AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 L'Avenir des Arlanii

Aller en bas 
AuteurMessage
Vanhilde Tehanii
Décédé
Décédé
avatar

Nombre de messages : 217
Age : 34
Date d'inscription : 31/03/2010

.:: Le Carnet ::.
Âge du Personnage: 37 ans
Profession: Conseillère (Religion)
Positionnement : Conservatrice
MessageSujet: L'Avenir des Arlanii   Sam 13 Nov - 12:26

Vanhilde Tehanii n'affichait jamais un plein sourire. Pourtant, cette fois, lorsqu'elle marchait dans les couloirs dorés du Palais, ses lèvres étaient ourlées d'une belle courbe, certes pas vraiment franche, mais qui donnait à son visage une expression étrange, comme s'il n'était pas fait pour cela. La neutralité dont il faisait preuve habituellement paraissait peiner à garder ce faciès, et pourtant elle avait ce sourire léger et énigmatique depuis bientôt deux heures.
Même sa démarche était différente, car plus vive, ne souhaitant aucunement trainer dans ces corridors, voulant vite, vite, atteindre son but. Les domestiques ou gardes, qui avaient été doublés depuis que ces Sauvages étaient aux portes de la Cité, la regardaient avec un air presque inquiets.

Depuis que Beltxior avait eu accès aux Murs, et avait imposé, avec son armée de Paysans et de Petits Nobles de Province, son Siège, Vanhilde avait été plus que présente au Palais. Elle avait pratiquement dormi chaque nuit dans l'Aile des Conseillers, et la Villa Tehanii ne l'avait plus revu depuis des semaines. L'heure était trop grave pour se préoccuper d'autre chose que la situation présente, au jour le jour. Comment gérer les Assiégeants qui, même s'ils ne semblaient pas tenter violemment de percer les lignes d'Edor Adeï, étaient menaçants, et bloquaient trop leur liberté à tous, comme une épée au dessus de leur tête à chaque instant ?

Comment gérer ces Olarils qui cherchaient à pleinement s'adapter, parfois avec maladresse, tantôt avec beaucoup d'intelligence, et qui devenaient des alliés de la Révolution qui grondait ? Car ceci, Vanhilde ne le rejetait pas : les Fils de Bakarne étaient avérés, ils étaient ceux annoncés dans la Prophétie, et elle avait imposé sa voix lors des Conseils houleux depuis deux mois, à ce sujet. Personne ne devait leur faire de mal, car quoi qu'il arrive, les Mots sortis de la bouche de Therdorus et Thérasia deviendraient réels, tôt, ou tard.

Pourtant, quelque chose avait éclaircit un ciel sombre, quelque chose avait projeté les réflexions de la Conseillère plus loin qu'à l'heure suivante, au prochain conflit immédiat, à la prochaine situation de crise à gérer. Durant deux mois, elle s'était fait beaucoup d'ennemis, même parmi le Conseil : Riarg la regardait avec haine, une sourde fureur, car elle n'allait plus dans son sens. Lui, se fichait de la Prophétie, il voulait sauver leur peau à tous, exterminer toute opposition. Son assassin attritré travaillait dur, en ce moment...
Et Vanhilde regardait toujours derrière elle.

Cependant, il n'aurait pas eu intérêt à la faire éliminer, car Ysor avait tissé un lien particulier avec elle depuis deux mois. Depuis qu'elle avait lu les Reliques des Olarils, prouvant qui ils étaient réellement. De ce fait, elle avait certaines informations, potentiellement, qu'il ne fallait pas effacer trop vite. Cela ne l'empêchait pas de ne pas dormir sereinement, mais ça lui garantissait encore quelques mois de vie sauve...
Avec hâte, elle poussa la porte juste une seconde après que le Valet ait fini de l'annoncer au Gardan Edorta. Il prenait son bain, et se trouvait derrière un paravent opaque, orné d'ivoire et de soie, venue de l'Est d'Isle. Les fils d'argent qui brodait un Paon enlaçant un Cheval cabré, symbole des Arlanii, faisaient donc face à la Conseillère, son Seigneur parfaitement caché non seulement dans l'eau trouble d'onguents parfumés, mais également du paravent.

« Votre Altesse, pardonnez mon intrusion si matinale, mais il faut que vous m'écoutiez. » Elle ne pouvait plus retirer cette expression qui paraissait même malsaine sur son visage cadavérique. D'un regard circulaire, elle vérifié qu'ils étaient seuls, et surtout, que Noor ne se trouvait pas malencontreusement dans la pièce.

Car, s'il s'était rapproché de Vanhilde durant ces deux mois, Ysor avait également raffermi les liens qui l'unissaient à sa chère Maman. Dans les temps de trouble, ne retourne-t-on pas dans les bras sécurisants d'une Mère ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ysor Arlanii
Ilédor
Ilédor
avatar

Nombre de messages : 493
Age : 33
Date d'inscription : 09/04/2010

.:: Le Carnet ::.
Âge du Personnage: 28 ans
Profession: Gardan Edorta
Positionnement : Conservateur
MessageSujet: Re: L'Avenir des Arlanii   Sam 13 Nov - 17:22

Ysor contemplait avec application son gros orteil alors que le domestique aboyait le nom de la conseillère. Il fit un grand soupir silencieux alors qu’elle demandait son attention. Plus ca allait, moins il existait d’endroits où l’on pouvait être tranquille et détendu sur cette terre pour lui. Son lit n’était plus un sanctuaire depuis que sa mère avait appris sa relation avec Délaina Loran, et qu’elle l’avait escamotée. Depuis qu’un groupe de dissident s’était introduit dans le palais, il fallait deux gardes à la porte des cabinets et ils vérifiaient systématiquement la présence de quelqu’un avant que le Gardan ne rentre. Il n’y avait que sa baignoire où il pouvait espérer raisonnablement être en paix. Jusqu’à aujourd’hui. Et ce n’était que la première fois.

Il mit un peu de temps avant de répondre, protégé par le paravent. Le temps de plonger sa tête sous l’eau et de remonter, ses longs cheveux et son bouc ruisselants.

« Allez-y conseillère Tehanii »

Son ton était différent de d’habitude, moins de déférence, plus de lassitude. Il ne demandait pas grand-chose aux autre, pourquoi lui en demandait-t-on toujours autant à lui ? Et d’ailleurs pourquoi venait donc la conseillère Tehanii ?

«Quoique attendez une minute, je sors de mon bain. »

Il savoura encore un peu l’eau chaude, et s’agrippa aux bords de la baignoire de cuivre pour se redresser. Dans un grand bruit d’eau clapotante et ruisselante, il se mit debout et écarta les bras pour se faire essuyer le corps. En grand professionnel, le domestique le rendit sec en quelques secondes, puis Ysor sortit et enfila un grand peignoir aux armes des Arlanii : le paon enlaçant un cheval cabré. Pieds nus, en peignoir de bain, il put contourner le paravent en ajustant le nœud au plus près de sa taille.

Avec les cheveux mouillés, la tenue légère, Ysor avait presque une assurance virile, d’autant plus que son regard ou sa démarche ne trahissait pas un signe particulier d’affectation. Même sa démarche ne reflétait pas vraiment sa maladresse habituelle. C’était ainsi, il y avait des jours avec et des jours sans. Il y avait surtout l’influence indirecte de Noor qui était bien visible : Il avait passé toute la journée d’avant-hier avec sa mère, ce qui avait eu l’effet habituel sur son attitude vis-à-vis des conseillers, mais cette journée s’était plutôt mal passée : La Douairière avait annoncé à son fils pourquoi elle avait éloigné Délaina, et pourquoi il devait s’abstenir de relations dans ce genre, qui pouvaient être la porte ouverte à toutes sortes de manipulations. Ce qui faisait qu’aujourd’hui, il n’appartenait ni au Conseil, ni à sa mère.

Ysor essayait de cacher cette histoire aux autres, mais sa colère d’amoureux frustré transparaissait encore, et lui donnait un charisme qu’il n’avait pas d’ordinaire.

« La dernière fois que nous avons parlé en seul à seul, c’était à propos de ces autoproclamés descendants de Bakarne. Est-ce pour cela que vous venez me voir aujourd’hui ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vanhilde Tehanii
Décédé
Décédé
avatar

Nombre de messages : 217
Age : 34
Date d'inscription : 31/03/2010

.:: Le Carnet ::.
Âge du Personnage: 37 ans
Profession: Conseillère (Religion)
Positionnement : Conservatrice
MessageSujet: Re: L'Avenir des Arlanii   Lun 15 Nov - 21:30

« Certes, Votre Majesté, il s'agit là encore des Descendants de Bakarne. Je vous rappelle que Therdone les a lui-même proclamé Elus ; votre Volonté doit le reconnaître, sous peine de Lui manquer de respect. » Elle plissa les yeux.

Il était détestable que la Mère soit si influente, et il y aurait presque une once de jalousie, bien enfouie dans le coeur de Vanhilde. Avait-elle la moindre accroche sur son Fils ? Il n'était plus qu'un de ces jeunes Nobles, enivré matin et soir, capable des pires bassesses pour la Somale. Le scandale était évité, chaque fois qu'il était nécessaire, et s'il fallait pour cela couper des langues trop bien pendues, la famille Tehanii savait user de lames tranchantes.

Mais qu'Ysor puisse s'éloigner du cercle des Conseillers, passe encore, mais il ne devait pas oublier qu'il était le Sujet de Therdone, et qu'il cesse d'insulter son Autorité Divine, s'il souhaitait qu'elle l'aide encore. Car la Conseillère Religieuse était certes prête à tout pour apporter son précieux soutien aux Arlanii, mais la seule limite était la Foi. Son visage effaça une seconde le sourire qui l'avait envahit avec tant de disgrâce inhabituelle.

« Je vous ai promis de retrouver l'héritier de cet ancien Roi, légitime prétendant au Trône, annoncé par les Ecrits de Bakarne Olarii, Votre Grandeur. » Dans son regard, il y avait désormais, presque du défi. Qu'il ose, désormais, manquer de respect à la Toute Puissance de Therdone et à ses souffles annoncés par la bouche des Oracles, qu'il crache encore sur les Choisis du Divin, de l'Edor lui-même. Qu'il ose la défier sur ce terrain... Et elle garderait son précieux aveu.

Noor pourrait toujours grandir son fils, elle pourrait alors trouver de quoi le rendre plus masculin, moins frêle, moins insignifiant, moins banal, Ysor Cinquième sans ce qu'elle avait à dire, resterait celui qui mena les Arlanii à leur fin, devant le retour des Fils des Olarii. Et son sourire revint naturellement, comme si elle s'habituait.

« Je n'ai pas failli, Excellence. » Elle inclina la tête en une hautaine révérence, se remerciant elle-même sans attendre les compliments du Gardan Edorta. « Et j'ai retrouvé la femme qui porte en son sein celui qui vous volera votre Place. Dans quelques mois, il viendra au monde, et pourra légitimement réclamer votre Rang. Ni le Peuple, ni les Arlanii, ni personne ne pourra s'y opposer, car c'est la Volonté de Therdone. »

Elle fit un pas en avant, beaucoup plus proche du Seigneur. Ils étaient pratiquement de la même taille, la haute stature de Vanhilde le rendant bien moins charismatique une fois proches.

« Vous avez deux possibilités. Faire disparaître cette femme qui enfantera votre Successeur. C'est une Olarile de petite vie, cupide, vénale, immorale et vulgaire. Elle aura certainement parlé du Sang qu'elle porte autour d'elle, et dès son absence constatée, on vous soupçonnera. Le Peuple déjà hostile n'aura qu'à offrir son poing à Beltxior qui n'attend que cela. D'ici quelques jours, vous ne serez plus, et ce sera ce traitre barbare qui prendra son bain ici. »

Elle leva le menton, ses iris sombres exprimant le dégoût que cette perspective lui inspirait. Car, si elle savait que la Prophétie devait arriver, coûte que coûte, elle ne voulait pas voir gouverner cette brute de Beltxior. Et quoi qu'il arrive, Vanhilde n'autoriserait pas qu'on assassine celle qui représentait la Volonté de Therdone, fusse-t-elle une immonde putain.

« Ou en faire une alliée. Elle est prête à vous offrir son Fils, en échange d'une place de choix, de l'or, des bijoux, une vie au Palais. Votre alliance avec une Olarile ravira ceux de son Sang, calmera le Peuple et coupera l'herbe sous le pied des Révolutionnaires. Avec cette femme à votre côté, à votre bras, vous vous assurerez de gouverner jusqu'à votre Mort, où votre Fils, adopté, élevé par les Arlanii, vous sera totalement dévoué. »

Les pupilles de la Conseillère s'écarquillèrent comme sous l'effet d'une intense lumière.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ysor Arlanii
Ilédor
Ilédor
avatar

Nombre de messages : 493
Age : 33
Date d'inscription : 09/04/2010

.:: Le Carnet ::.
Âge du Personnage: 28 ans
Profession: Gardan Edorta
Positionnement : Conservateur
MessageSujet: Re: L'Avenir des Arlanii   Mer 17 Nov - 19:23

Quoi qu’il fasse, Ysor était toujours confronté à des histoires de femmes, et ce quelque soit le côté vers lequel il se tournait. Noor Arlanii, Vanhilde Tehanii, Déleina Loran et maintenant cette Olarile… il en manquait plus que Bellone Lastareth et le tableau serait complet. Autant de femmes qui avaient il fallait bien l’avouer une emprise sur lui, de plus ou moins forte intensité, avec des sentiments différents. Noor avait le fils, Vanhilde le Gardan, Déleina l’homme… et l’olarile l’époux ? Certains hommes dès leur naissance ou par leur éducation sont prédestinés à être subornés aux femmes, comme bien des femmes sont éduquées pour être soumises aux hommes.

Ysor s’affolait de plus en plus à mesure qu’il se rendait compte du traquenard dans lequel il se trouvait désormais : Jusqu’ici, on l’avait amené à prendre des décisions qui ne le concernaient qu’indirectement, en agissant sur sa popularité. Mais là, c’était quelque chose de personnel, il s’agissait de la femme avec qui il allait passer ses nuits, qu’il allait épouser. C’était peut être l’occasion la plus importante de décider seul, mais comme à son habitude, Vanhilde présenta les choses sans équivoques, dans un choix du genre : « le mariage ou la mort ». Alors qu’il avait pour une fois désespérément envie de revendiquer son libre arbitre, c’était pour un choix qui n’en était pas un.

Et puis il y avait Déleina… mais elle était secondaire, quoique présente dans l’esprit d’Ysor. Noor Arlanii avait de toute façon décidé qu’elle n’était pas digne d’être reine, aussi c’était une cause quasiment perdue. N’empêche qu’il aurait aimé avoir su comment dire à sa mère que c’était le genre de femme que lui aurait choisi comme épouse. Il lui avait énuméré toutes ses qualités, tout ce qu’il faisait que c’était une femme bien, sans succès. Therdone ne voulait pas de femmes nobles de rang comme épouses de Gardan lui avait dit sa mère.

Therdone ne voulait pas d’une petite noble, Therdone voulait une Olarile de petite vie, cupide, vénale, immorale et vulgaire. L’ironie de cette situation transforma d’un coup sa tristesse désespérée en sourire blessé et fataliste. Les arguments de Vanhilde étaient logiques, fatalement logiques. Et il n’y avait pas que la femme, il y avait l’enfant… Un enfant dont il allait assumer la paternité alors qu’il aura été engendré par deux barbares ayant copulé entre eux. Ce n’était pas exactement la famille dont il rêvait à l’origine. Il ne savait pas trop quel profil pouvait avoir sa famille idéale, mais son fils aîné ne serait pas un métèque et sa femme une femme vulgaire et sans noblesse. Pourquoi dans tous les romans les Gardan Edorta ont de magnifiques femmes comme reine, aussi intelligente que belle, et lui aurait une Olarile et son marmot ? Le fossé entre les romans et la réalité, bien que pas nouveau pour Ysor depuis le temps, ne cessait de le rendre plus amer.

« C’est une énorme décision que vous me demandez là… Je… J’aimerais pouvoir prendre un peu de temps, en discuter, voir les choses posément. Heu… »

Il regarda de biais Vanhilde. Non, il n’obtiendrait pas ce délai : premièrement, c’était un choix qui s’imposait, deuxièmement, sur le principe, Vanhilde n’admettait plus les délais de réflexions : Lorsqu’il réfléchissait, c’était avec sa mère qu’il le faisait. Il n’empêche qu’il aurait aimé ne pas signer tout de suite son emprisonnement.

« Et puis heu… imaginez qu’une, disons, une jeune noble ait le profil idéal pour devenir une reine qui assisterait efficacement les Arlanii, si je trouvais un tel profil Therdone ne pourrait il pas aussi bénir cette union à la place de celle que vous me proposez ? »

C’était la tentative de la dernière chance pour se marier avec Délaina : si le Conseil se rangeait derrière Vanhilde et qu’elle donnait son accord, il pourrait contrebalancer Noor et vivre malgré tout ce qu’il avait encore de la peine à appeler « amour ». Mais aucune de ces deux femmes ne semblaient vraiment prendre en compte les aspirations les plus intimes d’Ysor.

De toute façon, Ysor était de ces hommes dominés en permanence par les femmes de leurs vies.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vanhilde Tehanii
Décédé
Décédé
avatar

Nombre de messages : 217
Age : 34
Date d'inscription : 31/03/2010

.:: Le Carnet ::.
Âge du Personnage: 37 ans
Profession: Conseillère (Religion)
Positionnement : Conservatrice
MessageSujet: Re: L'Avenir des Arlanii   Mer 17 Nov - 20:02

Vanhilde ressentit, un court instant, un fort sentiment maternel. Certes, Ysor ne pourrait être son fils, trop âgé, mais elle avait senti, malgré son manque d'empathie, toute la détresse d'un jeune homme amoureux. Il devait y avoir une femme, certaines rumeurs courraient, mais la Conseillère ne les écoutait pas.
Une femme Noble, vraisemblablement, mais si elle avait été réellement Digne du titre de Reine, Noor aurait déjà embrassé sa bru et l'aurait présentée à toute la Populace, espérant qu'une union royale puisse conquérir le coeur des loyaux et des autres, et occuper leurs esprits, en oubliant la Révolte... Elle sentit, une seconde, la douloureuse sensation de devoir décevoir un Fils.

« Votre Royale Majesté... »
Fit bientôt Vanhilde, avec un pincement aux lèvres, essayant au mieux de paraître moins froide. Pourtant, cet effort passa vite, car il ne s'agissait pas de consoler un enfant qui n'apprécie pas la voie tracée par ses parents, mais de guider le Gardan Edorta vers la victoire, alors que la Mort ou pire, la Déchéance l'attendaient assurément.

« Si vous ne vous alliez pas à cette Olarile, si vous n'adoptez pas le Descendant de Bakarne, et si vous ne réussissez pas à garder son éducation, alors dès qu'il viendra au monde, les Olarii forceront les Murs de la Cité, et ce sera toute une Nation qui réclamera votre destitution. » Elle aurait aimé pouvoir simplement poser une main compréhensive sur son épaule ... Mais elle était Conseillère, et le Gardan Edorta n'avait pas à faillir !

Le son de sa voix se fit plus dur. « Altesse, lorsque les Olarii prendront votre place, après des siècles d'exil, à rêver de Revanche, pensez-vous qu'ils vous laisseront en paix ? Ils ne veulent pas seulement reprendre ce que Therdone leur a promis, Votre Grandeur, ils ont soif de Vengeance. »

Et c'était si compréhensible... Mille ans de colère, de rancoeur ... Le jour où un Olarii s'assierait sur le trône, la famille Arlanii serait massacrée. Vanhilde en était convaincue. Et elle œuvrait pour que ce jour n'arrive pas, loyale envers son Roi. Pourtant, s'il refusait d'épouser cette Olarile, Ysor, pour quelques sentiments amoureux qui passeraient avec le temps, mettait un pied au tombeau.

« La femme qui porte l'Elu s'appelle Lis Diantha. Attendez de la voir, car malgré ses défauts, elle possède assurément les qualités qui vous flatteront. » Elle tira un léger sourire. Vanhilde savait reconnaître les belles femmes, bien qu'elle préfère la distinction aux rondeurs sensuelles. Il en était tout autrement des hommes, qui n'avaient en rien le même avis qu'elle sur la question.

Les Domestiques s'étaient retournés sur Lis, ses boucles en cascades avaient fait trébucher un garde, et l'un de ses clins d'oeil brûlant avait laissé un coquard sur un Valet, rencontrant une statue de bronze d'un cheval cabré. L'Olarile, même grosse de plusieurs mois, faisait chavirer les coeurs, elle devait séduire Ysor. La Conseillère pourrait lui souffler que, si son amour allait toujours à une autre femme, et avec discrétion, il pourrait continuer à l'aimer ... Mais Therdone refusait ces pratiques, qu'elle savait courante chez certains. Il était de son devoir de ne jamais lui conseiller l'adultère.

Il voulait du temps, réfléchir. Qu'avait-il en tête ?! Pensait-il que le Siège tiendrait des mois ? Si l'Olarile disait vrai, elle attendait l'enfant depuis cinq mois maintenant, attendre plus longtemps serait une erreur ... Lis lui avait laissé la désagréable impression d'être capable de se vendre au plus offrant. S'ils ne l'achetaient pas avec un Mariage Royal, cette femme pourrait s'offrir à l'Ennemi sans aucun scrupule.

« Qui possèdera l'Enfant, sera Gardan Edorta. Qui possèdera Lis Diantha, possèdera l'Enfant, Mon Roi. » Insista-t-elle, la mine glaciale.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ysor Arlanii
Ilédor
Ilédor
avatar

Nombre de messages : 493
Age : 33
Date d'inscription : 09/04/2010

.:: Le Carnet ::.
Âge du Personnage: 28 ans
Profession: Gardan Edorta
Positionnement : Conservateur
MessageSujet: Re: L'Avenir des Arlanii   Mer 17 Nov - 20:32

Vanhilde marqua des points auprès d’Ysor d’une façon tout à fait inattendue, et plus tard ce serait une bonne chose pour elle : elle avait adopté un ton maternel et quasiment une compassion digne des heures les plus tendre de Noor avec un Ysor qui avait justement besoin de cela. Elle avait fait ce que faisait Noor habituellement avec son fils, battu la Douairière sur son propre terrain, avec ses propres règles.

Ysor était un homme sensible. C’était certainement un défaut la plupart du temps, mais cela lui permit de sentir l’absence relative de froideur et de distance dans le cœur de Vanhilde le temps de ses premières phrases, et d’en concevoir une certaine gratitude. Le cœur plus ouvert, les mots de Vanhilde pénétrèrent plus profondément, et alors seulement il céda du terrain. Même dans les romans qu’il adorait lire dans son adolescence, il y avait des histoires de mariages sans amour, où les héros dans un élan d’abnégation fermaient les yeux sur leurs aspirations pour se consacrer au bien de leur famille. C’était ce que souhaitait sa mère, c’était ce que souhaitait la Conseillère. Le sacrifice de l’individu au profit de la Famille. Car Vanhilde avait un peu changé son image, il commençait à la considérer comme une alliée qui tout comme sa mère voulait uniquement la grandeur des Arlanii.

Il était peut être temps de faire preuve de grandeur d’âme, il était peut être temps de devenir aussi héroique qu’Elandor, son frère aîné, mais dans la construction, et non la destruction. Il était peut être temps d’agir comme un adulte, de cesser de penser comme un enfant persécuté et de regarder les choses de façon objective : ce mariage devait être accepté. C’était dans l’ordre des choses et ainsi il sauvegarderait les Arlanii, l’Etat et la Paix. Sa mère serait fière de lui. Tout son choix se résuma en une seule parole.

« Je serais Gardan Edorta. »

Il le dit d’une voix vibrante, émue, avec une sincère volonté de vivre au plus profond ce qu’il venait de dire.

« Je possèderai Lis Diantha, je possèderai l’enfant. Je serais Gardan Edorta. »

Toujours en robe de chambre, les cheveux trempés, il fit un sourire plutôt lumineux. Il était en paix avec lui-même, comme si d’un coup il avait mérité sa place auprès de ses ancêtres. Et tout d’un coup il crut bon de prendre un air plus martial et viril pour dire :

« Et Beltxior Olarii n’aura plus de raison d’avoir les ambitions qu’il a. L’on verra son vrai visage : celui d’un crapaud qui voulait être un aigle. Conseillère Tehanii, puis je vous laisser la charge d’organiser ce mariage au plus vite, et l’adoption à venir ? Je me charge de mon côté d’annoncer cela à ma mère. Elle ne pourra rien dire face à ce mariage de toute façon. Et puis… »

On retrouva enfin l’Ysor habituel, celui qui se tordait les mains devant les adultes.

« Merci Vanhilde. »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vanhilde Tehanii
Décédé
Décédé
avatar

Nombre de messages : 217
Age : 34
Date d'inscription : 31/03/2010

.:: Le Carnet ::.
Âge du Personnage: 37 ans
Profession: Conseillère (Religion)
Positionnement : Conservatrice
MessageSujet: Re: L'Avenir des Arlanii   Dim 21 Nov - 21:30

Vanhilde fut immédiatement soulagée, lorsqu'Ysor se plaça de façon si noble. Il souhaite sincèrement rester le Maître d'Isle, et c'était cette Volonté qui plairait à Therdone. Il n'avait pas l'étoffe de ses ancêtres, il avait à accepter la prochaine réalisation de la Prophétie, il vivait une Révolution. Les heures étaient dures et le mettaient à l'épreuve, mais le Puissant testait là sa Volonté profonde, le Gardan Edorta ne devait pas le décevoir.

Et, en restant convaincu, en acceptant les perspectives que la Conseillère lui proposait, Vanhilde était persuadée qu'il gagnait l'attention de Therdone. Car, s'il était certain qu'un jour des Fils de Bakarne reprendraient le trône aux Arlanii, comme les Oracles l'avaient annoncé, toute l'enjeu du règne d'Ysor serait de savoir comment il chuterait, et surtout quand.
Le plus tard possible, et avec panache, en regagnant l'amour du Peuple, et que les livres rappellent durant des siècles la grandeur d'Ysor Cinquième du Nom.

« Ce sera un honneur pour moi d'organiser les Noces, votre Altesse. » Un mariage religieux, glorieux. Il fallait redonner aux Ilédors l'affection qu'ils ne voulaient donner qu'aux Olarils et aux Révolutionnaires. Il fallait qu'ils n'aient plus qu'un seul sujet de conversation : l'union d'une Olarile et du Gardan Edorta.

Il fallait que tous épousent cette euphorie, que la liesse puisse chasser les craintes du Siège, de l'avenir, les envies de changement. En intégrant une Olarile sur le trône, beaucoup auraient assez d'évolutions pour reprendre le court de leur existence, sans plus demander de Révolution.

Mais Vanhilde savait aussi qu'il faudrait l'appui de Noor pour ce mariage, et elle n'avait sans doute pas ces plans en tête. Si elle n'avait pas permis à son fils de garder pour fiancée une femme qu'il semblait aimer, alors une Olarile ne serait pas une épouse idéale. Pourtant, il paraissant vouloir s'opposer directement à sa mère, et cela plaisait à la Conseillère. Plus Ysor s'éloignait de sa génitrice, et plus il se rapprochait d'elle et du Conseil... de leurs Conseils.

Mais en y réfléchissant, Vanhilde savait Noor raisonnable. Et si elle voulait la gloire des Arlanii, ces noces étaient la seule solution immédiate. A moins qu'elle préfère refuser, et que la Conseillère ne soit plus une alliée de choix... Que ferait Ysor, seul face à Riarg, à Beltxior, et aux Dissidents dans cette crise ? Elle était la seule à pouvoir lui apporter les bonnes grâces de Therdone, Noor devrait s'y plier. Elle eut un léger sourire.

« Vous devriez également rencontrer votre future épouse. Je vais la faire demandée sur le champ. Je ne saurais que trop vous conseiller de trouver votre Mère sans délai, votre Grandeur, le temps presse. » Et Lis semblait trop instable pour se permettre d'attendre … Il fallait pouvoir annoncer à l'Olarile la bonne nouvelle dans les plus brefs délais, pour annoncer par la même à tout le Peuple la tenue prochaine des fiançailles officielles !

Avec une révérence qu'elle s'appliqua à faire magistralement, le regard confiant, et même plus amical envers son Roi, Vanhilde pouvait quitter la pièce, et le laisser de vêtir à la hâte.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: L'Avenir des Arlanii   

Revenir en haut Aller en bas
 
L'Avenir des Arlanii
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Jeunesse haitienne: Quel espoir??? Quel avenir???
» L'avenir démocratique d'Haiti est menacé...
» L'avenir dira le reste.
» L'avenir de la VPC GW
» le titre IC, Sheamus, l'avenir de Wade Barrett

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Tables d'Olaria :: Introduction à Olaria :: ♦ Les chemins de la vérité :: ♦ Quinze ans plus tôt :: Ville Haute :: Le Palais du Gardan Edorta :: Les Appartements Royaux-
Sauter vers: