AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Tout acte se voit un jour payé

Aller en bas 
AuteurMessage
Bellone Lastareth
Ilédor
Ilédor
avatar

Nombre de messages : 937
Age : 28
Date d'inscription : 22/06/2010

.:: Le Carnet ::.
Âge du Personnage: 29 ans
Profession: Générale des Armées
Positionnement : Conservatrice
MessageSujet: Tout acte se voit un jour payé   Lun 7 Mar - 11:49

L’heure n’était plus aux subtilités, quelles qu’elles puissent être. Nul sourire sur les visages présents, seules des mines graves s’affichaient sur les traits de toutes les personnes rassemblées en ce jour peu commun. Depuis le début du siège mené par les Révolutionnaires, c’était la première fois que le Tribunal militaire ouvrait ses portes pour juger l’un de ses hommes… Un commandant…
La Générale Lastareth présidait cette sévère assemblée, formée par les conseillers Tehanii et Jaktarii, assis de par et d’autre d’elle-même, de quelques Stratèges venus assister au jugement, du greffier chargé des minutes de ce Tribunal, et enfin mais non pas des moindre, du prévenu lui-même.
Les trois juges dominaient de leur estrade le commandant Indaril qui restait debout, droit comme un I. Une chaise lui était réservée à deux pas derrière lui, mais pour l’heure, il venait d’entrer dans le tribunal sous le regard attentif des personnes présentes, et attendait l’énoncé de ses chefs d’accusation, énoncé qui revenait à Bellone, en tant que Générale des Armées.

Elle plaqua un masque de totale impassibilité sur son visage, malgré son entourage immédiat. Elle aurait largement préféré ne pas avoir à constituer ce tribunal, mais il était allé trop loin, beaucoup trop loin pour qu’elle puisse le tolérer. Seulement, si la présence des deux conseillers n’avait pas été nécessaire pour assurer la représentation du Gardan Edorta, ainsi que celle de Therdone, Bellone se serait tout à fait passée de la présence de ces deux là. Elle voyait trop souvent à son goût le conseiller Jaktarii, quant à la conseillère Tehanii… elle lui faisait tout simplement froid dans le dos.
Mais puisque le capitaine avait décidé de n’en fait qu’à sa tête en passant outre ses ordres, il fallait désormais aller jusqu’au bout de cette histoire, quels que soient les aboutissants.

Rassemblant la liasse de feuille devant, la Générale se leva lentement mais souplement de son siège, comme pour marquer la solennité du moment. Elle n’avait pas revêtu son armure habituelle, et encore moins celle d’apparat qui aurait rendue impossible le moindre mouvement calculé, mais une tunique noire, simple, brocardée d’entrelacs verts, un pantalon tout aussi sombre, et ses hautes bottes de cuir. Elle ne mettait pas la richesse en avant, mais le côté militaire, sans l’encombrante armure. Et si elle avait délaissé l’épée pour un temps, sa dague restait cependant glissée à sa ceinture. Quelles que soient les occasions, ne jamais se retrouver sans au moins une arme à portée.
Son regard se fit froid et se fixa sur le commandant, légèrement en contrebas.

« Commandant Phaedan Sephen Indaril, vous êtes présent en ce jour devant le Tribunal Militaire aux Armées Royales pour répondre des actes d’Indiscipline et de Désobéissance dont vous avez fait preuve envers la Générale des Armées, et par la même, envers le Gardan Edorta.
Les faits sont les suivants : il y a dix jours, vous avez été mis à pied pour deux semaines, avec interdiction totale de paraître dans les Quartiers Militaires pour répondre de l’insubordination que vous avez manifesté lors d’un entretien avec la Générale Lastareth. Peu après, lors d’une visite au Gardan Edorta, vous avez demandé une promotion pour vous-même, outrepassant ainsi l’ordre strict de mise à pied.
Vous serez donc jugé ce jour sur vos actes, par la Générale Lastareth, représentante de l’Autorité Militaire au nom du Gardan Edorta, la conseillère Tehanii, en charge des affaires religieuses, et le conseiller Jaktarii, en charge des finances et de la guerre. Le jugement rendu sera ensuite soumis au Gardan Edorta, et à lui seul reviendra la charge de l’avaliser, ou de le modifier selon ce qu’il jugera bon. »


Voilà, son laïus était fait, au tour des conseillers de prendre le relais.
Mais elle ne pouvait s’empêcher de penser que parler d’elle-même à la troisième personne se trouvait être le comble du snobisme. Cependant, les procédures devaient être respectées, bien que certaines lui semblaient totalement dérisoires.
Bellone se rassit sans que ses yeux mordorés ne lâchant pas un instant le commandant devant elle. Pèse bien tes mots, commandant Indaril, contrairement à ce que j’ai fait, ces deux là ne laisseront rien passer. Surtout venant d’un Noble de rang…
Croiser les doigts n’aurait rimé à rien, mais la Générale espérait sincèrement qu’il n’ait aucun mot malheureux qui scellerait son destin. Les prochaines heures seraient pénibles…




Dernière édition par Bellone Lastareth le Jeu 10 Mar - 16:14, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lambda
Fondateur
Fondateur
avatar

Nombre de messages : 173
Date d'inscription : 01/05/2008

MessageSujet: Re: Tout acte se voit un jour payé   Mer 9 Mar - 21:46


- Cyrilis Jaktarii -
Ce jugement n’était pas celui de n’importe qui. En ces temps de siège, rares étaient les cours martiales mobilisées par la Générale des Armées. D’autant plus pour les hauts dignitaires. C’était une manœuvre risquée, en plein siège, mais peut-être aussi pour la Générale qui prenait le risque de s’attirer les foudres des soldats fidèles à l’homme qui devait comparaître devant eux aujourd’hui.

Quoi qu’il en soit, Cyrilis était enthousiaste à l’idée de participer au jugement de Phaedan Indaril, ce Capitaine plutôt… particulier. Le Juge, comme il se faisait appeler, espérait avoir là l’occasion de briller par sa rhétorique, et de prononcer un jugement applaudit comme souvent. Il s’était consciencieusement renseigné sur ce Capitaine, son rang plutôt élevé attisant l’intérêt du Conseiller. Les jugements prononcés à l’encontre des petits grades ne l’intéressaient que vaguement, et souvent les sanctions tombaient par courrier, de façon moins grandiloquente. Mais là, il s’agissait d’un plus gros poisson. Un ami proche d’Ysor Arlanii, une proie savoureuse pour le Juge.

Il s’était renseigné au sujet de l’homme, donc, et en avait finalement conçu une idée plutôt mitigée. Ayant eu connaissance de ce qui lui était reproché, et devant son manque d’implication politiquement, Cyrilis l’estima finalement peu. Il n’était pas un pion intéressant selon ses critères. Jusqu’à ses responsabilités dans l’armée qui n’en faisaient pas un personnage coloré, original et puissant. Phaedan était un homme qui jusqu’à aujourd’hui n’avait été qu’un soldat, noble, remplaçable. Finalement, aux yeux du Conseiller, ce procès lui offrait pour la première fois un certain intérêt. S’il était en outre aussi aisé à manipuler que l’était Ysor Arlanii, son très cher ami, ils n’en feraient qu’une bouchée, et donneraient à cette Cour Martiale d’ordinaire si fade une lumière, et une grandeur à sa hauteur.

Il s’était apprêté de façon noble, et d’une certaine classe. Il n’était pas un vulgaire appendice de l’armée, il était bien plus que cela, et il était fort important pour lui que cet aspect là rayonne particulièrement. Des hardes sombres, donc, de somptueux velours en dépit de la chaleur qui régnait alors. Un pourpoint de velours bordeaux, des manches amples et noires, une lourde chaîne d’or, incrustée de rubis posée sur son cou et ornant fièrement son torse, ses cheveux coiffés, et noués avec une simplicité toute honorable… Et à sa taille une rapière d’apparat, toute désignée pour cette occasion martiale. Il était entré en compagnie de Bellone Lastareth et de Vanhilde Tehanii, s’était installé de manière étudiée à la droite de la Générale des Armée, pour ne poser sur l’accusé en contrebas qu’un regard condescendant.

Ils n’en feraient qu’une bouchée.

A peine le Général Lastareth avait-elle énoncé les termes de l’accusation qu’il sentit se former dans son crâne des contre arguments à tout ce que dirait l’homme. Il avait eu un compte rendu complet de son comportement auprès d’Ysor. Celui-ci, sur sa demande, avait détaillé certaines choses, notamment le fait qu’il assumait l’altercation qu’il avait eu avec elle. C’était un point clef de l’accusation, et la possibilité également de se faire, pour l’occasion, plus autoritaire qu’il ne l’eut été de nature. Il aurait là une certaine gloire. L’occasion de prouver son honneur et sa grande influence.

Lorsque la voix de Bellone Lastareth se tut à sa gauche, il bomba sensiblement le torse, et son regard méprisant se fixa sur Phaedan Indaril avec une certaine prestance.

« Les faits qui vous sont reprochés, graves par nature, le sont plus encore en période de Siège. Vous n’ignorez sans doute pas les châtiments encourus pour insubordination dans de telles conditions. »

Mensonge, il était convaincu qu’il les ignorait tout à fait. Sinon, pourquoi avoir eu la bêtise d’enfreindre ainsi le règlement ? Car pour braver ostensiblement un ordre, ou une sanction énoncée par la Générale des Armées, ami du Gardan Edorta on non, il fallait bien être une bêtise formidable. Mais l’art du Conseiller Jaktarii consistait en partie à faire croire à son vis-à-vis qu’il était plus intelligent qu’il ne l’était en réalité. Cela mettait les adversaires en confiance, et ainsi, ils faisaient de nombreuses erreurs. Quelle serait la première erreur de Phaedan Indaril ?

Un sourire plaisant étira son visage poudré, puis il se tourna vers Vanhilde Tehanii, se penchant légèrement.

« A moins que la Conseillère Tehanii n’ait quelque chose à ajouter à ce qui vient d’être dit, vous êtes libre, Capitaine Indaril, de nous exposer votre version des faits précédemment énoncés. »

Aurait-il l’intelligence de se montrer pondéré, ou poursuivrait-il sur sa lancée ? S’il se montrait aussi pédant avec deux Conseillers qu’il ne l’avait été avec sa Générale, alors c’était sur un gibet, ou dans une Geôle que le conduirait cette Cour.
A cette idée, Cyrilis Jaktarii se sentit tout émoustillé, sans que son visage ne se départisse de son noble masque de pouvoir et de maîtrise.


Je laisse Vanhilde décider ou non d'intervenir à ma suite. Elle te tiendra au courant, puis tu pourras poster, soit après elle, soit après avoir été averti que tu le pouvais.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Phaedan Indaril
Ilédor
Ilédor
avatar

Nombre de messages : 361
Age : 33
Date d'inscription : 07/04/2010

.:: Le Carnet ::.
Âge du Personnage: 32 ans
Profession: Commandant dans l'armée
Positionnement : Dissident/contre-révolutionaire
MessageSujet: Re: Tout acte se voit un jour payé   Jeu 10 Mar - 21:38

Et dire qu'il était la parce-qu’il avait eu l'audace d'expliquer que pomme pourrie et traitre revenait au même à un général se dit Phaedan , il avait ensuite eu l'audace de répondre à une convocation du Gardan.
Y'avais pas grand chose à dire , encore une histoire futile d’ego froissé et de personne mal informés.

Et on dépensait de l'énergie et du temps pour ça c'était ridicule mais le bon le ridicule ce n'était pas malheureusement pas ce qui manquait en ce moment.

A la sortie de sa rencontre avec la généralissime , il se disait que l'armée que avait bien changé.
La c'est sur il passerais sont tour. L'armée c'est plus ce que c'était. Des traîtres, des petits chef .

Phaedan avait appris que lorsque l'on à un différent avec quelqu’un on le règle comme une grande personne avec la personne on fait pas appel à des copains, copine .

Maintenant il allait falloir passer l'épreuve du feu face à des petits nobliaux de sang qui après avoir fait pas mal de coup foireux à droite et aussi à gauche avait finalement accéder à la place de ce que l'on appelait conseiller , même si rapace était la dénomination qui leur sciait le mieux. Enfin au moins grâce à Phaedan ils avaient bougés leurs fesses de feignasses.

Les conseillers étaient un club de gens plus ignoble les uns que les autres, ce qui les unissaient le pouvoir, l’hypocrisie sans oublier leurs nombrils , de temps à autre ils leur arrivaient de regarder celui de l'autre pour voir s'il n'était pas plus gros que le leur.Sinon mis à par qu'il faisait un clan travaillant leur contact graissant la pâte souvent à des personnes que l'on appelles peut recommandable.

Mis à part cela Il n'y avait pas grand chose d'intéressant à dire à leur sujet.
Alors ce faire juger par eux ça devait leur faire aussi drôle qu'a Phaedan , le monde à l'envers.

Ce qui lui faisait garder son calme la pensée que tout ses hommes avaient donnés leur démissions les un après les autres .
Ce qui faisait du monde , c'est l'un des avantages de l'armée de métier.
Les hommes de Phaedan ne c'étaient pas engagés pour cette armées.
honnête quand ça l'arrange.Qui ne lave pas son linge salle en famille, l'armée avait changé , et bien elle se ferait sans eux .

C'était donc pour montré à la fois leur soutiens à celui qui pris pendant longtemps soins des ses troupes, et certainement qu'ils ne voulaient pas non plus se retrouver à la place de leur commandant pour avoir exprimer leur désaccord.

Phaedan portait son armure qui comportait encore trace de combat, il répondit, calmement et dignement .

Messieurs, dames , les conseillers que dire, mis à part que j'avais déjà reçut ma sanction pour insubordination, et que je n'ais fait que répondre à une convocation du Gardant.

Phaedan n'allait pas faire plaisir au conseiller au visage de poupon qui venait de lui adresser la parole.
Une bonne fessées c'est tout ce qu'il lui aurait donné, il avait du d’ailleurs en manqué, il suffisait de regarder son visage arrogant, et ses airs d'enfant gâté pour comprendre que se parents ne lui avaient pas assez tanné le cuir quand il était enfant.

de toute façon ils avaient surement déjà pris leur décision. Tout ce que ces gens voulaient c'était se donner en spectacle. Le nom de la pièce : ridicule.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bellone Lastareth
Ilédor
Ilédor
avatar

Nombre de messages : 937
Age : 28
Date d'inscription : 22/06/2010

.:: Le Carnet ::.
Âge du Personnage: 29 ans
Profession: Générale des Armées
Positionnement : Conservatrice
MessageSujet: Re: Tout acte se voit un jour payé   Ven 11 Mar - 14:54

En temps normal, elle aurait volontiers crucifié le seigneur Jaktarii. Enfin, crucifier était un bien grand mot. Mais à force de conseils où ils se trouvaient opposés, elle éprouvait une certaine animosité naturelle vis-à-vis de lui. Cependant, aujourd’hui qu’ils se retrouvaient du même côté de la table, toute son attention tournée vers une tierce personne, Bellone pouvait profiter de l’éloquence du conseiller.
Depuis le temps qu’ils passaient en conseil de guerre, la Générale connaissait certaines intonations et expressions du Noble, et ce qu’elle en voyait aujourd’hui ne présageait rien de bon pour le capitaine Indaril. Rien de ce qu’il dirait n’échapperait au conseiller, et comme d’ordinaire en conseil, chaque mot, chaque expression analysée, sa répartie serait cinglante. Il était à l’affut du moindre faux pas, et l’accusé le lui offrit presque sur un plateau d’argent.

L’attitude du capitaine horrifiait Bellone. N’avait-il donc pas comprit qu’il passait en cour martiale ? A quoi jouait-il en adoptant pareil comportement ? Car devant elle, ce n’était pas un soldat en jugement qui se tenait debout, mais un simulacre de noblesse arrogante et bouffie de suffisance.
A vrai dire, cela ne changeait guère de l’image qu’elle avait eue de lui dans son bureau, lorsqu’elle avait tenté de lui confier une simple mission. Noblesse bornée, insouciance ou bêtise pure…
S’il y avait un moment où courber l’échine et accepter les remontrances sans broncher, il était passé. En une phrase, Phaedan Indaril venait de démontrer qu’il n’avait strictement rien compris aux enjeux de ce tribunal pour lui-même. Sinon pourquoi afficher tant de suffisance ?

Et que penser de cette armure ? Celle-ci portait encore des traces de combat. Hors, depuis deux mois, nulle bataille, nul assaut sur les murailles ne pouvait justifier une armure dans cet état. On apprenait aux Aspirants à entretenir leurs armes et protection, et un capitaine se montrait en public avec une armure non entretenue. Bel exemple…

« Soldat, dois je vous rappeler le lieu et la raison pour laquelle nous nous trouvons ici ? Veuillez alors vous exprimer avec un peu plus de respect. Vous parlez aux conseillers du Gardan Edorta et à sa Générale des Armées, pas à vos amis. Veuillez donc vous adresser comme il se doit aux personnes qui sont chargées de vous juger. »

Une pause, son regard se durcit. Jusqu’ici, la Générale était plutôt pour se montrer clémente. Mais l’attitude de son capitaine l’amenait doucement à changer d’avis. « Vous êtes un capitaine dans l’armée, un soldat gradé, vous vous devez de montrer l’exemple à vos hommes, ainsi qu’à la population. Nous sommes en guerre, la Cité est assiégée. Une telle attitude venant de votre part est tout à fait inadmissible. Mesurez vous les conséquences qu’un tel exemple pourrait avoir sur le corps militaire ?
Si cela est trop pour vous, alors peut être faut il songer à vous donner moins de responsabilités. En temps de guerre, nous ne pouvons nous permettre d’enrayer le bon fonctionnement de l’armée avec des éléments perturbateurs et indisciplinés, et je me répète, surtout lorsque ceux-ci représentent l’autorité. »


Bellone se tut, espérant que le message serait passé. Il n’était pas face à un spectacle de fantoches, loin de là. Ses trois juges avaient fait preuve de Volonté pour arriver jusqu’à la place qu’ils occupaient aujourd’hui, il serait temps qu’il s’en souvienne.




[Les éditions, c'est parce que j'avais raté des fautes -_-]


Dernière édition par Bellone Lastareth le Ven 11 Mar - 16:44, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lambda
Fondateur
Fondateur
avatar

Nombre de messages : 173
Date d'inscription : 01/05/2008

MessageSujet: Re: Tout acte se voit un jour payé   Ven 11 Mar - 15:50


- Cyrilis Jaktarii -
Et Bellone Lastareth avait amplement raison, Cyrilis écoutait, observait tout dans un silence religieux, un léger sourire aux lèvres. Il nota intimement le comportement outrecuidant de Phaedan Indaril… le Capitaine… Comandant ? Qu’importait, il ne serait sans doute bientôt plus que Phaedan Indaril, noble de rang médiocre jeté comme un malpropre pour avoir manqué de respect à son supérieur. Et s’il y avait bien une chose que Cyrilis aimait, c’était le respect du supérieur. En particulier lorsque c’était lui.

Il écouta tranquillement la Générale lui mettre une fessée, un hochement de tête particulièrement attentif et humble pour saluer les mots, puis, comme il avait déjà parlé à sa suite, il décida que c’était à lui. L’autorité, les devoirs de soldat… ce n’était pas pour lui. Non lui il allait s’amuser un petit peu. Ses yeux se plissèrent, sans qu’il se départisse de son léger sourire, compréhensif, affable.

« Très bien. Si je vous ai bien compris, par conséquent… Vous niez, ou du moins occultez qu’au cours de l’entretien que vous avez eu suite à… la Convocation du Gardan Edorta, comme vous le dites, vous avez demandé à ce dernier une promotion au poste de Capitaine de sa Garde personnelle, ce qui aurait demandé la destitution de Sieur Alec Farenii, en place, et brillamment en place je dois le dire, depuis des décennies maintenant.

Vous niez alors je suppose avoir ostensiblement manqué de respect, une fois encore, envers la Générale Lastareth – qui, le rappeler me semble judicieux compte tenu des circonstances, est votre supérieure hiérarchique, et par conséquent dont les ordres ne sont pas à discuter – devant le Gardan Edorta toujours, et ce durant votre mise à pied.

C’est bien cela ?

Dois-je donc noter dans mon compte rendu que, selon vos dires toujours, Ysor Arlanii s’est fait parjure en nous procurant un faux témoignage ? »


Il n’y avait pas une trace d’agressivité, ni de suffisance sur son visage poudré. Bien au contraire, il semblait attentif et affable, l’air de celui qui était prêt à croire l’autre, et à lui donner une chance. Face au mépris de Phaedan Indaril, le tableau avait quelque chose de plutôt cocasse.
Finalement, la plume levée au-dessus un parchemin, Cyrilis Jaktarii esquissa sans se lever une légère révérence en direction de Vanhilde Tehanii.
A Bellone, la rigueur et la discipline, à lui les déclarations frauduleuses, et à elle, enfin, de juger de la Volonté du prévenu. Elle aurait sans doute quelque chose à ajouter à cela.

« Mais avant toute chose, Dame Tehanii, quelle est votre opinion sur cette histoire ? Peut-être aviez-vous vous-même une observation à faire ? »

Son avis pèserait lourd, très lourd dans la balance. Autant mettre Indaril dans le bain dès à présent.

Attendant que la Conseillère ne reprenne la parole, Cyrilis Jaktarii retrouva sa position coutumière et tranquille, reportant sur le militaire un regard bienveillant.

AU TOUR DE VANHILDE ! ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mithra Edorta
Olaril
Olaril
avatar

Nombre de messages : 5509
Age : 30
Date d'inscription : 12/08/2008

.:: Le Carnet ::.
Âge du Personnage: 56 ans
Profession: Orfèvre, Veuve de Laclaos
Positionnement : Aha...
MessageSujet: Re: Tout acte se voit un jour payé   Sam 12 Mar - 17:25

- RP ANNULE, mis aux archives -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.obsidare.fr
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Tout acte se voit un jour payé   

Revenir en haut Aller en bas
 
Tout acte se voit un jour payé
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Tout le monde voit ce que vous paraissez, peu connaissent à fond ce que vous êtes ~ juliette
» Je craque .. ♥
» Et un jour tout change, il parait qu'on appelle cela la vie et on grandit ... | Venez nombreux !
» [UPTOBOX] Elle voit des nains partout ! [DVDRiP]
» Tout s'expliquera ... un jour - Xander (fini)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Tables d'Olaria :: Introduction à Olaria :: ♦ Les chemins de la vérité :: - Arestim Dominae-
Sauter vers: