie normale et, surtout, que cette perte n'ébranle pas la Volonté de Vivre. Sous peine que Therdone nous rappelle peu de temps après auprès de lui.

    On assiste à ce phénomène lorsqu'un époux décède et qu'une femme meurt de chagrin ou de solitude, peu de temps après. Ce qui explique pourquoi une veuve ou un veuf ne reste jamais seul très longtemps, et qu'on se remarie très vite.

    Le suicide s'explique ainsi également : qu'il s'agisse d'une baisse d'envie de vivre, ou d'une volonté très forte de mourir, Therdone puni ou récompense les Ilédors selon leur Volonté.

    Les Ilédors sont enterrés. Une cérémonie religieuse accompagne ce sacrement, avec plus ou moins de faste selon la richesse du défunt. Pour les plus pauvres, cimetière public ou fosses communes sans prétention, et plus l'on est noble, plus l'on a droit à un Caveau élégant. Les Nobles de Sang ont pour eux des Mausolées personnels, souvent catacombes sous leurs Villas.
    Pour les plus nobles, et notamment pour les Arlanii et les Olarii de jadis, une Nécropole véritable est creusée sous le Palais et une partie des Nobles Quartiers. Les colonnes sont de marbres, tout est grandiose malgré la Mort. Un tombeau sculpté dans la pierre représente de défunt, son blason, quelques inscriptions chères à la famille.

    Ces prétentions autour de la Mort gagnent peu à peu les Nobles de Rang et les Bourgeois, qui prennent ceci pour un "signe extérieur de richesse". Plus la tombe est belle, plus le Défunt est riche... Enfin était riche.





Merci Public, je fais tout ça pour vous =]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dixcordes.deviantart.com/
 
Les Ilédors
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le passé nous revient toujours quand on dors... [pv Seth Cooper]
» N'éveillez pas la lionne qui dort ? [Terminée]
» Ne jamais réveiller un Démon qui dors [PV : FluffyJam] [RP Fini]
» Avec quel type de lit dormez-vous ?
» [Moment fort 17] : Quand le chat dors les souris dansent

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Tables d'Olaria :: Introduction à Olaria :: ♦ Livre de Jeu :: Encyclopédie d'Isle-
Sauter vers: